Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 avril 2008

De la volonté politique...

L’un des internautes me lançait un appel suite à la mise à la rue forcée des locataires après l’incendie d’un appartement rue Lazare Carnot début avril. « Ils ont besoin de vous » concluait Max (voir son commentaire à la note « Respect »).
J’ai suivi avec attention cette situation. Et deux personnes de notre liste malheureuse aux dernières municipales (Nicole Bandelier et Marialys Caramel) se sont mobilisées et ont même assisté à plusieurs réunions (y compris en mairie) sous l’égide d’associations auxquelles elles appartiennent.
Aujourd’hui, la victoire est surtout d’avoir réussi à dégager une réponse consensuelle et humaine. A savoir que jusqu’au 30 avril, les résidents sont pris en charge par la commune en chambre d’hôtel, puis à dater du 1er mai, relogés dans des « appartements tiroirs » (terme horrible auquel je préfère celui d’ »appartements relais ») payés par leurs loyers et par un complément pris en charge par les propriétaires.
Vous voyez que ma discrétion n’empêchait pas des personnes de notre équipe de suivre et travailler dans le bon sens. Avant si nécessaire une agitation plus médiatique. C’est avant tout cela faire de la politique.
Maintenant qu’il a été répondu aux besoins d’urgence, permettez-moi quand même de dénoncer certains faits.
Tout d’abord l’irrespect humain dont font preuve certains propriétaires, qu’il faut bien qualifier de vendeurs de sommeil. Propriétaires de logements insalubres ou dangereux, et qui n’hésitent pas à les louer malgré ce à des gens en situation plus que précaire. Il y en a à Sète. Ainsi dans cette même rue Lazare Carnot certains ont même profité à l’époque de divorces, séparations, problèmes familiaux…pour acquérir des logements ou immeubles entiers pour des bouchées de pain via des intermédiaires. Puis les ont mis en location…sans y investir le « minimum vital » pour y loger de manière conforme aux besoins actuels. Sans parfois même répondre à leurs obligations légales de propriétaires malgré des relances de locataires. Ils seraient d’ailleurs intéressants de voir de plus prés. De la liste des propriétaires réels (sans parler des prête-noms)…jusqu’à l’état des lieux. Travail intéressant pour les acteurs sociaux, municipaux…et pour les journalistes. A condition de prendre le temps…
M’étonnez ensuite que l’arrêté de mise en péril pris par la Commune en janvier dernier…est laissé des occupants jusqu’en cette date du 2 avril. Et encore, il a fallu un incendie pour évacuer ledit immeuble ! Il y a de quoi s’interroger. Prendre des arrêtés, des interdictions…ne sert à rien si dans les faits rien ne change. N’y voyez aucune accusation, mais matière à réflexion.
J’irais donc au-delà. Et il me revient à l’esprit les propos d’une « blogueuse » qui affirmait qu’ « on ne peut forcer un propriétaire… ». Et bien si. La loi donne aux pouvoirs publics, et notamment aux mairies, la possibilité après un arrêté de mise en péril de détruire ou de réhabiliter des immeubles aux frais du propriétaire même en cas de mauvaise volonté ou de défaillance complète de celui-ci.
Une étude très intéressante avait démontré voici quelques temps que certains projets de lois qui semblaient novateurs ne faisaient que reprendre des lois déjà votées…mais non appliquées ! Il suffit donc parfois simplement d’un peu de bon sens. Et de volonté politique !

08:50 Publié dans Social | Lien permanent | Commentaires (27)

Commentaires

philippe,

Il est vrai que l'appelation "appartements tiroirs" n'est peut être pas trés jolie, mais je pense que cela est pour le différencier de "l'appartement relais" En effet, une appartement relais est une lieu où des peronnes individuelles "SDF" aprés tout un suvi médical et social ou des familles souvent "femmes battues avec ou sans enfants" sont accueillis avec l'encadrement d'acteurs sociaux pour les aider à se reinsérer dans la collectivité et obtenir par la suite un logement où ils pourront se prendre en charge définitivement.
Sur Sète, une maison relais devrait voir le jour en 2009 suite au travail du SUS et à la pression des "Enfants de Don quichotte"
Un "logement tiroir" par contre est un logement où les propriétaires doivent reloger leur locataire à leur frais en attendant qu'il reintégre leur logement aprés travaux ce qui a pour objet de luttrer contre le déplacement de cette population victime des marchands de sommeil et de ce fait contre la spéculation foncière
Certes à ce sujet contre les marchands de sommeils, un gros travail est à faire, mais je ne désespère pas.

Écrit par : MC | 15 avril 2008

Merci pour ces explications "MC". Il n'en reste pas moins que ce que l'on range dans un tiroir...c'est pour ne pas le voir et que cela ne soit pas apparent. Je préfère la notion d'appartements relais. Et je salue au passage le travail réalisé par le projet de maison relais et par les associations citées sur le dossier concerné.

Écrit par : Philippe Sans | 15 avril 2008

on peut regretter ce mot, mais il faut le situer dans son histoire.
la loi donne la possibilité de mettre un processus, appelé "opération tiroir" en cas de réhabilitation de logements de tout un quartier ; qui consiste à installer des locataires dans des logements transitoires vides et à réhabiliter, si possible dans le même quartier, pendant que leur logement est réhabilité et de faire cette opération tournante pour l'ensemble des locataires concernés.
Quelque soit le mot utilisé cette "opération tiroir" est très intéressante.
à ma connaissance cela n'a pas été utilisé jusqu'à présent par la municipalité lors de soit disante réhabilitation, qui la plupart du temps, expulse des gens ailleurs et sans les réintégrer dans leur ancien quartier et encore moins dans leur ancien logement devenu neuf et plus cher.
Peut-être est-ce une première ? donc à surveiller d'autant plus près et veiller à ce que cela se reproduise et sans attendre la catastrophe comme cette fois-ci.
Nicole

Écrit par : Nicole | 15 avril 2008

Certes, mais ces propriétaires vont avoir une subvention conséquante pour la rénovationde leur "taudis" d'aprés les services OPAH 90%, il est donc normal que les propriétaires prennent en charge la différence de loyers en attendant.
Si le déroulemnt de cette affaire se passe dans la régularité,( les subventions de rénovation ne sont attribuées que dans des cas bien précis : les loyers doivent correspondrent à des loyers de logements sociaux ou de loyers intermédiaires conventionnés.), les locataires doivent retrouver le même logement rénové et avec le même loyer.
C'est à nous d'être vigilants et de faire en sorte que ces "tiroirs restent ouverts.

Écrit par : MC | 15 avril 2008

Mme Christine BOUTIN, Ministre du Logement et de la Ville, qui s’est rendue sur les lieux de l’incendie du passage Brady dans lequel ont péri trois personnes, annonce un plan d’action contre l’habitat indigne et les marchands de sommeil.

Le Ministre s’est rendu ce matin passage Brady avec le préfet de Paris et le maire du 10ème arrondissement sur les lieux de l’incendie qui a fait trois victimes dont une femme enceinte. Une enquête est en cours pour déterminer les causes de cet incendie.

Le Ministre avait demandé hier à ses services de préparer un plan d’action pour lutter contre les marchands de sommeil dans chaque département. Ce plan est constitué d’outils techniques et juridiques tels que des travaux d’office assortis de subventions de l’Anah.

Mme BOUTIN envoie aujourd’hui une lettre aux préfets afin de leur exposer ces mesures ainsi que les obligations de résultat qui en résultent.

Ce plan d'action a été relayé par les Préfets et les Maires qui ont dû dresser un état départemental et par la même communal des bâtiments répondant aux critères légaux, pourriez-vous me renseigner sur ce qu'il en est de ce fameux bâtiment de la rue Lazare Carnot?

Écrit par : RICHARD | 15 avril 2008

En effet, Mme Boutin demande aux préfets et aux maires l'application de l'ordonnance n°2205-1566 du 15 décembre 2005 qui doit voir sa version consolidée le 15 avril 2008.
En ce qui concerne l'immeuble de la rue Lazare Carnot le maire à suivi la procédure. le seul bémol, est que si l'arrêté de péril pris en application de l'article L. 511-2 est assorti d'un délai d'exécution qui ne peut être inférieur à un mois
pourquoi, si cet arrété a été pris en janvier, avoir donné au propriétaire jusqu'à fin fin avril? Mais peut être que les élections municipales ont le fonctionnement des services

Écrit par : MC | 15 avril 2008

Il y a quelques temps déjà, je parlais des vendeurs de sommeil.
J 'admets avoir une vision quelque peu extrémiste sur la question, mais je ne peux m'empêcher de réagir encore une fois.
Ainsi donc, ces individus qui louent à prix d'or des taudis vont avoir une subvention pour mettre aux normes leurs locaux.

A Paris , certaines chambres totalement insalubres , sans toilettes, parfois sans eau, et le chauffage inexistant de 9m2 se sont louer pour 500€!

Des gamins sont atteints de saturnisme, des dizaines de personnes ont péri dans des incendies dus au mauvais entretien de l' electricité.
Les cafards, l'humidité et le froid , la pourriture, la moisissure ont été et sont encore le lot quotidien de centaines de familles en grande précarité.
Pendant ce temps les propriétaires se sont remplis les poches!
Je suis désolé,mais ces derniers sont des criminels!!!!
Je crois qu' hier une de ces vendueuses de sommeil a été condamné a une peine de prison ferme.

Aussi, je me questionne quand je lis qu' en plus ils vont toucher une subvention!
Comme si on donnait une subvention a un garagiste qui vous a vendue une voiture sans freins et sans direction pour la réparer!

Tous ces gens qui se sont enrichis sur le dos de la misére humaine impunément pendant des lustres, ne sont non seulement pas punis: mais en plus on les aide.

Que doivent penser les propriétaires honnêtes, qui louent des logements dignes de ce nom,qui prennent soins d'être en régle, et qui eux n' ont pas d' aide pour amliorer leurs locaux?

Moi je pense à ces victimes,qui ont dans leur chaire les cicatrices,les séquelles, les traumatismes des conditions dans lesquelles elles ont vécues ou vivent encore ,qui lisent aujourd'hui qu'on va aider financiérement leurs bourreaux!

Il y a des lois,qu'elles soient respectées!
Que les conséquences soient à la hauteur des faits.

Et puis un grand Bravo ,à tous ceux qui se battent pour tous ces gens maltraités.
Bravo au SUS, aux Maisons Relais, Associations.Vous avez un courage et une volonté, une énergie qui apellent au respect.

Écrit par : Frank Paris | 16 avril 2008

Franck,

Je suis entièrement d'accord avec toi, nous devons non seulement combattre les propriétaires marchands de sommeil qui sont en effet des criminels, mais aussi les agences immobilières e les syndic qui gèrent ces immeubles et de ce fait se rendent des complices de ces propirétaires.
Si l'on refléchit, n'est il pas préférable d'obliger ces propriétaires avec les outils juridiques qui existent d'entamer des rénovations avec des subventions qui bien entendu sont des deniers publics donc une partie de votre argent et redonner le logement aux locataires plutôt que de laisser cet immeuble à un promoteur qui lui ne les relogera pa.
Cette population sera donc déplacée et vu leur vulnérabilité( certains étant des étrangers, d'autres des fragilisés et surtout des RMISTEs) risque de se retrouver dans l'engrenage des "SDF" et c'est cela que les associations et le SUS qui sont intervenus sur ce doccier n'ont pas voulu.
Aussi, si nous voulons faire appliquer les lois, faire la chasse aux marchands de sommeil et ne pas être dans l'obligation de travailler au cas par cas et souvent dans l'urgence, nous devons être plus nombreux.
Je tiens ici à remercier le travail effectué par le SUS et sa directrice ( la mission du SUS n'est pas de prendre en charges les locataires victimes de ces "criminels" )

Écrit par : MC | 16 avril 2008

Fin janvier le Préfet de l'Hérault a demandé aux Maires du département le recensement des arrêtés de péril et d'insalubrité en dressant la liste des arrêtés de police pris depuis 2001 et non levés au moment de sa missive, en particulier ceux concernant le péril frappant des bâtiments d'habitation occupés et s'adressant au Maire il leur faisait parvenir un modèle de tableau de recensement pour les arrêtés de péril...il rappelait les dispositions de la procédure de travaux d'office conformément aux termes du code de la santé publique et du code de la construction et de l'habitation et rappelait aussi la compétence des maires pour engager la procédure d'exécution d'office des mesures prescrites par les arrêtés de péril ordinaire et imminent (article L.511-1 et suivants du code de la construction et de l'habitation), à ce titre, les maires doivent mettre en demeure les propriétaires ou exploitants défaillants dès échéance du délai imparti pour effectuer les mesures prescrités par les arrêtés, cette mise en demeure doit être justifiée par un constat de non-exécution des mesures prescrites ou de leur insuffisance pour mettre fin aux désordres, le délai pour exécution des trtavaux doit être fixé et si les travaux ne sont pas effectués, ils sont réalisés d'office par l'autorité administrative .
Qu'en sera t-il pour la rue Lazare Carnot, la commune devant faire exécuter ses propres arrêtés de police, il semble anormal de décharger les propriétaires, de toute responsabilité, au risque de les conforter dans leur impunité.

Écrit par : charles | 16 avril 2008

Charles,
Sait-on si à Sète le Maire a fait ce recensement,et fait suivre d' effet la demande du préfet?

Écrit par : Frank Paris | 16 avril 2008

... suite du post de dessus.

Il ne semble pas incohérent de faire les réparations qu'il convient même avec les deniers publics ,si nous sommes dans une logique de relogement des locataires.etRAPIDEMENT!
Par contre j' ai l'impression qu'il en manque un bout...
En effet, d' aprés ce qu'écrit Charles,l'autorité administrative ne donne pas la sensation qu' elle se retourne ensuite vers le propriétaire pour se faire rembourser!
Alors continuons comme ça, et les heureux propriétaire auront tous bénéfices pour eux! Avec un peu de chance ils pourront même augmenter les loyers,non?

De plus, je note,que la demande du Préfet, notofie les arrêtés de police depuis 2001!!! Ce qui induit que depuis 2001, pour certains vendeurs de sommeil, on leur fiche une paix royale... Bien!
Que s'est-il donc passé depuis 2001?
Qui est responsable de cette inaction?
7ans... incroyable.

Oui "MC" a raison , il faut penser d' abord à reloger ces pauvres gens, et ensuite il faut PUNIR les contrevenants (pour rester poli)et leurs complices.En urgence.

Écrit par : Frank Paris | 16 avril 2008

Bonjour Philippe, alors on fainéante, on siestoune, on fait la grève de l'info, c'est la panique chez COMMEINHES, sommé de s'expliquer dans le MIDI LIBRE de ce jour, comme un petit garçon pris en flagrant délit de rejet, et vous ne dites rien ? Et nous, où allons nous pouvoir donner des points de vue qui valent ce qu'ils valent d'ailleurs, mais qui ont le mérite d'exister.... si ce n'est ici !

Écrit par : christiane | 17 avril 2008

Effectivement François COMMEINHES ne sera pas Président de l'Agglomération du Bassin de Thau en espérant peut être rafler le Syndicat Mixte ce qui n'est pas encore sûr.

Dans tous les cas cette élection assurée pour Pierre BOULDOIRE prouve la faiblesse de Sète qui était considérée comme ville dite bourg centre au sein de l'agglo alors que la loi permettait déjà dans ce genre de structure d'avoir deux villes dites bourg centre si leurs populations étaient supérieures à 15 000 habitants, ainsi Frontignan dame le pion à notre île singulière.

Fiasco total, d'image, de force et d'avenir, qu'en est-il de ce vaste rapprochement avec nos amis Montpelliérains et autres, un doit bien sourire dans sa chaumière et penser qu'il n'avait pas eu tort au même titre que vous Philippe de douter de cette grande agglo.

Dans tous les cas, du travail est sur la planche si l'on veut que notre ville puisse s'épanouir au lieu de mourir.

Commeinhes est égal à lui même, combinard et peu fiable, préférant être vice-président sans connaître sa délégation, je suis non seulement surpris de sa décision mais inquiet pour le développement de Sète, un troisième tour est plus qu'obligatoire en espérant que dans le futur tous les opposants seront s'unir et mettre fin à cette situation ridicule.

Écrit par : max | 17 avril 2008

Je rassure juste Christiane (avec humour car c'était rigolo) : j'adore faire la sieste qui permet à l'esprit et au corps de se poser un court temps avant de se relancer. La grève de l'info, que nenni : ce n'est pas moi qui donne les faits, mais les médias. Et se laisser aller un peu ne fait pas de mal non plus.
Trêve de plaisanterie : l'observation est quelque chose qui me sied parfaitement en ces temps d'aprés campagne. J'ai l'occasion d'étudier avec recul ce qui se passe, et cela fera un bien intéressant chapître du livre de campagne que j'écris actuellement. Mais rassurez-vous je vais avoir une note au sujet de ce qui se passe à propos de l'Agglo dans les prochains jours.

Écrit par : Philippe Sans | 17 avril 2008

Pour répondre à Franck, l'attribution des aides de l'OPAH et des autres collectivités aux propriétaires de la rue Lazare Carnot sont assujéttie à un engagement. Les propriétaires sont dans l'obligation de louer pendant 9 ans les appartements soit en loyers sociaux soit en loyers intermédiaires conventionnés.
Par contre ne serait il pas intéressant que la SA Elit société d'économie mixte fusionnée avec la SEBLI dont le président est F.Commeihnes, dans le cadre du PRI ( plan de restauration urbaine) fasse des logements conventionnés et des logements "tiroirs" plutôt que de revendre les immeubles qu'elle acquiert à des promoteurs privés

Écrit par : MC | 17 avril 2008

Coucou la revoilou,Marion Deniveau...
Avec une spectaculaire idée:
UN REFERENDUM SUR LA COULEUR DES FLEURS DES MASSIFS MUNICIPAUX!(midi libre de ce dimanche20 avril).

J'imagine déjà la jolie campagne "referemdaire", avec des affiches pleines de fleurs,avec des noms d'oiseaux,des sponsors fertiles,le blog de Phillipe Sans qui fleurit d' idées ...
Ah! quelle époque formidable, ou on nous demande notre avis sur tout, enfin presque tout...

Et puis j' ai plaisir à penser que Madame Deniveau va nous livrer une nouvelle piste pour ces usines qui poluent nos jolies petites fleurs.Que ces dernieres vont maquiller délicieusement ces immeubles qui poussent plus vites que les fleurs.

Avec ces rêves plein la tête, je me dis que tout va bien,
que la vigilence n' est plus de mise,
que la super agglo peut bien se mettre en place sans referendum,
que la présidence de l' agglo passe chez nos amis Frontignanais,
que les mal logés vont pouvoir enfin domir prés des fleurs...
C'était donc ça la piste de Marion.
Merci.

Écrit par : Frank Paris | 20 avril 2008

Et bien moi je propose à notre écolo " baba kool" de se pencher au chevet ' du bupleurum semicompositum, de la scilla hyacintoides.... plantes rares et de leur biotope
Pour cela Je lui propose de retrouver les véritables écologistes sur le terrain pourquoi pas samedi 26 avril pour mettre la main à la patte et néttoyer ces espaces laissés délibérement sans soin alors que des sommes y sont allouées
En ce qui concernent les usines qui polluent et étant donné que Mme Devineau a été nommée suppléante dans le conseil d'administration de la Semtomer qui exploite l'incinérateur de Sète, je lui conseille de prendre connaissance au plus vite de l'institut de veille sanitaire (InVS) sur le site www.cnid.org/espace_mailing/cp_2080402.htm

Écrit par : ecolo | 20 avril 2008

Mme Devineau devrait faire aussi un réferendum pour l'abattage de Pins d'Alep centenaires de notre belle ville de Sète. Si c'est ca "sa piste", et bien on va bien rigoler les prochaines années!
Ecolo pour le bupleurum semicomposiyum et la scilla hyacintoides, je pense pas qu'elle connaisse l'aspect et la couleur de ces plantes rares, je pense qu'elle est plus géranium et marguerite.
blonde

Écrit par : blonde | 20 avril 2008

Oui peut être, mais il y a plusieurs sortes de géraniums et de marguerites.
Je verrais plutôt des cactus comme ceux qu'ils ont mis en face de la clinique St Thérése afin d'empêcher le SDF " Diego" qui y squatter d'y retourner

Écrit par : mc | 20 avril 2008

bonsoir tout le monde,

écolo, ton lien ne fonctionne pas. De plus le CNID est un organisme qui se donne pour but, et qui obtient des subventions, pour des actions contre les drogues. Je ne veux pas critiquer le CNID parce qu'il s'acharne sur le cannabis, et qu'il ne propose RIEN DU TOUT sur les problèmes de consommation d'alcool, de médicaments contenant des toxiques neurotropes alors que c'est un réel problème de santé publique. Je n'ai pas non plus de reproches à faire sur la composition du CNID, sénateurs, ministres ou anciens ministres et parlementaires de la majorité, dont Gaymard, Boutin ou Stasi, mais, simplement, ami écolo, je n'ai pas compris le rapport avec ce problème.
Peux-tu nous transmettre le lien sur l'InVs ?

Écrit par : Gaby le Goeland | 20 avril 2008

CELA FAIT 39 JOURS QUE MARION DENIVEAU NOUS A DIT QU'ELLE AVAIT UNE PISTE...

Écrit par : CALENDRIER | 21 avril 2008

Bonjour à vous,
merci d'abord d'être plus précis dans vos explications. Je pense par exemple à la référence à Diego le SDF. Il vaut mieux expliquer ce que vous voulez dire...Tout le monde ne connait pas tout.
Ensuite, pour Calendrier : le temps je le dis souvent est un ami. Laissez donc le bénéfice du doute aux gens et laissez leur le temps de s'installer et de mettre en chantier ce qu'ils annoncent. Ne jugeons que sur pièce. Si nous avions été élus, nous n'aurions pas tout réalisé en 39 jours...croyez-moi!
Cordialement

Écrit par : Philippe Sans | 21 avril 2008

Gaby,
Simplement pour dire qu'avant de faire un référendum pour la couleur des petites fleurs, il serait utile de faire un référendum et pourquoi pas un grenelle local de l'environnement pour irradiquer " les fleurs du mal" dont on ne connait pas la couleur mais les effets
Toutes mes excuses, voici le lien de l'institut de veille sanitaire.
Je ne suis pas une pro de l'informatique
amicalement

www.invs.sante.fr/publications/

Écrit par : ecolo | 21 avril 2008

l'histoire de Diégo le SDF.
C'est un personnage que vous avez peut être eu l'occasion de croiser dans le quartier des 4 ponts, un petit homme agé, d'origine portuguaise, portant sur sa tête souvent des sacs en plastique et qui avait pris l'habitude de squatter l'ancienne station d'essence prés de la clinque St Thérése.
Les habitants du quartier le connaisse bien et avait pris l'habitude de lui apporter à manger.
Ce petit homme ne demandait rien à personne, mais il est vrai que souvent les services municipaux étaient obligés d'aller avec une benne débarasser cet endroit tant il y accumulé des choses.
Un beau jour la commune a décidé de faire mûrer les issues de cette station. Les habitants du quartier se sont émus et certains sont intervenus auprés de la mairie. Comme il restait un petit coin,"Diego" s'était reinstalé alors sur ce petit espace, on a planté cactus et rocher.
Mais "Diego", figure emblématique de ce quartier erre toujours dans l'île Sud

Écrit par : mc | 21 avril 2008

Voilà...c'est pas mieux pour que les gens comprennent et puissent avoir tous les éléments pour enrichir le dialogue? Merci "mc"

Écrit par : Philippe Sans | 21 avril 2008

la campagne électorale terminée la nouvelle équipe municipale se trouve emmerder car les promesses delogement dont certaine avec magouilles (procures) ils nesavent plus comment faire,car a l'ile de thau il n'y a pratiquement plus de logement vacant les gens reste sur ce quartier par manque de fric dont cette municipalité ne peut plus loger sur l'ile de thau qui de plusmaintenant le directeur des hlm a une nouvelle fonction (adjoint) lui aussi dois assumer. Sète se coupe en deux d'un coté des retraité rentable de l'autre des sètoisen manque d'argent ou des modestes travailleurs qui n'arrive plus au fin de mois,j'attend les maisons borloo. ou construire des logement hlm? pourquoi pas a l'ancien terrain edf coté mas grenier ? Il faut se rappeller que la ville a refuser de vendre le terrain au conseil general pour construire des hlm sur sois disant que la mairie a un projet a ce jour le lieu devient une batisse en ruine quel dommage Sète va devenir le bronze cul de l'europe estles sètois regarderons simplement.

Écrit par : reilles j claude | 22 avril 2008

J'ai oublier de dire le lieu ausujet du refus de la vente de terrain au conseil général je parle D'Iffremer en face du cimetiére du marin,mais maintenant Mr Commeinhes a lui aussi une nouvelle fonction élu conseiller general. Je profite pour lui dire son manque de courage au sujet de la présidence de l'agglo il fait pashonneur au setois.

Écrit par : reilles j claude | 22 avril 2008

Les commentaires sont fermés.