Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 décembre 2007

MIAM MIAM…GLOU GLOU

Dans le Midi Libre de ce dimanche 16 décembre, l’un de nos grands artistes sétois de renommée internationale, Hervé Di Rosa évoque entre autres choses « son » Musée International des Arts Modestes, lancé en novembre 2000. « Son », car il en a été avec Belluc l’un des instigateurs, et qu’il « préside » l’association qui le gère, même si l’institution fonctionne avec une grande partie de fonds publics (Etat, Région, Ville…).
Je ne conteste pas l’initiative originale visant à ouvrir ainsi les portes de l’art contemporain au plus grand nombre, par le biais d’un art dit « modeste », et rejoins l’artiste quand il déclare « L'art du quotidien permet d'amener vers l'art contemporain un public qui hésite à franchir le seuil des centres d'art. C'est la fonction du Miam. »
Je suis par contre grandement surpris par la modestie…inversée dont il fait preuve dans une autre de ses déclarations : « 25 000 entrées par an, ce n'est pas mal du tout surtout si on compare avec les autres musées de Sète. Et avec des moyens plutôt limités. »
Un artiste plongé dans les trames de la création perdrait-il la valeur de l’argent…et notamment de l’argent public versé par ses ex-concitoyens sétois ? Les moyens donnés à Hervé Di Rose ne sont pas « plutôt limités »…au contraire !
Rectifions les chiffres : le MIAM dispose de la plus grosse subvention culturelle annuelle attribuée par la Ville de Sète. 180.000 à 200.000 euros suivant les années, auxquels il faut ajouter une subvention complémentaire pour l’opération « Miam Miam Glou Glou » de l’automne, la mise à disposition des locaux et du personnel par la Ville…et une multitude d’aides indirectes et non comptabilisées par divers autres services municipaux. Pour la poire, comme l’on dit, c’est aussi l’établissement culturel sétois qui bénéficie des plus grosses aides des autres institutions publiques (Etat, Région…). Veut-il que l’on compare avec les autres musées de Sète ? Vraiment ?
Le MIAM n’est pas si…modeste que cela…
Concernant les entrées, je me félicite aussi du chiffre de 25.000 qui semble indiquer un net regain d’intérêt de la part du public…car les derniers chiffres officiels en ma possession sont loin du compte. Même en y ajoutant les entrées gratuites, quelques scolaires…A moins que les invités des vernissages ne soient compris…

Sans pour autant remettre en cause la démarche et la valeur du MIAM, il est je crois nécessaire de reposer les bases d’une véritable politique culturelle de ville. Intégrant d’abord la réalité des chiffres, mais aussi une véritable synergie entre les différentes structures existantes. Et pas au détriment des établissements publics.

22:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bravo Mr Sans,

enfin quelqu'un qui ose dire tout haut ce que les autres pensent tout bas concernant le Miam

Écrit par : Gérard | 18 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.