Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 juillet 2008

Le dernier souffle

Il y a des moments dans la vie où un simple geste peut-être ressenti comme un coup de poignard.
Mardi, les décors du spectacle historique « Cette histoire… », que j’ai co-écrit avec mon ami Michel Gay, ont été sortis de l’entrepôt municipal sétois d’Agrocanet, dans lequel ils avaient été créés par de formidables bénévoles. Et laissés au gré du vent et de la pluie. Autant dire qu’au moindre orage, il en sera fini de leur vie artistique.

L’explication est simple : il s’agissait pour la Municipalité de récupérer l’espace intérieur pour y loger ses services manutention. En effet, le lieu dans lequel ces-derniers logeaient vient d’être vendu pour une opération immobilière privée.

Depuis août 2007, l’association Cette histoire (que j’ai présidé de 2003 à 2006) était en négociation avec la Ville. Elle avait obtenu un premier sursis jusqu’en décembre pour y maintenir ses décors imposants (dont le célèbre train Montpellier-Cette des années 30 reconstitué sur de vieux porte-chars), dans le cadre de la convention annuelle de partenariat logistique avec la Ville à l’occasion de l’organisation du spectacle son et lumière. Puis, dans l’optique d’une nouvelle édition en 2009, remaniée, la Ville avait signifié qu’elle serait alors partenaire. Il convenait donc de garder à l’abri ces décors. Mais voilà, l’association, sans moyen financier, n’a pas trouvé d’autres lieux sur Sète. Et la Ville n’a rien proposé. A moins qu’elle n’ait rien trouvé…mais comme elle n’en a rien dit.

Avec mon ami co-créateur Michel, c’est une profonde blessure que nous avons ressentie. Alors que dans bien des villes de France, les sons et lumières historiques et féériques sont encouragés, développés (y compris désormais à Agde !)…ici, il a fallu depuis le début ramer en quelque sorte contre le courant. Certes, la politique d’animation culturelle revient au pouvoir en place. Et en la matière, de belles choses se font et se perpétuent depuis quelques années. Certaines ont aussi été lancées avec réussite, d’autres un peu moins. Mais en ce qui concerne Cette histoire, quel est le véritable soutien envisagé par la Ville ? Le rapport fait à la presse par Yves Moxin, homme humaniste entier et indépendant s’il en est de toute manipulation politique, y compris pour être clair de ma part (même si ce n’est pas mon genre !), de ses différentes rencontres pré- et post électorales avec la Municipalité laisse perplexe…

J’ai tenté de prendre de la distance pour ne pas politiser la chose, ou nuire aux intérêts de l’association. J’ai cependant, avec philosophie (mais avec aussi une sourde colère contenue), répondu à la presse écrite qui me sollicitait. Car je pense qu’il y a toujours (ou en tout cas bien souvent) une solution de consensus toujours possible. Car après tout, comme je l’ai dit, si la Ville souhaitait récupérer des locaux du FC Sète au stade Louis-Michel pour des travaux, aurait-elle mis toutes les affaires dehors à la merci d’intempéries ? Que nenni ! Une solution aurait été trouvée n’en doutez pas !

Quel sera donc l’avenir de Cette histoire ? Je ne le sais pas. Je me bats en tout cas, sans tapage, pour tenter de sauver ces décors, leur retrouver un abri…et faire retrouver aussi à l’association une possibilité de jouer à nouveau. Une dernière fois. Peut-être un autre spectacle. Ailleurs. Quitte enfin à régler ses dettes et à mourir ensuite dignement sur scène. Comme Molière. La tête haute. Fière. Honnête. Et passionnée jusqu’au dernier souffle…

19:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

pour ma part, je ne me suis toujours pas remis de l'hécatombe de pins au Chateau-Vert qui suivait le discours néo ecolo du candidat Commeinhes lors de la campagne pour sa ré-élection...
Il faut bien avouer que le manque de tact et de délicatesse caractérise l'équipe municipale en place (tut tut tut j'ai d'autres exemples....)
Et si cette affaire de décors n'était pas aussi triste, je plaisanterai bien avec mon petit ton acide en proposant de stocker les décors dans un hôtel à l'abandon récemment racheté par une société sétoise côtée en bourse qui ne doit pas être étrangère aux opérations en cours Quai des Moulins....
Triste affaire en tout cas et bon courage à vous tous !

Écrit par : cricri | 06 juillet 2008

Je suis désolé pour vous Philippe mais l'autoritarisme et la bêtise ont gagné au mois de mars 2008, cette situation permettra à chacun de réfléchir à l'avenir des choix les plus judicieux lors d'une élection, pour l'instant il faut continuer à opposer une position digne et démocratique, fortement éloigné au départ de vos convictions, je vous aiderai en temps utile si tous les opposants à l'équipe COMMEINHES savent se réunir.

Écrit par : max | 06 juillet 2008

J'ai la chance d'habiter sur le quai d'Alger, et de ma terrasse j'ai pu profiter 5 soirs durant de votre très beau spectacle...
Je ne partage pas vos ideaux politiques, je ne hurle pas mes opinions à qui veut l'entendre et je ne profite pas de certains "évènements" pour afficher mes couleurs politiques...
Néanmoins je regrette très sincèrement que tant d'efforts, de mobilisations généreuses et d'investissements ne donnent qu'un son : Plouf !
Ne baissez pas les bras, et peut-être que Cette Histoire revivra...
(quoiqu'il en soit se serait mieux que le "festival Techno" auquel on a eu droit ce week-end du 5 au 7 juillet 2008).
thierrylefranc.midiblogs.com

Écrit par : Thierry Lefranc | 06 juillet 2008

Après chaque élection, vient le temps des règlements de compte.Le Maire actuel n'échappe pas à la règle.Tout cela est méchant, mesquin, et montre le peu de cas que ces élus font de règle de vie démocratiques et respectueuses des opinions de tous les sétois, fussent-ils des opposants, ce qu'on ne saurait leur reprocher. Je crois qu'il serait intéressant que les sétoises et les sétois s'intéressent au fonctionnement même de la vie communale.Les conseils municipaux ne sont que des chambres d'enregistrement où les élus majoritaires, le petit doigt sur la couture du pantalon ou de la robe, votent comme un seul homme -ou une seule femme- des décisions dont je suis persuadée qu'ils n'ont même pas contribué à les mettre au point.Quant à l'opposition qui a tout de même été portée par 47% d'électeurs , ses interventions sont regardées de manière méprisante et sans effet quelconque.Je ne parle pas des habitants de notre commune qui ne sont jamais interrogés sur les transformations profondes qui parfois affectent leur vie quotidienne et apprennent incidemment par un panneau apposé sur un mur voisin que d'ici peu leur environnement sera pollué par telle ou telle promotion immobilière.Décidement, la vie démocratique dans notre ville n'est pas renforcée par pareilles pratiques, les citoyens n'étant regardés que comme des cochons de payeurs, juste bons à adresser leur chèque pour payer leurs taxes locales.Il n'est même pas réjouissant bien sûr de savoir qu'on assiste aux mêmes phénomènes dans la plupart des villes françaises.

Écrit par : christiane | 06 juillet 2008

Je suis désolée de cette situation. A plusieurs titres.
Tout d'abord pour les gens, comme vous, qui se sont investis dans ce superbe projet. L'attitude méprisante à laquelle vous devez faire face est blessante.
Ensuite, fondamentalement, je m'interroge sur le "système" de la Mairie (les amis de mes amis sont aidés, les autres peuvent attendre), sur les choix opérés...

Espérons que Cette Histoire n'ait pas rendu son dernier souffle, mais qu'elle est seulement et temporairement le souffle court...

Écrit par : Emma | 07 juillet 2008

Je suis désolée de cette situation. A plusieurs titres.
Tout d'abord pour les gens, comme vous, qui se sont investis dans ce superbe projet. L'attitude méprisante à laquelle vous devez faire face est blessante.
Ensuite, fondamentalement, je m'interroge sur le "système" de la Mairie (les amis de mes amis sont aidés, les autres peuvent attendre), sur les choix opérés...

Espérons que Cette Histoire n'ait pas rendu son dernier souffle, mais qu'elle est seulement et temporairement le souffle court...

Écrit par : Emma | 07 juillet 2008

Je suis désolée et tout mon soutien pour les bénévoles de "cette histoire" qui n'ont pas mérité un tel mépris de la part de la municipalité.
Un petit retour en arrière Sète .fr N°54 avril 08. Commeinhes dit=

Je demeure le garant d'une approche non partisane des dossiers municipaux, où seul doit primer l'intérêt général. Je suis le maire de tous les Sétois.

...Un maire et des élus de proximité, ouverts, à l'écoute, en particulier de celles et ceux qui ont le plus de mal à se faire entendre. Car la détresse la plus grave est parfois la moins audible et visible.

A méditer.... il y en a d'autres dans ce N°54 c'est fou comme on nous prend pour des cons en période électorale.
J'espère que "cette histoire" serra de retour en 2009 courrage.
Cordialement Blonde et verte de colère.....

Écrit par : Blonde | 07 juillet 2008

je suis d'accord avec tous les commentaires précédents : c'est désastreux de voir le mépris de la municipalité vis à vis du travail, de la démarche, des réalisations d'habitants souhaitant montrer, valoriser leur ville.
j'y vois aussi autre chose et qui me frappe depuis que je suis ici (quelques années) mon impression : l'histoire de la ville, son patrimoine architectural, culturel pris au sens large du terme, ne compte pas, excepté les joutes ; on fait fi du passé pour foncer dans une politique soit disant de modernisation, traduisez on détruit tout dans le seul but de la spéculation foncière et la transformation de la ville qui va perdre son ancrage laborieux et va devenir une ville touristique sans âme.
mais nous sommes aussi co-responsables, en partie, de cela. Je ne connais pas sur Sète d'association de défense du patrimoine historique et culturel ; si oui, faites m'en part
est-ce que la prochaine étape de "Cette histoire" ne serait pas de voir en ce sens ?
et pour les décors, est- ce que nous pouvons nous mobiliser
1- pour trouver une solution
2- défendre ces outils merveilleux auprès de la municipalité ?
pour ma part je suis prête à faire setting quelque part dès que vous me le demanderez
Nicole

Écrit par : Nicole Bandelier | 10 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.