Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 mai 2008

ça sent le réchauffé!

« La politique n'est pas une affaire de sentiments, c'est un rapport froid. »Georges Frêche, président de Région Languedoc-Roussillon et président de l’Agglomération de Montpellier a raison quand il déclare cela à la presse (Voir Midi Libre du 2 mai). Même si j’estime à titre personnel qu’il faut aussi y mettre du sentiment et de l’humain. Mais je ne doute pas qu’il en mette aussi parfois quand même.
Mais si l’on veut rester dans le « rapport froid », il faut toujours donc prendre des décisions en fonction des éléments tangibles d’un dossier. Comme par exemple sur le projet de fusion cher à Georges Frêche entre son Agglo et celle de Sète-Bassin de Thau.

«« Pourquoi je veux faire cette grande agglo ? Simplement pour continuer à ne pas augmenter les impôts et j'ai besoin d'argent pour développer le port de Sète, réaliser l'assainissement de l'étang de Thau et de l'Or et financer la 3e ligne de tramway à Montpellier. Si j'arrive à dépasser la barre des 500 000 habitants et à passer en communauté urbaine, j'ai 60 % de recettes en plus.» Mais désormais, Georges Frêche veut également rassurer. En cas de réussite du projet, il promet « sur l'honneur, de prendre immédiatement une délibération excluant la compétence du droit du sol. Je ne tiens pas à mettre la main sur le plan local d'urbanisme des communes. Je m'en fous. L'urbanisme, c'est le rôle du maire. » (Extrait de Midi Libre du 2 mai)

Voilà donc, avec cette nouvelle déclaration une certitude : alors que certains pendant la dernière campagne municipale nous assuraient qu’il n’était pas question de Communauté Urbaine mais d’une Super-Agglo…et que le droit du sol ne pouvait être supprimé aux maires, Georges Frêche lui-même confirme ce que nous annoncions : Oui le but visé à terme est une Communauté Urbaine. Oui dans ce cas le droit du sol est perdu pour les maires. Sauf si il y a discussion d’égal à égal et accord écrit avant. Noir sur blanc.
Restons encore dans les rapports froids : ainsi donc la « grande agglo » aurait besoin d’argent pour…le port de Sète ?! Mais ce port n’est-il pas géré par…la Région Languedoc-Roussillon ?! Quel rapport donc entre les rentrées financières de l’Agglo et…les investissements de la Région ?
Il est vraiment nécessaire messieurs les décideurs d’avoir quelques éclaircissements et assurances avant de signer un blanc-seing. Monsieur Frêche, merci donc de présenter un carnet de route de ces investissements de la Grande Agglo...sur notre port.
Je terminerai par les « menaces politiques » exprimées par Georges Frêche sur l’avenir de Pierre Bouldoire, mais aussi les projets sur sa commune frontignanaise susceptibles d’être financés par la Région. Maniant Carotte (élection à la députation et vice-présidence puis présidence du Conseil Général promises à Bouldoire) et bâton.
Ainsi donc Georges Frêche menacerait avec une institution qu’il préside (la Région)…pour faire avancer les projets d’une autre qu’il préside aussi (l’Agglo de Montpellier) ? Et l’intérêt général dans tout ça ? Et le dialogue démocratique ? Et le combat d’idées pour convaincre ?
Il est navrant que certains politiques en viennent à des méthodes qu’ils dénonçaient lorsqu’elles étaient pratiquées par d’autres. Et en oublient les fondements de la démocratie.

19:25 Publié dans Agglo | Lien permanent | Commentaires (30)

Commentaires

navrant georges .. tu n'es ni de gauche ni de droite tu es de la totalicratie

Écrit par : FC | 03 mai 2008

FC pour...François Commeinhes? (Humour)

Écrit par : SANS Philippe | 04 mai 2008

non non , j'y avais pas pensé tiens
un simple frontignanais qui se navre qu on joue sa gare en jeu pour une agglo qui ne fait pas forcément l unnanimité

Écrit par : FC | 05 mai 2008

A mon sens, Pierre Bouldoire ne joue pas sa gare, c'est plutôt le chantage qui est à blamer. D'aprés ce que m'expliquait des frontignanais ce week-end, le projet est donc de transférer l'actuelle gare sur le site de l'ancienne Halle, plus accessible. C'est cela?

Écrit par : Philippe Sans | 05 mai 2008

Et sur le fond, vous pensez quoi ? En effet, si on comprend bien que vous n'aimez pas trop G. Frêche qui semble vous obnubiler, on ne voit finalement pas vraiment quelle est votre conviction profonde. Tout cela est bien dur sur la forme, mais bien mou sur le fond.
Qu'est ce qu'une communauté urbaine (s'il s'agit bien de cela) aurait de si terrible et effrayant pour les Sétois ?
Il y a 14 communautés urbaines en France et ce type de structure a été créé en 1966.
Pensez-vous qu'à Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Lille, pour ne parler que des quatre plus anciennes, les populations aient eu à souffrir de la création d'une telle institution ? Ne s'agit-il pas des territoires les plus dynamiques de France ?
Bref, ce serait pas mal de donner clairement votre opinion qui, j'en suis sûr, pourrait utilement nourrir le débat de fond, le débat d'idées et, tout simplement, la démocratie.
Sinon, vous avez la possibilité de continuer à entretenir les polémiques les plus futiles. Si les autres sont si critiquables que vous ne le dîtes, pourquoi ne pas essayer d'élever le débat ?

Écrit par : S... | 05 mai 2008

S...

Si vous n'avez toujours pas compris que nous (puis-je parler en votre nom ? en tout cas beaucoup d'entre ceux qui se promenent sur ce blog) sommes plutôt pour une agglo autour du bassin de thau avant de faire une commu d'agglo autour de Montpellier, que les raisons sont multiples, et qu'elles ont déja été invoquées,alors relisez, ou simplement parcourez quelques pages, relisez le programme de Sans, et vous verrez qu'il y a des contre propositions nombreuses, qui auraient été bien heureuses de rencontrer davantage de voix sétoises. Punaise, S... on croirait entendre un parisien qui débarque et qui l'ouvre sans rien avoir entendu de ce qui se passait auparavant...
Vous parlez d'élever le débat, alors que votre première intervention n'est qu'une critique stérile sans aucune proposition !
Vous croyez qu'on ne connait de Lyon et de Strasbourg que l'équipe de foot ? Pour qui nous prenez vous ?
Il faut avoir du recul sur soi, et accorder aux autres le droit de réfléchir, ou mieux, d'y avoir déja réfléchi. On apprend ça adolescent.
Normalement.

Écrit par : Gab | 05 mai 2008

Bonjour "S..."
tout d'abord je suis plutôt surpris de votre interprétation qui consiste à ne pas me faire aimer Georges Frêche. Je n'ai strictement rien contre le Président de Région, d'Agglomération de Montpellier et ex-maire de notre capitale régionale. Je trouve d'ailleurs, à l'instar d'autres en d'autres lieux, qu'il a plutôt été un bon maire, dynamisant et constructeur dans le bon sens, pour sa ville. Et il prend aussi sans nul doute certaines orientations positives pour l'Agglo qu'il préside et pour notre Région. Comme peut-être d'autres plus contestables.
Je vous rappelle aussi que durant la campagne des Municipales j'ai totalement approuvé la reprise du Port de Sète avec comme capitaine la Région (et donc G. Frêche), mais en demandant que Ville de Sète, Agglo de sète-Bassin de Thau, Conseil Général et CCI y soient associés...
Mais ce n'est pas une raison pour être d'accord sur tout. Je ne remets nullement en cause le fonctionnement de certaines Comunautés Urbaines (sur des territoires différents tant géographiquement qu'économiquement du nôtre), mais sachez aussi que s'il y a des aspects positifs, il peut aussi y en avoir des négatifs. Autant tout débattre avant (comme une étude de marché) pour bâtir les fondations nécessaires pour durer et surtout être performants...jusque dans le plus petit village. Et ne pas pénaliser certains. Regardez par exemple sur le simple Bassin de Thau les critiques sur l'harmonisation des taxes qui pénalisent certains habitants...et en avantage d'autres.
Je ne suis pas pour foncer tête baissée dans une grande idée sans en avoir pesé tous les aspects. On engage trop de choses. C'est ce qui aurait dû être fait depuis deux-trois ans déjà...Vous trouvez cela futile?!
Vous achetez une maison, une voiture...en vous mettant un crédit sur le dos sans comparer et réfléchir vous?
Je dénonce simplement dans ma note aussi les divers mensonges que certains ont tenu dans la campagne municipale afin de faire passer l'idée d'une Grande Agglo ou Communauté Urbaine (écartant d'un revers de manche le débat sur le droit du sol propre à chaque commune. Important quand même non le développement urbanistique harmonieux de notre cadre de vie!?)...sans pour autant un véritable débat de fond sur les projets. Pouvez-vous me citer un seul projet précis et concret nouveau pour Sète énoncé clairement pour justifier cette fusion? Relisez ma note...Aucun.
C'est justement sur ce fond là que nous pourrons (ou pas) construire une union d'Agglo, et pas sur une seule volonté politique du genre "Qui m'aime me suive!"

Écrit par : Philippe Sans | 06 mai 2008

Vous avez raison Philippe Sans, il vaut mieux construire dans un premier temps une agglomération à échelle humaine avec des projets concrets et des perspectives communes, une communauté urbaine est différente, elle implique un vaste territoire et des femmes et hommes qui ont un besoin celui de connaître l'avenir, on ne balaie pas des identités d'un seul revers de main.

Pour avoir participé à la mise en place d'une communauté d'agglomération et d'autres syndicats intercommunaux, il faut reconnaître d'une part que c'est long et que d'autre part les relations humaines sont primordiales, dans le cas présent les passions humaines ont pris le pas sur les territoires et la maladresse de Georges Frêche est l'handicap majeur, en outre en ayant favorisé localement une personne du camp adverse, il n'a fait que compliquer sa tâche.

Comme de nombreux habitants du Bassin de Thau, je pense que la future Communauté Urabine n'est pas l'urgence, pour l'instant l'urgence c'est le quotidien et pouvoir faire face aux difficultés de notre vie.

Écrit par : max | 06 mai 2008

Gaby,
quelque chose contre les Parisiens? MDR (Mort de rire)

Écrit par : FRANK PARIS...DE PARIS | 06 mai 2008

Frank,
Je sais que vous ne vous êtes pas formalisé de la maladresse de cette expression. Je vous prie de m'en excuser. En tout cas, z'avez vu, ça l'a calmé, hé hé. (enfin, pour l'instant)
scusez-moi, m'sieur Sans.
Cordialement.

Écrit par : Gab | 06 mai 2008

Oui, Gab, votre argumentation flamboyante m'a calmé, apaisé...En revanche, j'ai peur que vous ayez quelque peu perdu le votre...de calme. Mais, heureusement, entre votre message amical à l'adresse des parisiens (je connais un ancien maire de Sète qui appréciera) et votre dernier argument visant à infantiliser votre interlocuteur (dont vous supposez qu'il pense comme un adolescent), vous avez sans nul doute contribué à élever le débat...
Rassurez vous, je continuerai sagement à lire votre prose, très intéressante au demeurant, et surtout celle de M. Sans qui, lui, a fait l'effort de répondre sur le fond, et je l'en remercie, mais je m'abstiendrai de tout commentaire compte tenu de ce que vous ne semblez pas en mesure d'accepter la contradiction. Ah le plaisir de parler entre soi...Plaisir d'adolescent ?
Bref, merci à M. Sans pour le ton de sa réponse, l'intelligence et la mesure du propos. L'argumentation ne me convainc absolument pas, mais elle témoigne d'un profond respect à l'égard de l'Autre, celui qui ne pense pas forcément pareil.

Écrit par : S... | 07 mai 2008

Merci "S", c'est en tout cas le respect que nous devons tous avoir, et c'est dans le dialogue que nous avançons.
Par contre je suis curieux de connaître ce que vous avez retenu vous de concret dans d'éventuelles propositions de fusion. Essayez de me convaincre avec des arguments de fonds...
Pour en revenir aussi à M. Reilles, loin de moi l'idée de dire que les salariés doivent continuer le sacrifice. Relisez-moi : je dis simplement, sur le problème des retraites et des RTT, qu'au moment de leurs instaurations, à mon avis, et je partage en cela celui de bon nombre de sociologues et d'économistes, le problème aurait dû être pesé plus que cela. Afin d'éviter de revenir (inévitablement) en arrière. Et je parle de tous les salariés, y compris...et même surtout, ceux qui ont une position confortable.

Écrit par : Philippe Sans | 07 mai 2008

Sans être un politologue averti, c'est comme ça qu'un jour je me suis adressé à un certain Jérôme COLLET du Midi Libre qui écrivait régulièrement sur les questions politiques, économiques et sociales de notre temps avec une propension extrême à défendre le camp du gouvernement de l'époque et du patronat.

Je ne suis pas un politologue averti à ce jour mais je dois mon embauche dans la fonction publique aux 35 heures et à un plan de solidarité, et malheureusement je n'ai pas 20 ans et je suis plus proche de la fin de carrière que du début, tout ça pour vous dire que ces 35 heures datent de plus de 25 ans et qu'elles ont permis à plus de 100 jeunes de notre ville qui étaient chômeurs diplômés pour la plupart de trouver un emploi.

On nous parlait lors de nos formations professionnelles post-embauche de partage du travail, de civilisations de loisirs, de bien être etc... nous, nous sortions pour la plupart de l'université et avions déjà un long passé professionnel puisque la majorité devait travailler pour payer ses études, en conséquence mon premier bulletin de salaire m'a été décerné pour mes 16 ans, j'en ai bientôt 51, c'est déjà une longue vie professionnelle, entre temps les périodes de chômage existaient et je me rappelle que devant l'ANPE le flot grossissait de semaine en semaine au fur et à mesure de la disparition des industries de notre bassin, le chiffre national de chômeurs était de 875 000 environ et nous comptions tous sur la retraite à 60 ans et la réduction du temps de travail pour pouvoir occuper des postes vacants aussi bien dans le privé que dans le public; vous voyez comme dans un espace temps fort réduit, ce qui pouvait apparaître comme un bien est devenu un mal pour les sphères pensantes nationales.

Il a fallu près d'un siècle de lutte pour que le temps de travail soit porté à 40 heures, aujourd'hui ne nous voilons pas la face, peu de salariés font 35 heures ou ils les font dans la difficulté, pour ma part mes journées avec déplacements compris sont proches des 10 heures avec un temps repas réduit, on peut trouver un certain attrait dans son travail mais à un moment donné il faut savoir s'arrêter et ce choix il dépend aussi du salarié, c'est cette contrainte qui devient insupportable.

Écrit par : max | 07 mai 2008

Je profite de l'invitation de Philippe SANS à argumenter pour ou contre la grande agglo pour alimenter un débat constructif.

Pour cela, je vais essayer de me mettre dans la peau de Georges Frêche et apporter des arguments que j'imagine être les siens (mais que je suis loin de partager pour la plupart d'entre eux):

- J'ai besoin d'argent pour financer les investissements lourds sur la CAM et comme j'ai peu d'entregent au niveau national ou européen, je vais le chercher là où c'est le plus facile (Région, Agglo, Mairie de Montpellier et territoires voisins en les absorbant).
- J'ai besoin d'argent pour financer les investissements lourds sur la CAM, en particulier la 3ème ligne de tram, et la fusion avec Thau me permet d'élargir l'assiette fiscale.
- J'ai besoin d'argent pour financer les investissements lourds sur la CAM, en particulier la 3ème ligne de tram, et la fusion avec Thau me permettra de passer la barre des 500 000 habitants pour faire une communauté urbaine et récupérer ainsi mécaniquement environ 20 M€/an de supplément de dotation de fonctionnement de l'Etat tant que cette aide existe (soit 1km de ligne de tram par an).
- Passer en communauté urbaine fait rentrer Montpellier (et moi), dans le club fermé des CU et renforce ainsi son pouvoir et sa visibilité (et les miens).
- Fusionner avec Thau dans une grande agglo (ou une CU) que je maîtrise me permet de décider des choix d'aménagements structurants, notamment les infrastructures de transport en commun, qui renforceront le pouvoir et la centralité de Montpellier (réseau en étoile plutôt que périphérique). Thau devient ainsi une 3ème couronne plutôt qu'un territoire autonome bien doté en infrastructures locales.
- L'Europe et la mondialisation avançant, Montpellier doit grossir pour rester visible, notamment par rapport à nos voisins Marseille, Lyon, Toulouse, Barcelone. La fusion avec Sète me fait gagner du temps.
- L'Europe et la mondialisation avançant, les régions françaises ne sont plus à la taille et Montpellier doit grossir pour continuer à exister en cas d'une reconfiguration des régions. Je suis prêt à concentrer des crédits du CR LR sur l'agglo de Montpellier et ses extensions (Thau, ...) et je le justifie auprès des acteurs régionaux en disant que le LR a besoin d'une métropole régionale forte pour continuer à exister.
- 400 000 habitants supplémentaires sont prévus dans l'Hérault par l'INSEE d'ici 2030. Je souhaite en capter le plus possible sur le territoire de la CAM (pour grossir et augmenter les rentrées fiscales - Cf ci-dessus). Comme le foncier sur le périmètre actuel se raréfie, la fusion avec Sète me permet à la fois de gagner du foncier, des habitants, des recettes et de la visibilité.
- Dans cette course à la taille à laquelle je crois, pour faire venir de nouveaux habitants et des entreprises, j'ai toujours mené une politique visant à renforcer l'attractivité de l'agglo (en concentrant sur Montpellier l'offre culturelle, ludique, sportive, touristique, hospitalière, universitaire et les emplois administratifs). Absorber les territoires voisins me permet de mieux rentabiliser mes équipements, de financer sur le périmètre actuel de la CAM de nouveaux équipements renforçant cette attractivité et de maîtriser de nouveaux éléments d'attractivité: port de Sète, lagune de Thau, thermalisme, ...).
- comme je veux maintenir, voire augmenter mon pouvoir politique, les institutions que je préside et dont j'ai verrouillé le système décisionnel (agglo, région) doivent perdurer. Elles doivent donc grossir (démographie, périmètre, budget, compétences) pour se battre contre les voisines et pour réduire les contre-pouvoirs locaux ou empêcher leur émergence, notamment en prévision des prochaines élections régionales (CG 34, agglos périphériques en émergence, ouest du département à droite, nouveaux leaders, ...).
- Comme d'habitude, je suis pressé et je ne vais pas perdre de temps à écouter, expliquer, consulter, concerter, négocier. Je vais profiter de mes multiples casquettes (CR LR, CAM, mairie Montpellier, PS 34, ...) pour manier la carotte et le bâton avec quelques élus et autres acteurs clés et cela suffira pour emporter le morceau.

Voilà une première liste d'arguments, tout à fait critiquables (c'est le but du débat) pour la fusion entre Montpellier et Thau. Aucun n'est émis du point de vue des intérêts de Thau car je pense que cela correspond à la réalité. Frêche défend d'autres intérêts et c'est aux acteurs de Thau de faire valoir les leurs et de se prendre en main.

Écrit par : Paul | 07 mai 2008

réponse à Max : savez-vous qu'il y a aussi des gens qui sont censés faire 35 heures...et en font 5 de moins...payés 40!
Il faut je crois un équilibre, et c'est plutôt vers ces gens là que mes propos d'interrogation sociétale se portent.

Écrit par : Philippe Sans | 07 mai 2008

Philippe SANS : pourriez-vous préciser votre remarque.

Écrit par : max | 07 mai 2008

Avec plaisir Max. Mon métier me conduit à rencontrer plusieurs types de sociétés, privées et publiques. Et force est de constater que dans beaucoup de structures publiques, certains salariés ne remplissent pas le taux horaire pour lequel ils sont payés, tout en récupérant des RTT.
Dans une entreprise bien connue, les dix heures par jour (déduction faite des deux heures de pause repas) deviennent souvent des "je démarre avec demi-heure de retard, je pars avec un quart d'heure d'avance, je reprends une demi-heure plus tard que prévu...et je pars avec dix minutes d'avance". Cela multiplié par cinq jours ouvrables...Vu de mes yeux sur un tiers des salariés.
Certes ce n'est pas la majorité, ne généralisons pas. Mais j'en reviens donc à un phénomène de société : tous les observateurs vous diront que la mentalité française concernant par exemple la solidarité, le sérieux dans le travail, le respect de la fonction sont plus faibles (voir les études comparatives récurrentes) que dans d'autres pays. Notons d'ailleurs que ces considérations sont plus positives dans les pays d'Europe du Nord que du Sud. Rassurons nous, nous ne sommes pas les seuls. Certes les 35 heures ont créé des emplois, tout comme l'avancement de l'âge de la retraite. Mais cela crée aussi moins de cotisants et plus d'inactifs (le terme n'est pas péjoratif), plus de charges à encaisser pour les entreprises (il faut bien remplacer une personne en RTT). On en revient à la réflexion de base...sur laquelle reviennent bien des pays. En Allemagne par exemple, avec l'unanimité des syndicats...Je me souviens qu'à peine les 35 heures acquises (et pourquoi pas aprés tout...mais avait-on tout pesé?), certains réclamaient déjà la semaine des 32 heures! Ben voyons, et pourquoi pas aussi, 15 heures payées 35. Car le problème reste le même : qui va payer au final pour les chômeurs, les retraités, les jeunes? Il faut garder de la ressource solidarité. sans pousser bien sûr le bouchon trop loin...comme nous semblons en prendre le chemin avec un pouvoir d'achat se réduisant et des cotisations solidaires en hausse!

Écrit par : Philippe Sans | 07 mai 2008

Bonjour Philippe,
effectivement c' est pas normal que certains travaillent 30h payé 40.
En même temps, autour de moi je ne connais personne dans ce cas.Ce serait plutot le contraire.
A savoir si les cas que tu exposes ne sont pas marginaux?
Et dans une réponse positive, ce n' est pas normal, mais il sera difficile de s'attaquer à des pratiques si immorales soient elles, mais qui n' ont qu'une conséquence économique anecdotique.
Dans le cas ou ces pratiques seraient monnaie courante,je serai surpris de ne pas en avoir entendu parlé.

Écrit par : frank paris | 07 mai 2008

Ton post est apparu en même temps que le mien.

Le probléme du travail est réglé de curieuse maniére.Sarkozy veut faire travailler les séniors qui auraient cotisés suffisement pour toucher la retraite pleine. Et dés la première année de travail, il aurait 5% de plus pour leur retraite (France-infos).

Pour ma part ,je considére qu'un chomeur ne l' est plus, que lorsqu'il a un CDI et 35h par semaine.

Je considére que si toutes les tranches des demandeurs d' emploi étaient comptabilisées, on auraient un potentiel d' actifs qui aiderait surement à voir le probléme des retraites et du pourvoir d' achat avec d'autres solutions.

Je considére que pour un sénior de 65 ans ,trouver un emploi relève soit du fantasme,soit de la chance.

Je considére que si les aides aux patrons venaient en réponse à leurs efforts sur l' embauche et non l' inverse,aurait un impact plus visible.

Je refuse cette idée qui tend à penser qu'il n' y a les solutions proposées qui existent.Il y en a d'autres, c'est sur!
Imaginer, réfléchir et proposer sont la suite logique des constst posés.

Écrit par : frank paris | 07 mai 2008

Philippe SANS, je rencontre par ma profession, des
entreprises privées et des entreprises publiques, je n'ai pas connaissance d'un exemple comparable à celui décrit, il vaudrait mieux citer clairement cette entreprise dont les salariés font 30 heures payées 40, je ferai une demande d'emploi immédiatement, dans le cas présent ma remarque était généraliste en citant mon exemple personnel sans dire que la solution soit le non travail payé ou un salaire amoindri par une faible durée du travail.
Par contre, force est de constater que les remèdes proposés actuellement sont déficients et qu'ils orientent les salariés Français vers plus de précarité et de travaux non qualifiés, cette politique rejoint malheureusement pour ma génération la politique menée par Giscard en 1975 avec des entrées massives de travailleurs étrangers pour favoriser les grands patrons de l'automobile et du bâtiment, ouvriers spécialisés dont les enfants aujourd'hui sont sans emploi et dans des situations catastrophiques.
En ce qui concerne la qualité du travail accompli par les salariés de notre pays, français de nationalité et main d'oeuvre étrangère, il n'a rien à envier à nos voisins proches et à d'autres dans le monde pour avoir eu l'occasion de pouvoir voyager et observer leur travail.
Dans tous les cas les travailleurs de notre pays sont dans le peloton de tête au niveau productivité en heures travaillées.
Vous citez l'Allemagne et la politique sociale de ce pays, il faut admettre qu'actuellement les mouvements sociaux sont nombreux chez nos voisins et que les conflits sont durs non seulement pour revenir sur la politique gouvernementale de la coalition au pouvoir mais aussi pour obtenir des augmentations de salaires.
Je pense qu'il est souhaitable de prendre plus de recul pour aborder ce genre de sujet et comprendre que le premier responsable de nos maux est un système en fin de vie comme l'a été le système des anciens pays de l'Est en sachant malheureusement que nous ne sommes qu'au début de cette mort annoncée et que les ravages seront nombreux pour tous les pays, à nous d'inventer autre chose mais il faudra mettre tous les oeufs dans le même panier c'est à dire toutes les richesses issues de l'exploitation humaine et le travail sera encore plus long.

Écrit par : max | 07 mai 2008

Oui Max , entiérement d' accord avec vous, à condition toutefois de ne jamais oublié que la richesse d'une nation ce sont ses travailleurs et non les minorités d'investisseurs et d' actionnaires.
Tout systéme qui n'en tiendrai pas compte sera un jour face à la violence de la pauvreté d'une partie plus qu'importante
de sa population.
Oui Max,ce systéme, capitaliste pour ne pas le nommé, est enfin de vie dans sa conception actuel. Mais ce sont nos enfants qui paieront de cette mort.
j'éspère juste qu'ils jouieront un jour de quelque chose de nouveau et de vivable à défaut de bonheur.

Écrit par : frank paris | 08 mai 2008

J'espère que l'on nous proposera un réferendum pour la communauté urbaine.
Mais avant, qu'ils nous expliquent se qu'ils proposent pour notre ville et ses habitants!
Mis a part de passer la barre des 500 000 h et récupérer 20 me/an(Paul)!
Par expl, ce tram viendra-t-il jusqu'a Sète?
C'est quoi la CAM? ca n'élargi que l'assiette fiscale?
C'est quoi le club fermé des CU?
Pourquoi la fusion avec Sète fait gagner du temps?
Et le CR LR?
Les maires des communes concernées, que vont ils y perdre ou y gagner?
La grande agglo nous rendra plus fort? pourquoi?
Plus dépendant? pourquoi?
Le "droit du sol" peut il être négocié au cas par cas?

Écrit par : blonde | 08 mai 2008

Trés bien détaillé Paul votre "argumentation" pour la Grande Agglo...et parfois si proche de la vérité.
Mais on peut prolonger le débat plus loin. Nous avions jadis les communes, le Préfet et l'Etat. Puis vinrent les départements. Puis les Régions. Puis les Communautés d'Agglomération (ou autres Communautés Urbaines, CU). Et en prime, des Syndicats Mixtes...Avec aujourd'hui des CU qui chevauchent sur des départements. Nous empilons de plus en plus de structures...alors que nos voisins européens s'organisent parfois de manière plus "rationnelles" et toutes aussi efficaces (Voir les exemples de Catalogne Sud avec la tant admirée Barcelone et son port, ou encore l'Allemagne...). Peser pour exister au niveau européen pourquoi pas. Harmoniser les investissements pour améliorer la couverture de transport, pourquoi pas. Mieux équilibrer l'aménagement du territoire, pourquoi pas. Mais n'y a-t-il pas des tranches de mille-feuilles en trop? Aujourd'hui il est clair que nous empilons. Et dispersons énergies, investissements, émoluments...sans compter les querelles politiciennes. Je suis plutôt pour une Région LR forte qu'une multiplication des Communautés Urbaines. Une Région forte entraîne dans son sillage des Départements, des Agglomérations, des Communes...Voyez la Catalogne Nord. Et Barcelone n'a pas eu besoin d'une Communauté Urbaine pour devenir la ville et le port phare qu'elle est.

Écrit par : philippe SANS | 08 mai 2008

A blonde : après avoir essayé de me mettre dans la peau de G Frêche (cf post précédent), je reprends mon propre raisonnement. Vos questions sont bonnes et mériteraient des réponses claires et argumentées de la part de nos élus. Espérons qu'ils auront la sagesse d'associer aussi les citoyens.

Comme simple citoyen, je peux vous donner mon point de vue à vos questions et alimenter ainsi le débat :
- le tram viendra-t-il à Sète ? Pas prévu pour le moment. S'il devait venir, il arriverait plutôt dans la partie nord-est depuis St Jean de Védas par la voie désaffectée. Mais quitte à faire un tram, ne le faudrait-il pas plutôt sur le territoire de Thau, par exemple en reprenant l'ancienne voie de chemin de fer qui part de Sète/Frontignan et qui remonte vers Balaruc, Gigean, ce qui permettrait de desservir un éventuel futur coeur urbain du territoire de Thau (plutôt que d'envoyer les gens sur Mtp).
- Le Club fermé des CU ? (communautés urbaines), c'est la cour des grands qui s'ouvre à GF.
- Pourquoi la fusion avec Sète fera gagner du temps ? Car gain immédiat de 100 000 personnes pour pouvoir passer tout de suite en communauté urbaine au lieu d'attendre que la démographie fasse son oeuvre dans le périmètre actuel de la CAM.
- Et le CR LR ? vaste débat. Cette collectivité a des champs de compétences et devrait s'y tenir en ayant en tête l'intérêt général à l'échelle de la région et pas uniquement l'intérêt de la CAM.
- qu'y perdront ou y gagneront les maires des communes concernées ? les maires des petites communes perdront beaucoup de compétences et de pouvoir de décision. Tout dépend des négociations préalables et du mode de gouvernance au sein d'un éventuelle grande agglo. Mais le fonctionnement actuel de la CAM n'est pas un exemple de démocratie puisque la plus grosse commune, Montpellier, a pris le maximum de voix auxquelles elle avait droit et peut bloquer ou imposer pratiquement toute seule toutes les décisions. Totalisant presque 250 000 hbts, elle aurait pratiquement les mêmes pouvoirs dans le cas d'une fusion avec Thau.
- Pourquoi la grande agglo nous rendra plus fort ? là-aussi, vaste débat. La course à la taille est une tendance générale dans le monde mais les exemples de renforcement des inégalités, du nb de spoliés sont légions. C'est aussi une vision purement économique. On pourrait également se poser cette question du point de vue du développement durable. Quels impacts sur l'environnement, sur la santé, sur les budgets des ménages si les flux quotidiens entre Thau et Montpellier se multiplient ?
- Pourquoi la grande agglo nous rendra plus dépendant ? Politiquement et financièrement, c'est une évidence (du fait de la répartition des voix au conseil d'agglo). En terme d'aménagement, tout dépendra des choix qui seront faits. Mais s'ils contribuent à faire de Thau la 3ème couronne de Montpellier plutôt qu'un territoire autonome (par exemple, en renforçant les infrastructures de transport uniquement entre Montpellier et Thau et en concentrant emploi/services sur Mtp), alors oui, la dépendance augmentera.
- Le droit du sol peut-il être négocié ? Dans le cas d'une communauté urbaine, je ne le pense pas (à faire vérifier par un spécialiste du code des collectivités territoriales). Mais le plus important est probablement de garder une certaine maîtrise sur les aménagements très structurants (transports, zones d'activité économique) et donc sur les outils de planification territoriale (SCOT, SAGE, SMVM/volet maritime, PDU, PLH, ...) qui conditionnent tout le reste. Raison de plus pour ne pas se marier dans l'urgence et terminer avant d'élaborer sereinement ces documents au service d'un vrai projet de territoire pour Thau.

Écrit par : Paul | 09 mai 2008

Nos posts se sont croisés. Je suis d'accord avec vous, Philippe SANS, sur l'aberration de notre mille-feuilles administratif. La décentralisation a complexifié notre gestion territoriale et renforcé les fiefs locaux dès que les élus rentraient dans une logique de chapelle. Je suis aussi d'accord avec vous sur les effets d'entraînement d'une région forte. Mais c'est justement pour cette raison que je pense que les régions françaises devraient se regrouper pour être à la maille européenne. La Catalogne est quand même 3 fois plus peuplée que le LR.

Le cas de la communauté urbaine est à part. C'est le degré le plus poussé dans notre législation de l'intégration des compétences et de la fiscalité locale. L'intercommunalité est censée optimiser l'aménagement local en évitant les doublons coûteux(ex: chacun sa ZAE, sa médiathèque, sa piscine, son système d'assainissement). Mais tout dépend de ceux qui sont aux manettes et du mode de gouvernance qu'ils mettent en place. Les cas de la CAM et de la Région LR sont malheureusement loin d'être exemplaires de ce point de vue. Passer en communauté urbaine avec ce mode de gouvernance serait terrible pour Thau.

C'est pour celà qu'un vrai débat préalable est indispensable pour décider de l'intérêt ou pas d'un rapprochement. Qu'on sorte d'une démarche de tactique politicienne qui a montré toutes ses limites depuis des années et qu'on rentre dans un vrai débat public, argumenté et transparent, mené si possible par une autorité neutre (comme par ex la Commission Nationale du Débat Public).

Mais votre blog est déjà un vrai bonheur démocratique car c'est un des rares lieux où l'on puisse s'exprimer aussi librement et à un tel niveau de réflexion. Pourvu qu'il fasse des petits.

Écrit par : Paul | 09 mai 2008

La réflexion sur le "Grand Paris" est un bon exemple actuel de ce que peut être une réflexion prospective d'aménagement. On y trouve des scénarios, des arguments, des chiffres, des comparatifs avec d'autres territoires similaires (Londres, Berlin).
Bref, un travail technique et politique de bon sens préalable à des choix majeurs d'aménagement.

Réf récente : sur le site du sénat, Rapport d'information n° 262 (2007-2008) "Le Grand Paris : un vrai projet pour un enjeu capital" de M. Philippe DALLIER, fait au nom de l'observatoire de la décentralisation, déposé le 8 avril 2008


C'est à ce type de réflexion et de débat public auxquels il faudrait arriver sur nos territoires de la région Montpelliéraine. On en est encore loin, mais ça progresse.

Écrit par : Paul | 09 mai 2008

Paul, merci pour vos indications et votre analyse.
J'imagine le boum économique que provoquerait l'ouverture d'un tram Sète-Frontigan-Balaruc-Gigean. La ZAC des eaux blanches pourrait se développer et en plus, si comme Philippe Sans le proposait pendant sa campagne(si je me souvienbien), une piscine olympique voyait le jour dans cette zone, cela désengorgerait les piscines de Sète, les sportifs, les scolaires et les citoyens de thau y trouveraient leurs comptes. Le rêve!
J'imagine les personnes travaillant dans les villes et villages alentours pouvant laisser leurs véhicules, du coup, les villes seraient désengorgées (circulation) le rêve!
J'aime Lennon et du coup "imagine" et je rêve mais je ne suis pas seule, enfin j'espère!
Encore merci Paul et aussi aux autres blogeurs, très interessant et enrichissant vos mots!

Écrit par : blonde | 09 mai 2008

"J'imagine le boum économique que provoquerait l'ouverture d'un tram Sète-Frontigan-Balaruc-Gigean."
On croirait la découverte de la relativité d'Einstein, un truc incroyable ! Moi aussi, j'adhère avec Blonde. ça serait super, Barcelone viendrait s'habiller chez nous, Lyon et Paris viendraient recruter des joueurs à Sète, comme le RER A serait en grève, on louerait la ligne de tram Sète-Balaruc-Gigean pour sa régularité, Milan serait en panne d'imagination, et les créateurs viendraient voir comment on s'habille pour se renouveler... non ça serait le pied. (S trois petits points pourrait encore critiquer parce qu'on serait tous d'accord et puis il en aurait marre d'être aigri alors il voudrait s'éclater avec Grise, mince ! Ce serait son coming-out).

Non, je plaisante, mais cette ligne verra le jour, c'est sûr. Pas aussi tôt qu'on l'espère, mais elle viendra.

Pour reprendre ce que disait Blonde, dont j'apprécie les interventions et le ton, "Encore merci" aussi à Rodrigue et à Frank que j'aime bien voir intervenir aussi, c'est beau ce qu'ils disent. Merci aussi à Max. Merci à d'autres, que j'oublie.

Philippe aussi, je voulais vous dire que j'aime ce que vous faites à travers ce blog. Ca peut être décrit comme une agitation dans un bocal par vos détracteurs, (Le bocal deviendra peut-être un océan...), il y a toujours des jaloux, mais c'est nouveau, plein d'idées, ça laisse penser que vous êtes accessible à tous, et à l'écoute, bien que vous sachiez où vous allez.
C'est peut-être ce qui définit le mieux un journaliste, l'écoute. Y en a beaucoup qui voudraient que ça définisse aussi un jour le Maire de Sète. Je sais que ça doit vous turlupiner, cette échéance, alors que vous avez comme nous tant de choses à gérer dans votre fie familiale, sentimentale, et professionnelle. Les choix doivent être bien difficiles.

Je ne partage pas toujours vos idées moi non plus, mais je sais qu'avec vous il y aurait de la place pour à peu près tout le monde dans votre équipe...

Moi aussi, je fais mon coming-out, par rapport à mon dernier post : je n'ai de leçon à recevoir de personne sur les critiques aux parisiens, car je le suis beaucoup plus qu'un bien grand nombre d'entre vous, davantage qu'un ancien Maire, même si je me définis comme un terroir.
Acceptez de penser que, si je fais le bouffon dans mon blog, je respecte la parole de chacun, et j'attends que chacun soit respecté (ça je le tiens d'un chef sioux que j'ai bien connu dans les collines de la Gardiole), mais je ne me permets de critiquer QUE ce que je connais.

Cordialement.

PS : En ce moment, votre blog est à fond noir. ça fait boite de nuit, c'est sympa. Ce n'est pas moi qui vais critiquer, les fonds d'écran noir, c'est économique, et pis ça fait classe. Non ?

Écrit par : Gab | 10 mai 2008

L'actualité tombe à pic pour alimenter le débat. Dans le dernier N° de la Gazette de Montpellier paru hier, un article présente les projets d'extension du tram de l'agglo de Montpellier. Parmi les projets affichés (dont un vers Pérols puis éventuellement la Grande Motte), se trouve celui de l'extension de la ligne 2 depuis St jean de Védas vers Cournonsec puis vers Poussan en passant entre Montbazin et Gigean. Il est écrit "Le projet ... est à l'étude par les services techniques de l'agglo dans le cadre d'une éventuelle fusion des agglos de Montpellier, Sète et Mèze". Merci une nouvelle fois à la CAM qui pense pouvoir se passer des élus, des techniciens et des habitants de Thau pour décider de leur avenir.

Bon, d'accord, il faut relativiser. On connaît bien le rôle de la Gazette au service de G Frêche pour sonder le terrain quand il tente des coups ou pour jouer à la méthode Coué (si c'est écrit dans un journal, surtout avec cartes à l'appui, alors c'est que ce doit être la vérité et donc ça se fera). La semaine dernière, c'était un long article sur la future très grande agglo, cette fois c'est le tram, et la semaine prochaine ... ?

Mais si on prenait ces projets au pied de la lettre, cela voudrait dire qu'on aurait un renforcement de la centralité de Montpellier par le biais du tram dans le cas d'une fusion avec Thau, au détriment d'un aménagement multipolaire (Cf. un de mes post précédents). Comme l'investissement est considérable, cela reviendrait en effet à faire une croix sur des investissements lourds de transport en commun sur Thau.

Le tram (comme les lignes locales de train ou les voies rapides) est vraiment une arme stratégique en terme d'aménagement du territoire. A regarder avec beaucoup d'attention.

Écrit par : Paul | 10 mai 2008

Voici la suite de la méthode Coué, où l'art de transformer un effet d'annonce en fausse vérité pour justifier (bien maladroitement) un nouveau bienfait de la grande agglo.

Résumons : une ènième carte des projets d'extension du tram paraît dans la Gazette début mai. Dans le microcosme montpelliérain, ces cartes ne sont jamais que le reflet du climat politique local du moment (ex: dans cette nouvelle version du projet, la ligne 3 n'ira plus à Palavas mais vers Lattes puis la Grande Motte), jusqu'à la prochaine carte qui dira le contraire.

Décrivons cette belle chaîne de désinformation :

Acte 1 : G Frêche lance l'idée d'une nouvelle version du projet d'extension selon ses intérêts politiques du moment.

Acte 2 : JP Serre, comme à l'accoutumée, s'exécute et la publie dans la Gazette de Montpellier avec une belle carte à l'appui (avec notamment la profession et l'appartenance politique des présidents des différentes EPCI concernées, informations hautement pertinentes pour la compréhension du sujet par les lecteurs). Si cette nouvelle version du projet est écrite et cartographiée, c'est donc la vérité et le projet se fera.

Acte 3 : Le 3ème maillon de la chaîne de désinformation intervient : Geneviève Tapié se fend d'un courrier dans ... les 2 Gazettes (Montpellier et Sète) de la semaine suivante !!! Que dit-elle : "que l'extension du tram va permettre l’accessibilité directe du port de Sète (Frontignan) et de ses « villages » vers l’aéroport de Montpellier" et que par conséquent, il fallait être bien aveugle pour ne pas voir tous les avantages de rejoindre la grande agglo.
Personnellement, je suis loin de voir la logique du raisonnement de cette dame, mais bon, passons.

La cerise sur le gâteau est venue d'Alain Rollat, ancien rédacteur en chef de la Gazette de Sète, dans un article publié cette semaine dans cette même Gazette au sujet de son livre sur l'assassinat raté de G Frêche. Il dit : "dans le cas de Frêche il y a eu de la part de beaucoup de journalistes manquement au "droit du peuple à une information véridique, authentique, complète, attachée à la réalité objective", comme on dit dans les chartes déontologiques."

Très bien, cette charte déontologique ... Mais que donnerait-elle si la Gazette se l'appliquait à elle-même pour traiter du sujet de la grande agglo ? Probablement une amorce pour les lecteurs d'un vrai débat démocratique plutôt qu'une véritable entreprise de manipulation de l'information qui nous éloigne beaucoup de la vérité.

Écrit par : Paul | 16 mai 2008

Les commentaires sont fermés.