Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 septembre 2008

Tout ensemble…sans distinction

Doit-on couvrir les Jeux Paralympiques (des athlètes handicapés) comme l’on a couvert les Jeux Olympiques (des athlètes dits « valides » ?
Oui sans réserve. Sur le principe de l’égalité qui existe entre chaque homme, chaque athlète sans distinction aucune.
Peut-on couvrir ces Jeux Paralympiques sur les chaînes de télévision et de radio publiques ? Hélas non, il faut en être conscient. Question de moyens. N’oublions pas par exemple qu’en quelques mois, France Télévision a perdu des centaines de millions d’euros de contrats publicitaires partis vers la télévision privée sitôt l’annonce de la suppression de la pub à venir par le président de la République. N’oublions pas aussi qu’il est question d’argent public. Alors certes, cet argent public doit tout autant servir aux athlètes handicapés qu’aux valides.

Mais la solution n’appartient-elle pas d’abord aux pouvoirs publics et aux instances internationales olympiques ?

Que l’Etat français et les fédérations attenantes commencent d’abord par traiter de la même manière athlètes handicapés et athlètes valides, tant en primes, en aides financières, en frais de déplacement et en statuts ! Les politiques donneurs de leçons oublient un peu trop vite ces inégalités de base. Maintes fois pourtant ils ont été interpelés sur ces faits. Certains parlaient même de ségrégation.
Qu’ensuite le Comité International Olympique ne distingue plus les Jeux Olympiques des Jeux Paralympiques : pourquoi l’ensemble des athlètes, valides et handicapés, ne pourraient-ils pas disputer leurs épreuves pendant la même période ? Après tout dans une même Olympiade, il y a bien des épreuves masculines et féminines. Allons au bout de ce rassemblement des différences ! Ainsi, alors, l’ensemble des médias pourraient couvrir pour des frais quasiment identiques la totalité des épreuves.
Et quoi de plus beau, dans un stade olympique plein à craquer, qu’une finale du 100 mètres en fauteuil roulant…quelques minutes à peine avant celle consacrant un Bolt. Avec à chaque fois, le même public admiratif ! Ou encore dans une piscine olympique un inconnu paraplégique gagnant sa quatrième médaille d’or…quelques minutes avant son homologue valide Michaël Phelps. Et toujours un même public et les mêmes caméras !
La non-ségrégation commence dés ce stade, sans jeu de mot.

Commentaires

L'égalité valide / non valide, bien sûr une évidence.

Et l'égalité entre hommes et femmes ? Avez-vous vu un match de coupe du monde de football féminin, par exemple, sur une grande chaîne ? à heure de grande écoute ?
Les moyens judicieux que vous préconisez pourraient être mis en place aussi pour lutter contre bien d'autres types de ségrégation...

Écrit par : Emma | 19 septembre 2008

c'est impossible pour des questions de temps et d'organisation.. Quand on voit aux JO des finales de natation qui se déroulent le matin (heure locale) car les télés américaines ont payé très cher pour que ce soit ainsi.. Alors j'imagine pas un seul instant s'il y a 2 fois plus de sportifs ce que ça peut donner... C'est donc pas gagné pour ton projet utopiste... les JO c'est du Show business, donc c'est le fric qui règne en Maître.
Par contre, on pourrait déjà commencer dans la vie courante et hors sportive à offrir réellement des services, des moyens.. aux gens "différents" : école pour tous, places de parking handicapées respectées, accès réel et facilité aux lieux de culture et spectacle .. Et après, une fois qu'on aura fini tout ça on pourra peut être traiter des retransmissions sportives..

Écrit par : cricri | 19 septembre 2008

Cher (e?)Cricri,

Rien n'est impossible à partir du moment ou il y a volonté réelle.
Je parle de volonté pas d'intérêt.
Il y a toujours moyen d'organiser de maniére opportune une manifestation quelqu'elle soit.
Seulement c'est vrai que l'image des handicapés pour les sponsors et la pub, ne rentre pas forcément dans leurs stratéges de communication.

Mais même, sans imaginer que les 2 jeux se déroulent en même temps, la couverture télévisée est largement réduite pour les paralympiques.Et ça ,c'est dégueulasse!
Et,je pense que de mettre en place cette égalité d'informations et retransmissions des paralympiques, compte tenu de l'importance de l'audimate, ouvrirait là sujet à créer un symbole, un signe fort de reconnaissance qui tirerait par le haut le travail qui reste à faire pour eux.

Se dire que c'est impossible revient à accepter ce qui n'est pas acceptable.

Écrit par : Frank | 21 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.