Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 novembre 2007

Personne à bord !

Ainsi donc, ni la Ville de Sète ni la CCI Sète-Bassin de Thau ne seront parties prenantes dans la gestion du port à partir du 1er janvier prochain.
Un port pourtant toujours classé d’intérêt national, malgré la baisse constante de son trafic depuis quelques années.
La Région Languedoc-Roussillon, désormais capitaine de ce paquebot économique de par la réforme, en avait pourtant entrouvert les portes : elle proposait à d’autres partenaires d’entrer dans les deux sociétés de gestion portuaire Commerce-Pêche et Plaisance. Certes, il ne s’agissait que de prendre des participations à hauteur de 10%. Mais être à la table de gestion permettait d’accompagner toute mutation, de s’investir dans les idées et les projets, de pouvoir réussir le lien économique, social et naturel avec le reste de la ville.
Mais le maire de Sète, président de l’Agglomération Sète-Bassin de Thau et le président de la CCI Sète-Bassin de Thau, ne contribueront pas à tenter d’insuffler une dynamique collective à ce port tricentenaire.
C’est oublier que ce port est partie prenante de notre ville et de son développement. Son âme, son sang, son esprit…coulant dans ses canaux comme dans des veines, apportant vie et ressources depuis sa création.
Certes, à l’analyse de leurs états budgétaires, Ville et CCI semblent ne plus avoir les moyens financiers des ambitions nécessaires pour notre port. Conséquence de certaines gestions.
Certes aussi, la Municipalité a choisi de prendre ses parts dans la seule société portuaire de la plaisance. Cela doit être, il est vrai, l’un des axes de développement de notre port et de la ville dans le futur. Mais la seule arrière pensée ne doit pas être la mainmise sur des friches portuaires aux odeurs de futures plus-values immobilières. Quid en effet de nos visions sétoises et de nos propositions dans le domaine du commerce et de la pêche ? Quid de cette dernière activité qui fait encore vivre de nombreuses familles sétoises, des petits métiers aux thoniers ?

Georges Frêche, président de Région, est dans la vision constructive quand il énonce >« Il faut que ce qui nous unit soit plus fort que ce qui nous divise ». La loi a voulu que le « capitaine » du port de Sète soit désormais la Région. Soit. Il ne s’agit plus aujourd’hui de se battre contre l’évidence. Ni de vouloir garder des prérogatives sans avoir les moyens de ses ambitions ! Un port comme Sète ne peut plus exister à l’échelle d’une ville. Il a besoin pour survivre…et ensuite se développer d’ambitions locales, intercommunales, départementales et régionales. Sète doit sortir de son enfermement.
Dés lors, que Ville et CCI fusionnées de Sète et Montpellier, et au-delà Agglomération et Département, répondent présents ! Pour enrichir un projet porté par le maître de vaisseau, dans l’intérêt général de l’économie, mais aussi de l’environnement sétois. Pour l’amender si nécessaire ou en critiquant de manière constructive les points faibles. Pour construire ensemble le Sète de demain !

Il est temps d’embarquer aux côtés de celles et ceux qui veulent voir naviguer le port de Sète vers de meilleurs horizons. Sans préoccupations politiciennes ou affairistes. Mais avec pour seul cap l’intérêt général.

Philippe Sans
Candidat aux Municipales de mars 2008
Liste « Sète à vous…maintenant ! »

14:55 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4)

12 novembre 2007

Avec le temps va, tout s’en va ?

Ainsi donc le couperet est tombé samedi à Montpellier ! Malgré les propos rassurants du premier magistrat de la ville, le maire en personne, voici quelques jours encore: le temps que l’on avait soit disant selon lui jusqu’à la fin de l’année pour défendre une justice de proximité sur Sète a été écourté !
Certes, le Tribunal d’Instance restera sur Sète…mais le Tribunal de Commerce sera bel et bien supprimé pour prendre la direction de Béziers. Et le Conseil des Prud’hommes verra son sort scellé d’ici quelques mois…
Je partage totalement la révolte des représentants du monde judiciaire, non concertés, sur cette réforme de la carte judiciaire peut-être nécessaire, mais non réfléchie en commun.
Je retiens aussi les regrets de la présidente du tribunal de commerce de Sète, exprimés lors de la dernière séance la semaine dernière. Regrets des « murmures tardifs de nos autorités de tutelle et de nos élus. Manifestement trop faibles pour être perçu par le Ministère de la Justice. » S’insurger quand le cercueil est en train d’être refermé ne sert à rien. La justice de proximité sétoise a bien été enterrée samedi à Montpellier par la Garde des Sceaux !
Que ne pas regretter aujourd’hui un autre enterrement réalisé par nos édiles et nos élus : celui du projet d’une Cité judiciaire sur Sète qui aurait réuni nos trois juridictions (Instance, Commerce et Prud’hommes). Désormais certains citoyens devront aller ailleurs pour voir leur dossier traité…C’est ce que l’on appelle être proche des gens ?

18:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (17)

07 novembre 2007

Gérer l'accueil des gens du voyage

Depuis quelques jours, une trentaine de caravanes de gens du voyage stationne sur l’un des derniers parkings du Lido, en direction de Marseillan, à l’Ouest de Sète.
Et du côté de la gare, au droit des friches portuaires de Cayenne, à l’Est de la ville cette fois-ci, d’autres prennent aussi régulièrement place.
Nouvelles clientèles touristiques de moyenne saison ? Non.
Simplement des gens qui profitent du vide laissé sciemment depuis plusieurs années par la Municipalité sétoise et la Communauté d’Agglomération Sète-Bassin de Thau : il est impossible en effet d’empêcher ces gens de prendre possession d’un lieu public…
Car Ville et Agglomération sont elles mêmes hors la loi !
Une loi qui impose depuis 2001 la réalisation d’aire d’accueil pour ces caravanes. Or voici quelques jours, le maire et Président de la Communauté d’Agglomération François Commeinhes a réitéré dans la presse écrite son désir de ne pas s’exécuter, arguant d’ »un manque de place (il faut 2 hectares !), de zones inondables, de Schéma de mise en valeur de la mer… ». En oubliant aussi, tant qu’à y être le périmètre Seveso.
De la place que l’on trouve pourtant pour certains autres projets…qui dépassent largement les dizaines d’hectares.
Il est temps, comme pour d’autres dossiers en cours…,de respecter la loi.
Créer une aire d’accueil des gens du voyage permettrait de réguler le phénomène, d’éviter qu’il se propage sur tous les espaces libres de Sète, mais aussi des environs.
Gardiennée et payante, cette aire serait aussi préservée des actes de vandalismes et des dégradations. Elles responsabiliseraient ses usagers au nombre limité (par la loi). Et donnerait aussi le moyen d’interdire réellement toute autre occupation, illiccite dés lors. Une manière d’avoir le sens de l’accueil, le respect des lois…et celui d’une ville plus agréable à vivre.

16:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6)