Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 novembre 2007

Avec le temps va, tout s’en va ?

Ainsi donc le couperet est tombé samedi à Montpellier ! Malgré les propos rassurants du premier magistrat de la ville, le maire en personne, voici quelques jours encore: le temps que l’on avait soit disant selon lui jusqu’à la fin de l’année pour défendre une justice de proximité sur Sète a été écourté !
Certes, le Tribunal d’Instance restera sur Sète…mais le Tribunal de Commerce sera bel et bien supprimé pour prendre la direction de Béziers. Et le Conseil des Prud’hommes verra son sort scellé d’ici quelques mois…
Je partage totalement la révolte des représentants du monde judiciaire, non concertés, sur cette réforme de la carte judiciaire peut-être nécessaire, mais non réfléchie en commun.
Je retiens aussi les regrets de la présidente du tribunal de commerce de Sète, exprimés lors de la dernière séance la semaine dernière. Regrets des « murmures tardifs de nos autorités de tutelle et de nos élus. Manifestement trop faibles pour être perçu par le Ministère de la Justice. » S’insurger quand le cercueil est en train d’être refermé ne sert à rien. La justice de proximité sétoise a bien été enterrée samedi à Montpellier par la Garde des Sceaux !
Que ne pas regretter aujourd’hui un autre enterrement réalisé par nos édiles et nos élus : celui du projet d’une Cité judiciaire sur Sète qui aurait réuni nos trois juridictions (Instance, Commerce et Prud’hommes). Désormais certains citoyens devront aller ailleurs pour voir leur dossier traité…C’est ce que l’on appelle être proche des gens ?

18:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (17)

Commentaires

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous : François Commeinhes n'y est pour rien dans sa suppression...vous l'accusez presque de menteur.

Commeinhes et Liberti ont tout fait pour défendre les tribunaux sétois. Ce n'est en aucun cas leur faute -même si vous ne citez que F.Commeinhes dans votre article, mais bon c'est normal puisque vous reproduisez la stratégie de Bayrou : taper sur ses anciens camarades et ignorer son opposant principal.

Je suis très déçu de cette attitude.

Écrit par : yves | 12 novembre 2007

Mon cher Yves, si vous lisez bien ma note, je n'accuse à aucun moment le maire de Sète d'être responsable de la suppression du Tribunal de Commerce.
Je prends par contre note que le projet, présenté à l'époque par Elisabeth Guigou lorsqu'elle était au Gouvernement Jospin, était depuis dix ans dans les cartons...Et que comme l'a fort justement fait remarquer la présidente de ce Tribunal de Sète (impartiale et neutre politiquement en séance et de par son statut, mais aussi bien placée s'il en est!), certaines protestations d'élus sont arrivées bien tardivement aprés la ressortie des cartons de ce projet, dit aujourd'hui "Dati". Je vous invite à relire tranquillement toutes les déclarations "rassurantes" du maire d'il y a quelques semaines...

Écrit par : Philippe Sans | 12 novembre 2007

Très bien, je vais relire tout ca.

Mais ce n'est pas avec ce ton condescendant que vous gagnerez des électeurs Monsieur

Écrit par : Yves | 12 novembre 2007

Cher Yves, je constate simplement des faits. Ecrits et bien réels, que vous pourrez recouper par vous-mêmes simplement à la lecture de la presse écrite locale.
Dire la vérité peut être parfois bien dérangeant. Mais je ne suis pas là, dans mon engagement citoyen totalement assumé, pour préserver qui que ce soit. Et en l'occurence, je ne me reconnais aucun "ancien camarade" de quelque "bord" que ce soit comme vous le sous-entendez, n'étant nullement politicien de carrière. Je pense tout simplement que l'on doit la vérité et la transparence aux citoyens et électeurs...A tout moment, y compris en période pré-électorale. Une fois encore, je vous engage à relire toutes les déclarations depuis plusieurs semaines...Sans condescendance aucune je vous l'assure.

Écrit par : Philippe Sans | 13 novembre 2007

Bonjour Phillippe,
D' abord bonne chance pour ta campagne.
Néanmoins ,je reste un peu sur ma faim quant au contenu de ce blog.
Que comptes- tu faire pour le quotat de logements sociaux?
Que vas tu faire pour faire venir des entreprises sur Sète?
La municipalité travaillera-t-elle plus, qu' avec F.Commeinhes, avec les entreprise locales,
Que sera l'imposition locale? en hausse ?en baisse?
Si l'environnement est certes important, quel sera ton cheval de bataille principal?
Arrêteras-tu le bétonnage tout azimut sur StClair et en ville?
Je souhaiterai que tu te prononces sur ces points de la vie de tous les jours des Sètois.
merci.

Écrit par : frank PARIS | 19 novembre 2007

Bonjour Franck, merci tout d'abord pour cet encouragement.
Concernant les différents thèmes abordés dans ta question, ils seront déclinés au fur et à mesure de la campagne. Déjà samedi, dans une première conférence de presse thématique, nous avons abordé les thèmes de l'urbanisme et de l'environnement. Dés mercredi, le compte-rendu de quelques-uns de nos constats sera en ligne sur notre site www.seteavous.com, avec nos premières propositions :
* un Plan Local d'Urbanisme à l'échelle des quartiers pour des constructions qui préservent notre environnement, mais aussi l'identité de notre ville singulière
* l'imposition dans tout nouveau quartier de règles d'éco-construction et d'éco-citoyenneté (dans le stationnement, le traitement des déchets, les recours aux énergies durables...)
* la création d'un éco-quartier pilote à l'Est de la ville (comme aurait dû l'être Villeroi!)
*un urbanisme prévoyant et lien entre quartiers nouveaux et anciens (à Villeroi, le nouveau groupe scolaire qu'il faudrait pour dans deux ans...n'est pas encore lancé!)

Concernant les logements sociaux,
* un grand programme de réhabilitation (avec réquisition si nécessaire!) des logements vacants (3.000 soit un potentiel de logements de 8.000 habitants aujourd'hui) en accompagnements et aides pour les propriétaires
* l'imposition des quotas obligatoires de 20% sur tout foncier appartenant à la ville à tout programme privé...et de logements type loi Borloo et location-accession à la propriété pour ces jeunes couples ou couples à petits revenus qui ne peuvent plus se loger sur Sète (comme cela aurait dû être fait à Villeroi...ou à la carrière de Ramassis par la Ville qui maîtrisait le foncier).
* la mise en place d'une caution municipale (ou intercommunale) pour faciliter la location des gens à petits revenus (jeunes couples...)...

Concernant enfin le recours aux entreprises locales, qui sera développé dans une prochaine réunion, il sera effectivement fait par la Municipalité dans le respect des règles des marchés. Avec priorité tant que se peut aux entreprises sétoises ou de l'agglomération...

A bientôt...y compris de vive voix dans notre permanence située au 35 rue Général de Gaulle.

Écrit par : Philippe SANS | 19 novembre 2007

La nouvelle m'est parvenue tardivement concernant ta liste. Mes voeux t'accompagnent dans ta courageuse démarche. Je te souhaite de continuer dans ta démarche intègre, de donner envie aux gens de se battre pour un monde plus juste (et à l'air plus pur).
Amitiés

Écrit par : Anouk | 20 novembre 2007

bonjour, je suis tres inquiet sur vos capacites de gestionnaire, '' cette histoire'' c est tres mal passé , vous avez demissionné je crois ?

Écrit par : leroy | 22 novembre 2007

Bonjour, je vais tout d’abord vous rassurer je l’espère si vous êtes amoureux de notre ville et de son patrimoine : « Cette histoire » ne s’est pas « très mal passé » comme vous l’écrivez, mais a été tout d’abord un véritable succès populaire. En trois éditions, elle a réussi à fédérer chaque année entre 300 et 400 personnes, bénévoles. Le spectacle a été vu par plus de 17.000 spectateurs, dont prés de 14.000 payants. En tant que co-auteur de ce spectacle, je peux vous dire que je suis fier de cette réussite.
Et je n’ai pas à rougir concernant ma présidence qui s’est exercé de 2004 à 2006, soit trois ans comme le stipulait les statuts de l’association. En septembre 2006, j’ai passé comme prévu la main (sans démissionner mais en restant membre du Conseil d’Administration) à un nouveau président, Michel Gay.
La première édition en 2005, pendant laquelle j’exerçais la charge de président, a présenté côté financier un bilan équilibré.
La deuxième édition en 2006, pendant laquelle j’étais encore président, a subi un déficit de prés de 30.000 €. Déficit dans lequel mes « capacités de gestionnaire » n’ont aucune responsabilité. Tout d’abord parce que la gestion a été entérinée par le trésorier et l’ensemble du Conseil d’Administration. Ensuite parce que, et je vous engage à vous replonger dans les explications parues dans la presse à l’époque, ce déficit est le fruit d’un non-respect de la part de la Ville de Sète d’un engagement demandé par les pêcheurs qui occupaient le quai de la Consigne, concernant l’enlèvement du matériel le temps du spectacle. Devant la non-assurance d’un planning de retour précis de leur matériel par la Ville, les pêcheurs ont refusé de quitter le quai…nous conduisant à chercher en urgence, des premiers frais étant déjà engagés, un nouveau site de spectacle à 7 semaines à peine de la première représentation. Le nouveau site trouvé a nécessité des aménagements techniques non prévus (d’un montant total de prés de 16.000 €). Premier déficit. L’interruption de toute campagne de communication et de vente de billets (tout cela ne reprenant que dix jours à peine avant le spectacle) a pénalisé fortement les recettes spectateurs. Et le froid des premiers soirs a retenu chez eux ceux qui n’avaient pas réservé. Nous avons ainsi enregistré une baisse de prés de 30.000 € de recettes par rapport à la première année, que nous avons en partie absorbé grâce au contraire à une gestion des plus attentives.
Concernant la troisième édition, je laisse au président actuel le soin de vous en parler. Je me permets simplement de vous préciser que là encore, le non-respect d’une partie de ses engagements d’aide logistique par la Ville, a conduit l’association en prendre en charge au dernier moment certains frais non prévus dans son budget prévisionnel initial.

En ce qui me concerne, j’estime qu’une grande part de responsabilité du déficit que traîne Cette histoire aujourd’hui est à chercher dans les engagements non tenus de certains édiles.
En rappelant que « Cette histoire » se veut et doit être une aventure humaine fédératrice au-delà des diversités de pensées politiques. Elle ne doit en rien être politisée.

Cordialement,

Philippe Sans

Écrit par : Philippe SANS | 22 novembre 2007

il n y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre , la publicite en 2006 c est faite , j etais nouveau setois et je suis alle au spectacle, ne rejeter pas votre responsabilitee sur les autres bonne nuit .

Écrit par : leroy | 22 novembre 2007

Vous l'avez bien dit : il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Pour la "petite" histoire, sachez qu'au conseil d'administration siègent des gens de toutes tendances (politiques comme l'on dit), garants de la bonne gestion de l'affaire, et qui connaissent les responsaibilités établies. Je vous engage à nouveau à vous replonger dans la presse des mois d'avril et de mai 2006...Les paroles s'envolent, mais les écrits restent! Heureusement.

Cordialement

Écrit par : Philippe SANS | 23 novembre 2007

s il s agit de "midi libre " je ne suis pas sur de leur integritée, mais je peux me tromper . bonne journée a vous .l

Écrit par : leroy | 23 novembre 2007

Salut Philippe,

Nous avons eu un entretien récemment, principalement sur la culture à Sète. Si, d'autres candidats font appel à moi sur ce sujet ou autre, je leur dirais exactement les mêmes choses qu'à toi.
La culture à Sète est celle qu'elle est sans aucune critique particulière. Nous avons des arguments à faire valoir à Sète dans le milieu de la culture et avec un grand "C".On ne va pas développer aujourd'hui dans ce blog l'art et la manière de concevoir un style personnel pour Sète, mais il serait intéressant de connaître ton avis bien sur, mais aussi l'avis des Sètois et Sètoises sur ce sujet qui me paraît plus que important pour Sète.
En son temps, certaines manifestations avaient marquées l'histoire de Sète- même si par ailleurs ce c'était pas la panacée.
-Les journées Brassens qui coûtaient chères paraît-il ? mais aujourd'hui notre ville connaîtrait un festival hors pair et une notoriété -on ne peut faire une omelette sans casser des oeufs et regardons ce qui se passe ailleurs..
-Les journées "le livre vous mène en bâteau" réunissant dans notre ville un festival d'écrivains et écrivains de tout bord.
Tout cela a disparu!! Pourquoi ? est ce un problème financier?

Dans le second volet de la culture, je voudrais parler de celle qui concerne toutes les couches de la population, en effet, j'ai connu à Sète des festivals comme celui organisé par les cheminots. Combien d'artistes (chanteurs (es) se sont prtoduits(es) à Sète ? C'est vrai il y a le théâtre de la mer... mais ce n'est pas pour toutes les bourses.

-Les fêtes de quartier, pratiquement toutes disparues..(à relancer en aidant évidemment les associations qui s'en occupent.
-Le carnaval- les chars qui défilent en ville, quid?
et j'en passe...

Tout cela n'a rien à voire avec la politique politicienne, ce sont des produits qui font connaître Sète, et qui s'inscrivent dans une logique économique.

Alors, j'aimerais savoir quel est ton programme sur ce sujet?

La suite(économique, social..) au prochain numéro.

Tino Di Martino

Écrit par : tino | 24 novembre 2007

Merci Tino pour ce rappel.
J'ai bien en mémoire tes remarques et observations sur ce sujet. Nous allons en reparler dans les prochaines semaines, je convierai d'ailleurs à une réunion sur ce thème là certains acteurs du milieu culturel à en débattre, certains ayant déjà été rencontrés.
Nous prenons le temps d'asseoir notre réflexion dans ce domaine, et bien d'autres aussi. Temps de l'écoute, et de l'assise de notre projet.
Nous présenterons tout cela en temps voulu.
Concernant par contre nos grands axes de campagne sur ce thème là, ils concernent d'abord l'accés à la culture pour tous, ce qui n'est pas forcément le cas.
Avec un grand projet de sensibilisation dés le plus jeune âge dans ses diverses composantes.
La culture doit être l'une des bases de la citoyenneté.

Écrit par : Philippe SANS | 24 novembre 2007

Bonsoir,
Je suis très sensible à votre programme (quoi que très utopique à mon sens), pour faire tout ce que vous dites, du social, de l'écologie, de l'urbanisme de quartier, du logement écologique etc... tout cela aussi louable soit-il ne se fera pas sans moyen financier.
Ce que vous ne dites pas aux Sétois c'est que pour réaliser tout cela il va falloir de l'argent, beaucoup d'argent....
Comment allez vous financer ?
Merci

Écrit par : Jean Marie | 25 novembre 2007

Cher Jean-marie,
vous avez raison : tout a un coût.
Mais nous aurons l'occasion dans une prochaine conférence de presse et dans une plaquette programme à venir d'expliquer aux gens que certaines de nos propositions ne coûtent pas plus chers que d'autres choix actuels. Qu'il s'agit simplement d'orientations et de choix de politique municipale sans surcoût.
D'autres sont des choix d'investissements (et la Ville a un budget pour celà, à compléter par des partenariats divers)...et de réorientations budgétaires.
Enfin que je sache, les autres candidats ont aussi des propositions qui, sur le papier, ont un coût...
Notre soucis premier en tout cas sera basé sur une gestion au service des sétois...et sans contribuer à augmenter la pression fiscale.
Concernant l'utopie, j'ai la chance de par mon métier de voir que dans bon nombre de villes les propositions que nous faisons sont en oeuvre depuis quelques années ou quelques mois déjà. Et nos propositions ne se font pas au hasard.
L'urbanisme de quartier ne coûte pas plus cher : il consiste simplement à prendre en compte les besoins et spécificités de chaque quartier pour que tout nouveau projet, public ou privé, en respecte son équilibre (stationnement, espace vert, circulation, bâtiments non déséquilibrants...). Et ne vienne pas rajouter de la difficulté et du simple béton.
Le social non plus si vous maîtrisez le foncier (terrain municipal) ou si vous en faites une règle d'urbanisme ou de négociation sur tout nouveau programme.
Idem pour le logement écologique (qui par ailleurs vient d'être imposé dans le dernier Grenelle de l'Environnement).

Cordialement,
Philippe Sans

Écrit par : Philippe SANS | 25 novembre 2007

Bonjour,
Vos arguments sont bons, et j'attends avec impatiente votre plaquette programme.
Je suis en plein accord avec vous , sachez que vos idées me plaisent, et que j'adhère à votre programme.
Lorsque je parlais d' utopie, je faisais avant tout allusions aux mentalités , arriverai vous à convaincre, ne dis-t-on pas "îles singulières"?
Merci

Écrit par : Jean Marie | 26 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.