Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21 décembre 2007

Il y a...urgence!

Le 15 décembre dernier, j’ai pu constater en visitant la caserne de sapeurs-pompiers de Sète les conditions de travail inadaptées dans lesquelles nos soldats du feu exerçaient. Des conditions qui n’ont pratiquement pas changé depuis la construction initiale : hangar non chauffé et non isolé, cantonnement dépassé, surfaces insuffisantes qui conduisent à garer des véhicules dans un autre site…portant certains délais d’intervention à plus de vingt minutes !

Et ce pour une ville en pleine croissance démographique…

Je m’étonne que le chantier d’une nouvelle caserne plus en rapport avec les besoins vitaux que sont la sécurité et la prévention de nos concitoyens n’ait pas été lancé en douze ans ! Et soit seulement promis pour 2010…Quelle année folle 2010 nous promet-on d'ailleurs!

De stériles débats politiciens ont fait avorter dans un premier temps le projet d’une caserne inter-communale Sète-Frontignan. Puis ceux qui opposent le maire actuel au Service Départemental d'Incendie et de Secours. Au lieu d’une petite extension déjà obsolète de chambres supplémentaires voici quelques années (investissement à fond perdu), il aurait mieux valu lancer le projet de la caserne. Et pas forcément en zone Séveso 2…

Je note aussi avec inquiétude que la Ville dit ne pouvoir débloquer « que » 1,5 millions d’euros. En reconnaissant qu’ »On ne peut pas faire davantage ! » !
Inquiétant quand on connaît la surimposition des sétois…et les recettes rentrées par la Ville ! La Ville de Sète n’a-t-elle pas les moyens de sa sécurité, en accompagnement de fonds départementaux ? Sachant qu’une caserne moderne doit coûter environ douze millions d’euros…

La Ville avait déjà refusé une subvention minimale pour l’école de formation bénévole de jeunes sapeurs-pompiers, école qu’elle avait pourtant elle-même incité à relancer!

Il est temps de ramener Ville, SDIS mais aussi les pompiers eux-mêmes (premiers concernés au quotidien) autour de la table pour un vrai projet. C'est la première demande des pompiers. Dans l'intérêt général.

16:55 Publié dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Bonjour Mr Sans,

Il n'est en rien étonnant que la ville ne puisse débloquer que 1,5 M € étant donné le coût de l'énorme masse salariale. Trois personnes à certains postes alors qu'une seule serait suffisante. Que préconisez-vous ?

Écrit par : Gérard | 22 décembre 2007

Bonjour Gérard,
c'est aussi un constat qui ressort des chiffres officiels en notre possession : 1 employé municipal pour 35 habitants à Sète alors que la moyenne des villes de même importance est d'un employé pour 65 habitants! D'où un surcoût de prés de 3,3 millions d'euros par an à la charge des contribuables sétois!
Et malgré ce, alors que des transferts de charges, de service et donc d'employés avaient été faits au profit de l'Agglomération (allégeant ainsi le nombre d'employés municipaux et donc le budget de fonctionnement), la mairie a réembauché aussitôt ces trois dernières années...
Des employés qui ne peuvent désormais être renvoyés vous vous en doutez...car embauchés dans le cadre du statut de la fonction publique. Il nous faudra donc, en attendant des départs en retraite, optimiser le prorata des employés et des services dûs à la population et aux contribuables sétois. Nous avons pour cela des propositions de recomposition de services et de nouveaux services à mettre en place.
Mais aussi mettre un terme une fois pour toutes à certains recrutements de complaisance...C'est le besoin d'intérêt général qui créera l'emploi! Et non l'intérêt particulier dont certains ont usé sous les deux municipalités actuelles et précédentes.
Concernant le budget, en optimisant certains services et en gérant mieux certaines dépenses publiques, nous nous faisons forts d'augmenter la part d'investissement de la Ville. Sans augmenter une fiscalité déjà lourde...
Nous en parlerons lors d'une réunion publique fin janvier...

Cordialement...et bonnes fêtes à vous
Philippe Sans

Écrit par : Philippe SANS | 22 décembre 2007

par pitié, si jeune en politique et usant déjà aussi parfaitement de la démagogie ! Moi, le chevalier blanc, je vais arriver et mettre fin à toutes les dérives des municipalités depuis que Sète (Cette) est Sète. Comme premier acte d'un chevalier blanc, utiliser comme piédestale une association ultra subventionnée pour entrer en politique n'est pas le meilleur gage de moralité publique que vous brandissez comme absolument tous les autres l'ont fait avant vous. Cher monsieur, vous vous payez de bons mots

Écrit par : alain | 25 décembre 2007

Bonjour Alain,
une explication d'abord : mon implication en politique est basée, comme pour beaucoup de concitoyens, sur le ras-le-bol de dérives politiciennes et de pratiques au détriment de l'intérêt général. Si l'on se contente de râler sur certaines pratiques sans vouloir tenter de les changer..., sans tenter d'atteindre un idéal, que nous reste-t-il? A moins que vous ne trouviez certaines choses normales et tout trés bien?! La base de la démocratie est d'essayer d'améliorer les choses, à commencer par la gestion commune (et communale).
Quant à utiliser comme piédestal (sans "e" c'est mieux) une association "ultra subventionnée", je ne saisis pas bien le sens de votre propos : je n'ai jamais appuyé ma campagne sur un quelconque autre engagement associatif de ma personne (qu'il soit culturel, sportif ou de solidarité). Etant trop respectueux de l'action de bénévoles en dehors de toute politisation...Ce que certains adversaires par contre ne semblent pas respecter.
Mais concernant les subventions et l'utilisation qui peut en être fait...je vous engage à lire ma note de blog sur le MIAM. Certains semblent aussi se payer de bons mots...mais avec votre argent! Mais aprés tout, si vous préférez cela...

En vous souhaitant de bonnes fêtes...

Écrit par : Philippe SANS | 26 décembre 2007

bonjour,
je suis assez secptique sur votre enguagement de faire baissé la pression fiscale car c'est simple de le dire et puis quand on n'y est plus rien,
je pense que c'est vrai que séte a une pression fiscale trés importante mais permet de deguagé des investissement assez conséquent.sans faire de politique politicienne séte change d'aspect, de physionomie, elle est de plus en plus chaleureuse depuis 2003.
d'année en année elle se rajeuni nottament la corniche qui est quasi neuve puis viendra un autre quartier comme par exemple comme vous le dite si bien dans votre projet la marine qui a besoins d'une revitalisation de fond a comble.
je pense pas qu'il faut tout critiquer sur se qui a été fait mais plutot avoir un debat constructif.
comme par exemple pour lancer un nouveau débat : y'aurai t'il trop d'employer municipaux a Séte?
car qui dit baisse de la pression fiscale di marge de manoeuvre réduite, ou alors aller vous réduire les effectif?
voila les question qui faut se poser et qui j'en suis persuader que vous avez la réponse.
cordialement, et Bonne Fête

Écrit par : cedric | 29 décembre 2007

Bonjour Cédric,
j'ai déjà traité de ce sujet concernant le "surplus" de personnel communal sur Sète dans mon commentaire en date du 22 décembre dernier en réponse à Gérard.
Vous souhaitant à mon tour aussi de bonnes fêtes et par avance une...trés bonne année 2008.

Cordialement.

Écrit par : Philippe SANS | 30 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.