Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 novembre 2007

Gérer l'accueil des gens du voyage

Depuis quelques jours, une trentaine de caravanes de gens du voyage stationne sur l’un des derniers parkings du Lido, en direction de Marseillan, à l’Ouest de Sète.
Et du côté de la gare, au droit des friches portuaires de Cayenne, à l’Est de la ville cette fois-ci, d’autres prennent aussi régulièrement place.
Nouvelles clientèles touristiques de moyenne saison ? Non.
Simplement des gens qui profitent du vide laissé sciemment depuis plusieurs années par la Municipalité sétoise et la Communauté d’Agglomération Sète-Bassin de Thau : il est impossible en effet d’empêcher ces gens de prendre possession d’un lieu public…
Car Ville et Agglomération sont elles mêmes hors la loi !
Une loi qui impose depuis 2001 la réalisation d’aire d’accueil pour ces caravanes. Or voici quelques jours, le maire et Président de la Communauté d’Agglomération François Commeinhes a réitéré dans la presse écrite son désir de ne pas s’exécuter, arguant d’ »un manque de place (il faut 2 hectares !), de zones inondables, de Schéma de mise en valeur de la mer… ». En oubliant aussi, tant qu’à y être le périmètre Seveso.
De la place que l’on trouve pourtant pour certains autres projets…qui dépassent largement les dizaines d’hectares.
Il est temps, comme pour d’autres dossiers en cours…,de respecter la loi.
Créer une aire d’accueil des gens du voyage permettrait de réguler le phénomène, d’éviter qu’il se propage sur tous les espaces libres de Sète, mais aussi des environs.
Gardiennée et payante, cette aire serait aussi préservée des actes de vandalismes et des dégradations. Elles responsabiliseraient ses usagers au nombre limité (par la loi). Et donnerait aussi le moyen d’interdire réellement toute autre occupation, illiccite dés lors. Une manière d’avoir le sens de l’accueil, le respect des lois…et celui d’une ville plus agréable à vivre.

16:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

bonne chance !

Écrit par : pierrot le zygo | 07 novembre 2007

Bonjour Mr Sans,

Il est tout à fait exact que le phénomène prend une ampleur trop importante pour être laissé tel quel.

Il est vrai que la ville est hors-la-loi mais ne pourrait-on pas construire une seule aire commune à l'agglomération (hors de Sète bien entendu !) pour ne plus l'être ?

Merci

Bonne journée

Écrit par : Yves | 08 novembre 2007

Bonjour Yves.
Sachez, et je l’évoque dans ma note, que la compétence pour la réalisation des aires d’accueil a été transférée par les communes du secteur à la Communauté d’Agglomération Sète-Bassin de Thau (CABT), présidée par…le maire de Sète.
Celle-ci a ainsi avoir toute latitude ou presque pour la réalisation soit d’aires sur les territoires des communes, soit d’aires plus grandes sur le territoire de la Communauté lorsque le schéma départemental ne précise pas la localisation des aires au sein de l’agglomération.. Il faut alors négocier avec le Préfet. En sachant que peu de communes souhaitent accueillir une aire d'accueil plus importante que ce que ne leur impose la loi...pour soulager son voisin de son devoir. Mais il vrai que le territoire de la Communauté d'Agglomération pourrait permettre cette solution. En cas d'accord...
Pour l’heure, deux projets locaux ont été entérinés et lancés. A Frontignan, le Préfet a refusé le permis de construire de par l’emplacement. A Marseillan, le projet est lancé. A Sète, pour l’heure, c’est « caravane’s land » !

Cordialement,
Philippe Sans

Écrit par : SANS Philippe | 08 novembre 2007

je pense qu'il serait bon pour résoudre cette question avec clairvoyance, d'avoir des informations précises sur : qui sont ces gens du voyage ? car, il y a ceux qui passent et auraient donc besoin d'une aire de stationnement avec un minimum d'équipement (eau, WC) et d'autres qui sont peut-être des personnes qui reviennent régulièrement plusieurs mois et que l'on pourraient considérer semi-sédentarisés - une partie de l'année voyageur, une autre partie de l'année sédentarisés ; pour ces derniers des expériences intéressantes ont vu le jour mettant à leur disposition des terrains spécifiques mieux aménagés où chacun a un espace propre privatif qui peut s'intégrer dans l'environnement urbain et donc se partager entre plusieurs communes ; mais cela ne peut se faire qu'avec eux et non du piedestal des bons penseurs

Écrit par : Bandelier Nicole | 09 novembre 2007

Effectivement Nicole, il y a bien deux sortes de "gens du voyage".
Et il revient bien aux communes de plus de 5.000 habitants de fournir une aire d'accueil pour des séjours courts et temporaires. Un nombre de jours maximal est même fixé. D'où notre proposition de réaliser enfin ces aires d'accueils sur la Communauté d'Agglomération avec gardien et droit d'entrée minimal, afin de pas faire porter sur les contribuables locaux le poids de dégradations éventuelles et de consommations frauduleuses d'eau et d'électricité comme c'est le cas sur les aires sauvages sétoises actuelles.
Pour celles et ceux qui souhaitent se semi-sédentariser selon votre terme, il ne revient en aucune façon à la commune la charge de fournir des terrains. Sète ne fournit même pas à l'heure actuelle la possibilité aux jeunes ménages de pouvoir acheter ou parfois même seulement louer un logement...les contraignant à partir dans certaines communes plus éloignées. La priorité doit avant tout être celle-ci, en tenant compte aussi des spécifités locales comme la configuration géographique et la limitation du foncier. Je pense qu'il y a aussi bien d'autres priorités d'investissement pour notre commune et notre agglomération.

Écrit par : SANS Philippe | 10 novembre 2007

Pour moi, il ne faut pas confondre les "gens du voyage" qui de part leur mode de vie sont des non sédentaires, qui ont droit à un minimum d'accueil lors de leur passage dans les différentes communes et les "Caravaniers" qui se déplacent pour leur plaisir.
De toute façon, nous devons :
Pour les premiers mettre à leur disposition des aires d'accueils et je pense que si c'est de la compétence de l'agglo, il faut que cela reste à petite ou moyenne échelle afin de pouvoir le gérer
pour les second c'est de créer des zônes de stationnement avec eau et sanitaire au niveau local.
Si pour les seconds on peut faire appliquer le code de la route, pour les premiers, nous ne pouvons les déloger puisque nous sommes hors la loi

Écrit par : Caramel Marialys | 10 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.