Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 décembre 2008

Cultivons aussi… l’être !

Comme de coutume (il faut dire que l'ex-directeur de communication et nouveau directeur de cabinet de la Ville de Sète produit de bonnes idées régulièrement), la campagne de vœux du maire de Sète (et de son équipe par la même occasion, supposons le aussi…) pour la nouvelle année 2009 est plutôt une belle réussite. Tant au niveau du slogan que du visuel. Les sétoises et les sétois, mais aussi tous les visiteurs venant en Ile Singulière pour les fêtes ont tout le loisir de l’apprécier…jusqu’au 31 janvier prochain au moins.

« Cultivons nos talents ! » met en exergue nos talents passés et actuels dans les domaines culturels et sportifs…Ou quelques-uns des principaux. Belle idée qui montre d’une part le patrimoine dont nous pouvons et devons être fiers, d’autre part ce qu’il doit nous inspirer pour cultiver une politique dans ces domaines. Certaines actions municipales sont d’ailleurs à saluer.

Il est par contre une propension à la surenchère de la communication qui me gêne : depuis les vœux de 2007, la municipalité sétoise semble réserver un important budget de communication pour afficher son maire et ses vœux dés la mi-décembre et pendant un mois et demi dans de grands panneaux d’affichage mais aussi une campagne presse impressionnante. Loin des simples parutions presse d’antan. Les vœux de 2008 avaient quelque peu échappé à cette dérive, règle de financement de la campagne municipale oblige.

Je trouve qu’à vouloir cultiver nos talents, loin des artifices de la communication à tout va, on pourrait économiser quelques dizaines de milliers d’euros pour en faire bénéficier quelques associations sportives ou culturelles, ou quelques opérations plus sur le terrain du concret et du vécu. Car certains services municipaux dans les domaines concernés ont vu leur budget pour « cultiver les talents » fondre singulièrement ces dernières années…au profit du service communication. Loin de moi l’idée de supprimer les vœux affichés en grand aux quatre coins de notre ville…Mais peut-être de revoir un peu la voilure à l’utilisation rationnelle juste.

Pourquoi ne pas s’inspirer aussi de notre voisine montpelliéraine qui vient de remplacer ses vœux municipaux traditionnels en grande pompe…au profit d’un plus simple, sincère et confraternel vin chaud citoyen offert à la population.
N’est-on pas en train de privilégier un peu trop le paraître ? La question mérite d’être posée.

Commentaires

Cher philippe,
Vous devriez-vous intéresser de plus près au budget de la commune et son délabrement général qui est très inquiétant avec un endettement qui représente 65% des dépenses d'investissement du futur exercice 2009. Alors les dépenses de communication ne font qu'amplifier ce futur désastre.

Écrit par : max | 29 décembre 2008

Nous aussi on cultive .....
http://vicomtesdebrageole.midiblogs.com/

Écrit par : louis le vicomte | 29 décembre 2008

Et vous cultivez avec bel humour les Vicomtes!
J'en profite aussi pour rajouter un commentaire : dans notre Midi Libre d'hier, le nouveau directeur de cabinet de la ville de Sète (et ex-chargé de communication) explique que le déplacement des voeux de la piscine au Musée coûtera moins cher, et que «La Ville doit être un moteur de l'économie". Sur le déménagement, je reviens à ma proposition d'un vin chaud à la population simple autour pourquoi pas d'une galette...
Je partage la dernière vision sur la Ville moteur de l'économie. A un détail prés : le carburant n'est autre que l'impôt prélevé aux contribuables. Impôts hauts à Sète et sur l'Agglo! Et ce n'est pas à la Ville de compenser la baisse du pouvoir d'achat des gens. Mieux vaut que la Ville économise et gère au mieux (ce que l'adjoint aux Finances s'efforce sûrement de faire n'en doutons pas) en ne surchargeant pas les impôts des contribuables et permette ainsi à ces derniers de pouvoir consommer, acheter et faire tourner l'économie...Réflexion valable pour bien des collectivités. Vaste débat sur lequel nous reviendrons. Car c'est de toutes les petites économies que se font les fleuves de l'investissement municipal.

Écrit par : philippe SANS | 30 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.