Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 juin 2009

Ne pas exploiter...

Faut-il, au prétexte qu’une entreprise travaille dans un territoire occupé, se mobiliser contre sa venue sur le port de Sète ?

La question m’a été posée voici quelques jours pour connaître ma position au sujet de l'implantation du terminal fruitier israélien Agrexco sur le port de Sète. Implantation qui serait créatrice de 200 emplois. Le conditionnel s’imposant toujours dans ce genre d’annonce, car parfois la vérité finale est en-deçà des effets d’annonce. Et des aides financières attribuées sur ses promesses initiales par les collectivités publiques.
Certains se mobilisent contre cette implantation arguant qu’Agrexco travaille dans les territoires occupés par Israël sur une terre palestinienne. Le président de Région Georges Frêche dit lui ne pas vouloir mélanger économie et politique. Et qu’en l’état actuel, faire venir Agrexco c’est faire de l’économie.

Je ne partage pas tout à fait les propos de Georges Frêche. Dans une véritable logique humaniste, la politique économique ne doit pas fermer les yeux devant la politique des droits de l’homme. Les produits fabriqués pour quelques centimes de roupies par des enfants de 6 ans ou 8 ans dans des pays sous-développés devraient être interdits d’importations. Tout comme les produits fabriqués dans des pays où les salariés sont privés de liberté de penser. Quand ce n’est pas d’autres choses. Voir la liste des dictatures. Quid des produits chinois, cubains, russes et autres pendant des années ? Quid des imitations Nike et autres que d’aucuns portent dans les manifestations ? Des tee-shirts made in Asie ? Sans parler d’autres produits…Il faudrait que l’on arrête de se voiler la face sous prétexte de vouloir faire de l’économie…

Mais là où je rejoins le président de Région, c’est que la situation israélo-palestinienne est plus complexe que cela. D’abord la solution doit être diplomatique et politique. Et des deux côtés, tant palestinien qu’israélien, certains rêvent d’une cohabitation pacifique. Et des deux côtés, d’autres la refusent.

L’emploi de l’entreprise fruitière n’est pas volé aux salariés palestiniens qui travaillent dans les implantations. Ils sont payés. Espérons-le au juste prix du travail réalisé. Une entreprise qui livre depuis belle lurette la France via d’autres ports. Sans que quelqu’un ait trouvé à redire jusque là, alors que le conflit israélo-palestinien existait déjà.

Espérons aussi que le jour où le territoire de production aura trouvé sa juste place définitive dans la répartition géographie entre les deux entités, ces ouvriers palestiniens continueront de produire des fruits. Aujourd’hui, cette implantation va permettre de faire travailler des sétois et des gens du Bassin de Thau, des israéliens et des palestiniens. C’est déjà un pas vers une sorte d’équité. A condition qu’il n’y ait en aucun lieu, de l’exploitation humaine.

16:07 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (66)

Commentaires

La politique et la guerre sont souvent dictaient par l'économie et non par des haines ancestrales.

Sous l'occupation allemande avait été créé l'Organisation Todt qui employait un nombre considérable de travailleurs étrangers (1,5 million en 1944) dans les territoires occupés : en fait pour la plupart des travailleurs forcés ou guidés par la faim.

Fallait-il dire merci à ces généreux employeurs ?

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 29 juin 2009

La politique et la guerre sont souvent dictées par l'économie et non par des haines ancestrales.

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 29 juin 2009

Si la sté en question est subventionnée par l'état israélien et que de son côté Frêche fait la même chose, vous faussez les règles naturelles du commerce et vous ne faites plus de "l'économie" mais de la politique.
Dans le même registre, pas la peine de la ramener sur l'utilité de l'écologie quand on favorise ce type "d'économie".
Le passage sur le juste salaire du palestinien qui bosse dans les colonies aurait pu m'arracher un sourire si je n'avais pas lu ces dernières heures un papier sur le traitement des enfants palestiniens par la police israélienne (http://stopwar.org.uk/content/view/1305/27/)
Bref, arrêtez tous de dire que vous faites de l'économie. Vous faites tous de la real-politique cynique et vous ne l'assumez même pas ! :)))
C'est bien dommage, vous n'en êtes pas pour autant méprisables mais vous y perdez un peu en respect.. Vous savez, ce vieux truc qu'on éprouve pour des journalistes qu'on pensait pétris de valeurs humanistes, de principes.. toussa, toussa.

Écrit par : cricri | 30 juin 2009

oups ! le lien direct cité dans mon com' : http://www.electronicintifada.net/downloads/pdf/090616-CPReport.pdf

Écrit par : cricri | 30 juin 2009

Merci pour le lien Cricri. Et il faut comdamner et combattre toutes exactions de ce type à l'encontre d'enfants ou d'adultes. Quel que soit le côté. C'est contre cela qu'il faut se battre. Et ce n'est pas le boycott d'une société qui va changer les choses...Ou alors je le répète, allons au bout de cette démarche pour tout. Qui aujourd'hui boycotte Total Elf ou autres vendeurs de carburants qui entretiennent à coup de pots de vin les dictateurs africains?
Pour le reste, le dialogue et l'échange restent des plus importants pour débattre autour d'idées et faire évoluer nos visions. Pour ma part, je suis toujours trés prudents sur l'aide en subvention que l'on accorde aux entreprises. Effectivement on fausse le commerce. Pourquoi donner à certains...et pas à d'autres? Et étonnament, ce sont souvent les mêmes qui sont toujours aidés. Et souvent pour voir toujours plus gros et plus grands, ce qui n'est pas forcément une bonne chose.

Écrit par : Philippe Sans | 30 juin 2009

Moi je boycotte toujours Total.
Quoi, Total c'est Elf ? J'ai l'air fin.
Fina aussi ?
Ou dois-je aller faire le plein de ma mobylette ?

Écrit par : le gabian naïf | 30 juin 2009

L’inventaire

Un gabian sur une mobylette

une triperie
deux pierres trois fleurs un oiseau
vingt-deux fossoyeurs un amour
le raton laveur
une madame untel
un citron un pain
un grand rayon de soleil
une lame de fond
un pantalon
une porte avec son paillasson
un Monsieur décoré de la légion d'honneur
le raton laveur
un sculpteur qui sculpte des Napoléon
la fleur qu'on appelle souci
deux amoureux sur un grand lit
un carnaval de Nice
une chaise trois dindons un ecclésiastique
un furoncle une guêpe
un rein flottant
une douzaine d'huîtres
une écurie de courses
un fils indigne
deux pères dominicains
trois sauterelles un strapontin une fille de joie
trois ou quatre oncles Cyprien
le raton laveur
une mater dolorosa deux papas gâteau
trois rossignols deux paires de sabots cinq dentistes
un homme du monde
une femme du monde
un couvert noir deux cabinets
deux petit'suisses un grand pardon
une vache un samovar
une pinte de bon sang
une monsieur bien mis un cerf volant
un régime de bananes une fourmi une expédition coloniale
un cordon sanitaire trois cordons ombilicaux
un chien du commissaire un jour de gloire
un bandage herniaire
un vendredi soir
une chaisière un œuf de poule
un vieux de la vieille
trois hommes de guerre
un François premier
deux Nicolas II
trois Henri III
le raton laveur
un père Noël

deux sœurs latines
trois dimensions
mille et une nuits
sept merveilles du monde quatre points cardinaux
1 2 3 4 heures précises douze apôtres
quarante-cinq ans de bons et loyaux services
deux ans de prison six ou sept péchés capitaux
trois mousquetaires
vingt mille lieues sous les mers
trente-deux positions
deux mille ans avant Jésus-Christ
cinq gouttes après chaque repas
quarante minutes d'entracte
une seconde d'inattention
et naturellement
le raton laveur

Jacques Prévert

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 30 juin 2009

bonjour
j'entends beaucoup dire que Frêche va "subventionner" la venue d'Agrexco, mais pour le moment je n'ai pas eu d'explications précises sur ces subventions. quelqu'un peut il éclairer ma lanterne?

Écrit par : marion devineau | 30 juin 2009

Frêche ne subventionne personne.

C'est la région avec notre pognon qui paye les infrastructure que l'état et la CCI n'ont pas réalisés.

Ensuite lorsque les infrastructure seront modernisées, on verra qui viendra apporter du taf ... pour le port de commerce.

Écrit par : Saint Louis | 30 juin 2009

@ philippe : je suis de ceux qui pensent que certains principes doivent s'appliquer dans notre commerce avec les autres, notamment le principe du respect des droits de l'homme. Vous savez, le principe mis en avant pendant la campagne de notre président en 2007, avec un secrétariat d'Etat crée lors de son élection, qui est mort récemment car il a préféré faire le contraire de ce qu'il déclarait il y a deux ans.
Partant de ce principe, et compte tenu qu'en real-politik les fruits et légumes ne sont pas non plus stratégiques, je ne vois aucune raison d'aider ou de favoriser l'installation de cette société à Sète.

En outre, j'aimerai connaître votre avis si en lieu et place d'une société israélienne nous avions une sté iranienne qui créée de l'emploi sur le Port de Sète. :))
Et qu'on ne vienne pas me chanter l'antienne habituelle sur Israel, démocratie modèle dans cette région.. On fait de l'économie, pas de politique :)))

Écrit par : cricri | 01 juillet 2009

Cricri,
je suis d'accord sur les principes. le premier et le plus logique pour moi serait d'abord d'acheter les produits de nos propres agriculteurs français. Filière courte à la fois aide économique directe entre acheteurs que nous sommes et producteurs locaux, et geste environnemental réduisant les transports!
Ensuite, je ne vois pas en quoi il faudrait boycotter aussi une société iranienne...Que nous ont fait les ouvriers, salariés, agriculteurs iraniens? Font-ils la politique nationale? Sont-ils responsables des positions de leur leader-président? Non, ils la subissent. Le règlement de certaines situations appartiennent aux politiques qui nous gouvernent, de l'ONU à l'Europe. C'est à eux de décider des sanctions et de les appliquer. Ou alors je le répète Cricri, allons au bout de la démarche que tu proposes. Dressons la liste des dictatures (plusieurs dizaines de pays recensées à ce jour par Amnesty International par exemple) et boycottons tous les produits fabriqués ou exportés depuis ces pays. Rajoutons-y les produits fabriqués par des enfants de dix ans sous-payés...je suis d'accord. A mon niveau, j'évite autant que possible d'acheter certains produits. Et ce n'est pas facile.
Mais en l'occurence, le boycott de ces fruits et légumes cultivés par des agriculteurs palestiniens ne résoudra en rien le problème israélo-palestinien. la solution est ailleurs. Et je la souhaite vivement.

Écrit par : Philippe Sans | 01 juillet 2009

A Cricri
Bien sûr que le traitement infligé aux Palestiniens dans les colonies est inacceptable.
Mais aller manifester en T shirt et jean sans se poser la question de savoir qu’il sont sans doute fabriqués en Chine, en Corée, en Inde ou au Pakistan, parfois par des enfants, peut paraître bien contradictoire.
De même quand Arcelor ferme et que les ouvriers sont à la rue, ce qui est un véritable drame, se sont-ils posés la question des délocalisations des usines textiles quand ils ont acheté les vêtements de leur petite famille fabriqués dans les pays cités plus haut.
Sûr que la possibilité pour tout le monde ou presque de pouvoir s'acheter, par exemple, un téléviseur à écran plat a des répercussions au niveau planétaire. C'est juste le pendant déplorable de notre désir de (sur)consommation.
Quand il y a dans la balance le petit confort personnel, l’éthique devient du toc.
Après, pour en revenir à Agrexco, ce ne sont pas 50 bornes en tong ou basket made in china qui vont infléchir la politique d’Israël. 50 ans de guerre et de diplomatie n’y sont pas parvenus.
Il semble que toute cette agitation n’ait pour enjeu que des chamailleries politicardes autour du port et de sa gestion…

Écrit par : Jacques | 01 juillet 2009

Vous allez peut être me trouver bassement matérialiste, mais je crois qu'il serait bon d'apporter quelques informations chiffrées.
En effet, cricri, vous parlez de subventions que donnerait la région à Agrexco. Pouvez vous nous en dire plus?
Je voudrais être certaine, que , comme l'on dit à sète, la sauce ne sera pas plus chère que le poisson, et que les avantages financiers que nous pourrions en retirer en terme d'emploi, seront supérieurs aux dépenses engagées?

Écrit par : marion devineau | 01 juillet 2009

la pensée qui consiste à dire qu'il faut taper sur tout le monde ou sur personne, je ne la partage pas.
Par contre, je suis d'accord avec vous sur l'inutilité de sanctionner Agrexco. Punition qui ne modifiera en rien la politique intérieure israélienne.
Mais bon, je constate simplement que l'état israélien contrôlant à 50% cette boîte et menant une politique qu'on peut qualifier d'apartheid, à une époque pas si lointaine, l'Afrique du Sud avait été mise au ban des nations et placée sous embargo pour les mêmes raisons.
Bref, la symbolique du refus d'installation par la Région aurait été forte, qui plus est, sur un territoire ou l'agriculture est mal en point. Surtout quand on se veut le représentant d'une gauche dite moderne, humaniste et réformatrice prônant normalement la lutte contre l'individualisme et le "pour ma gueule d'abord, les autres on verra après".
Mais bon, passons...

Pour Marion : une convention qui a suivi un appel d'offre a été signé entre la Région et Agrexco. Il suffit de mettre la main dessus :)
Et puis GF a bien indiqué le chiffre de 200 millions pour le Port de Sète. La dessus, une partie est destinée directement à "l'Outspan " israélien... Combien ? Je ne sais pas. A vous de nous dire.

Écrit par : cricri | 01 juillet 2009

Je vous lis depuis tout à l'heure à tous les deux et je ne sais plus quoi faire .Je suis devant un avocat sioniste coupé en deux avec un gros noyaux au milieu comme la Palestine et je prend ma petite cuillère pour l'entamer et je la pose, la prend, la pose ..... J'ai du remord, je sent qu'il ne va pas passer surtout si j'avale le noyau.

Je réfléchis trop, c'est un peu comme avant je ne voulais pas de bijoux en or de peur que cette matière provienne des coffres suisses où les nazis avaient emmagasinés les dents en or des juifs brûlés dans les camps.

C'est con d'avoir de la conscience.

Bon je ne le mange pas si tout le monde fait comme moi peut-être que les occupants comprendront qu'il n'y a plus rien à gratter sur la terre des autres et repartiront.
J'ai toujours été un grand naïf et je veux le rester même si les autres suivent une autre route que moi.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 01 juillet 2009

Les 200 Millions annoncés par georges Frêche pour le port de Sète sont des investissements (aménagements des quais, équipements...). Il n'est nullement question de subventions à des entreprises dans ces sommes là. Aprés, une subvention directe est interdite pour des entreprises. Si aide il y a pour des sociétés avec pour but de les faire venir sur un aéroport ou un port, c'est au niveau des tarifs que cela se joue. Et sur le prix des prestations à encaisser. On est dans le droit fil de la négociation...

Écrit par : Philippe Sans | 02 juillet 2009

On joue sur les mots, là...

Si avec les 200 millions je te monte un beau dépôt, avec de beaux bureaux, que je te refais la route qui mène à toussa, que je te fais payer un loyer pour le tout de 1 euro par an et que t'aide un peu en te faisant une pub monstre... bref, c'est de l'investissement toussa mais pas des subventions ? (je me marre).

Écrit par : cricri | 02 juillet 2009

bonjour
Il faudrait savoir 2 choses:
Est ce que ces investissements vont servir à d'autres clients?
Quel est le montant du loyer? est il vraiment en deça des prix pratiqués dans les autres ports et pour les autres clients?
Je vais essayer de me renseigner.

Écrit par : marion devineau | 02 juillet 2009

Là, ça part dans tous les sens ! Les 200 millions d'euros investis sur 10 ans par la Région concernent les infrastructures portuaires sétoises : quais à conforter, équipements type grues ou autres servant à tous les bateaux et pas seulement à un bateau d'une compagnie en particulier, gare passagers...Et je le répète (je me marre, on dirait que je réponds à la place de Georges Frêche!), ce sont des investissements génériques programmés bien avant la polémique qui fait débat...

Écrit par : Philippe Sans | 02 juillet 2009

me suis mal exprimé peut être, je ne voulais pas dire que l'ensemble des 200 millions allaient aller chez notre Outspan israélien, mais même une infime partie, pour moi c'est déjà trop.

Écrit par : crici | 02 juillet 2009

mais même pas la plus petite partie, cricri, car les 200 millions sont, je le répète, de l'investissement d'infrastructure et de remise à neuf des installations. Pas de subventions directes ou indirectes comprises dedans. Il ne faut pas faire dire aux chiffres ce qu'ils ne sont pas...Pour le reste, d'accord sur le fond du problème avec vous.

Écrit par : Philippe Sans | 02 juillet 2009

Je découvre votre débat, presque avec amusement, tant je pense qu'il y a la facade à savoir une société à capitaux israéliens qui veut quitter le port de Marseille pour s'installer à Sète et dont on dit (et redit) qu'elle exploite des terrains colonisés en territoire palestinien; et puis il y a le reste de la maison.
En fait nous sommes dans un jeu de faux-nez.
La facade n'est sans doute pas fausse, mais en fait la société Agrexco intervient depuis longtemps sur le marché français sans qu'on lui ai monté un tel procès.
Comme vous le savez aussi sans doute le port de Marseille est en train de virer carrément "chichois"; depuis 2 ou 3 ans il s'y déroule une bagarre permanente entre les dockers qui veulent garder un certain statu et la direction du port qui veut mettre en place le systême existant désormais partout ailleurs y compris à Sète. C'est cette situation pourrie qui pousse les entreprises comme Agrexco à rechercher d'autres solutions et si ils ne traitent pas avec Sète ils se touneront vers Gêne ou Barcelone sans êtat d'âme.
En une formule simple les détracteurs de la venue d'Agrexco à Sète sont moins les défenseurs de la cause palestinienne que de la cause du monopole d'embauche C.G.T. sur le port de Marseille.

Écrit par : Bernard FABREGUETTES | 02 juillet 2009

Je ne vois pas ce que la C.G.T. Marseillaise vient faire au milieu de ce débat, pour ma part, issu d'une famille de dockers et charbonniers depuis plus d'un siècle, je constate que ce n'est certainement pas la C.G.T qui a cassé la machine portuaire en France. Pour mémoire mon père avant le tour de rôle en 1970 percevait 5,00 frs par jour non travaillé et comme d'autres restait au fond du BCMO pour attendre une éventuelle embauche.
Il y avait encore à son départ en retraite en 1978 près de 543 dockers professionnels et occasionnels, aujourd'hui une poignée, alors que dire, plus de mécanisation, moins de marchés... mais Bernard tu as toujours eu tes fixations idéologiques qui font que Commeinhes est à la mairie en 2008.

Écrit par : max | 03 juillet 2009

Max,

Si je n’approuve M. FABREGUETTES qui excuse l'action sioniste dans le monde, en excluant qu'Israël n'a respecté aucune résolution de l'ONU et n'a pas été pour cela envahi par les américains ou tout autre pays. Il excuse cette action avec un argument un peu fallacieux (dans le sens de trompeur du terme). En résumé, les autres ont commercé avec le diable pourquoi pas nous. Par contre je suis d’accord en partie avec son analyse la CGT dock trop intransigeante a tué les ports français au bénéfice d’autres ports européens. Mais il a omis de dire qu’à Sète cet assassinat a été perpétré avec l’aide et l’incompétence des chambres de commerce successives
J’ai travaillé sur le port de Fos qui est le véritable port international de Marseille. Je peux dire qu’il se porte très bien et va passer en XXXL, tous les trafics détournés sur le port de Sète ont d’autres raisons et sont loin d’être des victoires. Par exemple le trafic de voitures est refusé par les autres ports qui préfèrent laisser la place aux conteneurs qui s’empilent les uns sur les autres et sont largement plus rentables. Malheureusement à Sète notre port est vide, la place existe donc pour ce genre de trafic. Sète sera un port de délestage où d’accueil pour des marchandises que les autres ports ne veulent pas ou plus. Il faut savoir que des voitures sont débarquées à Barcelone et viennent par transport routier pour être seulement stockés à Sète.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 03 juillet 2009

Je ne pense pas qu'un salarié ou un employeur puisse être qualifié d'assassin, le mot incluant une préméditation, et puis est assassin celui qui tue une autre personne.
Dans le cas présent je faisais référence à une mémoire historique vécue et qui a permis à des sous-hommes de devenir des hommes en rétablissant leur dignité, peu importe qui a été à l'origine de ce long combat qui a abouti à ce qu'un travailleur du port en 1970 puisse travailler autant qu'un autre dans le même mois.

Écrit par : max | 03 juillet 2009

le cynisme absolu qui consiste à dire pour Agrexco que s'ils ne viennent pas à Sète, ils iront ailleurs.. avec le petit chantage à l'emploi qui va bien avec, me met dans une rage virtuelle enthousiaste.
C'est le même énervement qui me vient quand le Nain reçoit Khadafi pour lui vendre des centrales nucléaires ou qu'il fait des ronds de jambes aux Chinois pour leur fourguer nos produits d'exportations.

Si je vous comprends bien :: on a un port, des chômeurs et tout est bon pour les faire bosser.
Tiens, ça me rappelle le communiqué de nos amis communistes sétois qui démontre en 10 lignes une pauvreté d'esprit qu'on ne rencontre plus guère que chez les footballeurs professionnels.

Allez, circulez, y'a rien à voir braves gens ! :)))

Écrit par : cricri | 03 juillet 2009

Je t'approuve 100 % Cricri.

Tu vois qu'un gaulliste que tu qualifies de droite peu être d'accord quand des valeurs essentielles sont violées.

Le massacre des enfants à Gaza a peut-être été accompli avec des armes achetaient avec les bénéfices des fruits et légumes volés sur leur propre terre à leurs pères et la boucle et bouclée.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 03 juillet 2009

Je maintiens le fait que nous nous trouvons devant ce qu'il faut bien appeler une manipulation de l'opinion publique. A supposer que cette entreprise ne vienne pas à Sète, elle peut loin de vos révoltes télécommandées continuer ses activités sur le port de Marseille puisque jusqu'ici cette activité ne vous fendait pas l'âme.
Pour ce qui concerne le combat des palestiniens: une petite anecdote autour de 1980 M. Ibrahim Souss délégué de la Palestine en France vient à Sète, il est reçu discrètement par le Maire de l'époque Gilbert Martelli à la suite de quoi il doit faire deux ou trois interventions plus publiques, aucun des élus de l'époque ne se pressait pour accompagner un homme aussi marquant du combat Palestinien. J'étais alors le xième élu dans le tableau municipal je me suis fait une fierté d'accompagner cet homme qui représentait pour moi l'image de la révolte des spoliés.
Vous semblez vous méprendre sur mes combats, chers amis bloggers, mes Parents m'ont appris très tôt les vertus et les liens de la critique et de l'action. Dans le cas présent je ne doute pas que vous vous fassiez plus plaisir dans votre positionnement que de tenter une vrais analyse critique de la situation. Aujoud'hui c'est Agrexco qui n'est pas clean demain vous en débusquerez un autre.
Le monde économique n'est pas d'un limpidité extraordinaire et si vous souhaitez faire vivre le port de Sète il faudra bien traité avec ceux qui font des affaires, tant mieux si ceux de demain sont palestiniens mais ça n'impliquera pas forcèment qu'ils exploitent moins leur concitoyens.
Quand à la remarque sur mes fixations politiques je ne suis pas d'accord avec l'expression de Max mais c'est un autre débat.

Écrit par : Bernard FABREGUETTES | 03 juillet 2009

Qu’est-ce que nous ne ferions pas pour avoir de l’emploi, de l’argent et mener une petite vie tranquille. Nous sommes prêt à renier notre foi la plus profonde. Mais il nous faut une justification pour apaiser notre conscience afin de pouvoir le soir dormir du profond sommeil du juste. Alors on se dit intérieurement sans trop y croire : « Pourquoi moi ? Alors que les autres acceptent et tirent profits. Pourquoi moi ? Je serais le seul à dire non. »
Pour ma part dire non si il est légitime, même tout seul, quitte à ce que l’on me montre du doigt comme le mouton noir, même si je dois en pâtir et perdre un acquit, ne me gêne pas. J’ai toujours appliqué cette doctrine, c’est une raison de ma vie.
Alors dans mon coin même si c’est idiot, même si cela ne sert strictement à rien, je refuse de manger des produits israéliens. Je ne veux pas avoir dans ma bouche l’arrière goût du sang des enfants martyres palestiniens.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 03 juillet 2009

il est gentil Nanard de venir nous prodiguer ses leçons de bonne conduite.

Enfin, perso, je ne l'ai pas attendu pour militer. J'ai d'ailleurs mes convictions et elles sont partagées par moi même, c'est le plus important.

Alors pour ce qui concerne les sous-entendus de basse politique contenu dans les propos lénifiants de Nanard qui servent uniquement à justifier l'utilité de l'immoralité en politique, je tiens à lui dire que si les marseillais s'accommodent d'Agrexco chez eux ce n'est pas une raison pour que nous la fermions.
Il suffit de voir le savoir-faire marseillais dans le foot pour comprendre que les us et coutumes du vieux-port ne sont justement pas à suivre.

Comme tu le dis : si aujourd'hui c'est l'outspan israélien, demain s'en sera un autre.. Et alors ? Dans cette société idéale et dérégulée que vous nous préparez tous avec délice il ne faudrait plus s'insurger ? Plus râler ? Plus protester ?

Pour info, si vous receviez dans un passé lointain comme élu sétois un délégué palestinien, moi à 18 ans je manifestais dans Paris avec le keffieh sur la tête pour protester contre la politique d'Israël à l'égard des palestiniens. Comme tu le vois, cher Nanard, à presque 40 balais, mes convictions à moi et partagées par moi sont elles tjs là, pour un moment encore, je le crains.

Écrit par : cricri | 03 juillet 2009

"... Des prix agricoles fixés par Israël

Quant aux camions palestiniens de marchandises, ils n'ont pas le droit de franchir la frontière. Résultat: une fois parvenus à Karni, point de passage obligé entre Israël et la bande de Gaza, leur cargaison doit être déchargée, contrôlée puis embarquée dans un véhicule israélien. Beaucoup de manutention, d'attente et de temps perdu. «Le coût du transport d'un conteneur entre la Chine et le port d'Ashdod, en Israël, est moins élevé que celui du franchissement des 40 derniers kilomètres qui mènent à la bande de Gaza», explique Salah Abdel Shafi, consultant économique à Gaza. Les cultivateurs de fraises sont, par exemple, obligés de s'en remettre à Agrexco, le géant de l'agroalimentaire israélien, pour exporter leur récolte. «Agrexco maîtrise l'ensemble du circuit de commercialisation, des camions réfrigérés aux avions-cargos», explique Oussama, ingénieur agronome dans la bande de Gaza. Résultat, durant la saison, de novembre à février, les paysans palestiniens n'ont aucun moyen de peser sur les prix, fixés par leur partenaire israélien. «Chaque semaine, ils nous envoient un fax précisant le prix, qui peut varier de 2 à 4 dollars le kilo, et les références des cultivateurs sélectionnés», détaille Oussama. Lorsque les Territoires sont bouclés, il leur devient impossible d'exporter leurs fraises ou leurs tomates cerises. En janvier, lorsque le passage de Karni a été fermé pendant quinze jours, les cultivateurs ont dû écouler leurs fruits sur le marché local, à un demi-dollar le kilo....".
L'Exress - octobre 2005
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/tout-reconstruire_484253.html

Écrit par : cricri | 03 juillet 2009

Si on considère que la liberté (pour les prix, les échanges..) est une vertu cardinale du commerce, force est de constater qu'Agrexco ne la respecte pas et ne doit donc pas être aidée à quelque niveau que ce soit pour s'implanter chez nous.

sur ce, mon Irish Coffe m'attend. Bon ouikende !

Écrit par : cricri | 03 juillet 2009

jean louis
tu me fais rigoler:
et ta rolex en or , tu es sur de son origine?

Écrit par : marion devineau | 04 juillet 2009

Et si je comprends bien vos réactions indignées il est grand temps que l'Iran ai enfin la bombe atomique pour mettre de l'ordre dans tout cela.

Écrit par : Bernard FABREGUETTES | 04 juillet 2009

Bernard, tu te rapproches à grands pas du point Godwin.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin

Fais attention. :))

Pour l'Iran, j'en ai parlé plus haut. Si Agrexco avait été iranienne, ma conviction est qu'elle n'aurait pas pu s'installer chez nous.
Si tu évoques autre chose concernant l'Iran... pour te rassurer un peu j'ai tapé plus qu'à mon tour dans ma jeunesse sur ce que ce pays compte de fascistes et autres racistes. ;)
C'est juste un souci de cohérence... chez moi.

Écrit par : cricri | 04 juillet 2009

M. FABREGUETTES,

Votre réponse voulant détourner l'échange : "Et si je comprends bien vos réactions indignées il est grand temps que l'Iran ai enfin la bombe atomique pour mettre de l'ordre dans tout cela."
Me fait penser aux réponses toutes faîtes que donnait le parti communiste à ses militants quand nous dénoncions leurs crimes : « Et le Chili ….. ».
Un crime n’a jamais blanchi un autre.
A l’époque nous dénoncions autant Pinochet que Khrouchtchev. Souvenait vous quand Georges Marchais soutenait en direct de Moscou sur la Une (TF1 actuel) la guerre juste de l’URSS en Afghanistan. Alors que les avions bolcheviques jetaient des bombes à fragmentations et retardements déguisés en poupées visant ainsi des pauvres enfants.
Quant à la bombe atomique vous n’ignorez pas qu’Israël là détient et que la technologie lui a été fourni indirectement par la France du temps de Giscard. Les pays du monde entier ont fermé les yeux à cette violation de traité international.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 04 juillet 2009

A El Ejido, en Andalousie, 20 000 hectares de serres, soit plus de la moitié de la surface de la bande de Gaza se cache une magnifique exploitation des ouvriers immigrés dans le sud de l'Espagne, à 2 € de l'heure, souvent sans contrat ni titre de séjour. Les tomates de là-bas, tu les retrouves à Auchan et à Carrefour. Ce qui est curieux, c'est que je n'ai pas vu de Cricri ou autres défileur en tong, basket ou jean made in china (Pakistan, Inde, Indonésie...) s'en offusquer. Avoir de la conscience c'est bien, mais ça peut également être à géométrie variable, selon son petit confort personnel... Et malheureusement on en est tous là. Face à notre culpabilité générale, je vous propose d'en rire un peu avec cette vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/x5itwj_petage-de-plomb-en-plein-journal_news

ça ne fera sans doute pas avancer les doits de l'homme, mais aura le mérite de l'auto dérision.

Écrit par : Jacques | 04 juillet 2009

Génial !
Je suis le premier à dire que Frêche doit soutenir ses producteurs locaux. L'un de ceux qui expliquent sur internet et IRL qu'il faut valoriser les filières courtes et que c'est une connerie de faire venir des tomates d'Andalousie ou d'ailleurs dans le monde. Hier soir, je militais comme un con sur l'utilité qu'aurait le bonus-malus écolo pour ce type de production.
Et l'autre vient me taper un procés d'intention de confort.. à moi !
Ah ! Sordide Humanité, vous ne me méritez pas !

Écrit par : cricri | 04 juillet 2009

en passant, l'Andalousie, les pays de l'Est, toussa.. c'est VOTRE Europe qui a permis ça, pas la mienne.

Sur ce, Picon Bière et Bretzel d'Alsace, ça n'attend pas ! (produits locaux)
Bon ap' ! ;)

Écrit par : cricri | 04 juillet 2009

J'ai essayé par ma contribution de faire connaître le fait que dans notre pays socialement, on avait parfois rien à envier aux autres nations et que l'exploitation humaine est universelle.

Écrit par : max | 06 juillet 2009

Pas la peine de se lancer dans du Marxisme virtuel...
Je préfère lire les communiqués de nos staliniens productivistes sétois, c'est plus marrant.:))

Je voudrais juste rajouter à nos échanges ce passage de Jacquard :

Albert Jacquard a écrit dans Mon utopie, Editions Stock, 2006 :
« La croissance de la consommation est en réalité l’équivalent d’une drogue ; la première dose crée l’euphorie mais les suivantes mènent inévitablement à la catastrophe. Prétendre résoudre un problème, par exemple le chômage, par la croissance, c’est s’enfoncer délibérément dans cette impasse.
Cette croissance de la consommation lorsqu’elle a lieu au sein des nations les plus développées rend plus improbable une diminution des inégalités entre les peuples ; l’écart entre eux ne peut que s’aggraver. Apporter à tous les humains le niveau de vie actuel des Européens nécessiterait plus de ressources que n’en peut fournir la Terre. C’est donc, dès maintenant, non pas seulement une ‘croissance zéro’ comme l’avait proposé le Club de Rome, mais une décroissance de la consommation des plus riches qui est nécessaire ».

Écrit par : cricri | 07 juillet 2009

Vous avez une notion du débat assez coincée et unilatérale mais vous lire est parfois intéressant et amusant, le marxisme pour mémoire historique est antérieur au stalinisme qui a malheureusement d'une façon sanglante occulté une philosophie qui n'a jamais été appliquée et qui est pour tous une partie de la philosophie actuelle, pour mémoire le capital était inscrit dans les programmes de philosophie au même titre que les autres auteurs.
Quand à mon témoignage même s'il peut paraître désuet, il est celui d'une personne qui a un vécu peut être moins confortable que d'autres, du moins dans son enfance et jeunesse.
En toute amitié.
Max

Écrit par : max | 08 juillet 2009

Max,
je ne crois pas trop aux vertus du débat virtuel. Je préfère encore et de loin partager une bière et des idées avec mes potes au bistrot du coin. A ce titre, ils nous arrive parfois d'échanger sur Marx, que nous lisons et relisons.
Donc, quand je traite qq'un de Stal productiviste c'est voulu, délibéré et assumé. ;)
Au sujet de Marx, (avant qu'il soit dévoyé par certains bureaucrates productivistes) il a certainement été un des tout premiers a évoquer l'écologie politique dans ses écrits car c'est le premier a avoir dénoncé la production pour la production, l’accumulation du capital des richesses et des marchandises comme un but en soi.
Dans le même temps, il prônait, je crois, la réduction du temps de travail et l'avènement du communisme comme une production de biens et de valeurs d'usage nécessaire à la satisfaction des nécessités humaines. Pas plus, pas moins...

je crois donc que sur le fond on doit être raccord et d'accord. :))

Écrit par : cricri | 09 juillet 2009

J'ajouterai cette phrase de Gandhi: " nous aurons assez pour tous vos besoins, pas pour toute votre avidité...."

Écrit par : marion devineau | 09 juillet 2009

Extraordinaire sagesse que ces derniers propos. Toutefois on peut aussi penser que ce qui a fait avancer l'humanité n'est pas seulement la couverture des besoins, bien que nous sachions qu'ils ne sont pas couverts partout, c'est aussi la force du désirs que l'on peut aussi entrevoir dans la notion d'avidité. Certains membres de la communauté de l'arche (disciples européens de Gandhi) installés dans le nord de l'Hérault m'expliquaient il y prés de 30 ans la non-nécessité de la fourchette qu'en pensez-vous?

Écrit par : Bernard FABREGUETTES | 09 juillet 2009

Bonjour Bernard
ça dépend de ce que l'on mange....Pour la macaronade j'aurais tendance à penser que la fourchette est nécessaire, ainsi qu'une grande serviette pour protéger ses jolis habits.
Pour le Chop Suey, personnellement je préfère les baguettes.
Heureusement, je ne pense pas que ce soit une production massive et exagérée de fourchettes, ni même de couteaux et de cuillères, qui mette en péril les ressources naturelles de notre planète.

Écrit par : marion devineau | 09 juillet 2009

Bernard FABREGUETTES : "...la force du désir..."
Nan, rien, c'est juste pour rire.

FRA-TER-NITE ! FRA-TER-NITE ! FRA-TER-NITE !

(mode Ségolène Royal/off)

Écrit par : cricri | 11 juillet 2009

Bonjour,
On parle de 200 emplois, mais personne n'est à l' abri qu'Agrexco ne finisse pas par faire venir sa main d'oeuvre de pays nettement plus favaorable à ses finances.

De plus, pour 200 hypothétiques emplois, combien de cultivateurs de notre région seront sur la paille?

Il serait souhaitable que force citoyenne prenne contact avec des palestiniens, pour savoir dans quelles réelles conditions ces derniers travaillent?

il se trouve qu'Agrexco est une entreprise Israëlienne, que d'importants intérêts commerciaux , financiers et politiques sont en jeux. Mais si Agrexco était d'une nationalité d'un autre pays impérialiste ,ne respectant pas les droits les plus élémentaires de l' homme,n' ayant pas les intérêts ci dessus mentionnés,nous aurions sans doute eu un tollé quasiment unanime de condamnation.

Écrit par : FRANK | 17 juillet 2009

bjr Franck,
concernant les cultivateurs de la région (que je défends en premier lieu à titre personnel en achetant autant que possible mes légumes frais sur le marché du mercredi ou directement auprès des producteurs locaux et le moins possible en grande surface...car leur défense commence là!Combat partagé?), ils ne produisent ni d'oranges, ni des pamplemousses.
Concernant ensuite le travail des agriculteurs palestiniens qui vendent eux à Agrexco, il est tout aussi honorable et rémunéré que celui de nos agriculteurs. La problématique est surtout celle de l'affrontement qui n'a que trop duré (là nous nous rejoignons) entre israéliens et palestiniens. Mais je le répète la solution est ailleurs. Et sûrement pas par un boycott insignifiant d'Agrexco au niveau de Sète. Ou alors, je le répète, allons plus loin : boycottons l'essence de certains groupes pétroliers qui exploitent des peuples entiers via les pétro-dollars pots de vins à leurs dirigeants, les produits fabriqués par des gamins de 8 ans en Asie, les ananas et bananes du Costa Rica qui sont le "fruit" de multiples cancers pour les ouvriers qui les ramassent. Je le répète, allons au bout de la démarche. Complètement.

Écrit par : Philippe Sans | 18 juillet 2009

Philippe ton raisonnement annihile tout combat, toute révolte et met l’homme automatiquement sous le joug de n’importe quelle autorité.
Pourquoi sauver une personne de la noyade puisqu’il y en a d’autres qui se noient autour, restons sur le bateau et observons.
J’ai le raisonnement inverse menons le combat même si nous croyons qu’il y a peu de chance de réussite. Et ensuite menons les combats les uns après les autres, il se peut que la réussite vienne un jour malgré l’orgueil, la méchanceté, la cupidité de l’homme.
Le général De Gaulle a mené un combat voué à l’échec et c’est mis dans la position de paria vis-à-vis des français majoritairement colabos. Lui représentant une nation qui avait failli, s’est fait respecté par les alliés et transformé cette nation pleutre en une nation gagnante où les couards d’hier étaient fiers d’être français.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 18 juillet 2009

Bjr Phillipe,
"Concernant ensuite le travail des agriculteurs palestiniens qui vendent eux à Agrexco, il est tout aussi honorable et rémunéré que celui de nos agriculteurs"

Pour cette objection il faut mettre tous les points suivants de côté:
AGREXCO; détenu à 50% parle ministére de l agriculture israélien.
Ce même état, pour qui en 2002, le parlement européen a voté la suspension d'accord d 'association pour non respect des droits de l' homme.
le 4 decembre 2008 ,le même parlement européen vote contre des accords de rehaussement de suspension!

AGREXCO,dont 70% des exportations proviennent des colonies.Entre autre, la Vallée du Jourdain, ou 700 colons détiennent 95% des terres, et 98% de l' eau!Et mettent en quasi état de misére les
agriculteurs Palestiniens.

Alors dire que les cultivateurs palestiniens sont aussi rémunérés que les notres me semble en décélage avec la réalité.

Tu nous parles des oranges et pamplemousse,OK, si ce n'était que ça. Mais il y aura des fruits et des légumes et des fleurs que nous trouvons et cultivons en France.

Sans parler du point de vue écologique: Quel intérêt de faire venir des fruits et léguimes que nous avons chez nous, d'Israël,alors qu'il faut réduire au maximum le transport...

Enfin ,juste un rappel:
en 22jours l'état israelien a tué 1315 palestiniens,433 enfants, et a fait 6000 blessés.
N'est-ce pas suffisant pour avoir déjà oublié.

Je méfie souvent de la désinformation.

Écrit par : Frank | 18 juillet 2009

D'accord en grande partie avec toi Franck. Sauf que, désolé de persister, le véritable combat doit être celui des institutions politiques : pourquoi depuis plus d'une demi-siècle un tel conflit n'a pas été réglé? Pour ma part aussi, je ne vois pas tout noir d'un côté et tout blanc de l'autre. Replongez vous dans l'histoire...Et vous verrez qu'il y a eu aussi à l'époque des oppositions fortes à la création d'un état...israélien! Et que les palestiniens ne sont pas en reste côté vies prises, y compris celles d'innocents. Replongez vous aussi sur toutes les avancées diplomatiques qui avaient été faites...et qui ont parfois capotées à cause d'extrémistes palestiniens qui n'avaient aucun intérêt dans le règlement pacifique du conflit. Tout cela est bien plus compliqué que cela...A ce jour, je suis totalement favorable à la création d'entreprises palestiniennes qui exportent elles mêmes les produits des agriculteurs palestiniens. C'est à la communauté internationale de permettre enfin cela...
Pour l'heure, la société israélienne...ne fait pas plus pas moins qu'EDF, Total ou autres sociétés françaises semi-publiques dans des pays dit émergents. Boycottons nous ces entreprises qui exploitent (voir ma précédente intervention) d'autres peuples en privilégiant les dictateurs en place. Nous avons des combats tout aussi importants à mener chez nous...Commençons par boycotter les grandes surfaces qui font déferler des tomates et autres produits d'autres pays, et étranglent nos agriculteurs! Boycottons Elf...qui nous "pompent" des dividendes pour engraisser des dictateurs africains!

Écrit par : Philippe Sans | 18 juillet 2009

Pour reprendre une phrase désormais célèbre du philosophe chanteur ;) Maxime Leforestier : Philippe, tu as une attitude "munichoise" !! :)
Sinon, un billet fort intéressant sur un Maire qui avait décidé de boycotter les produits israéliens. Et le commentaire de la décision de justice qui a suivi

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2009/07/18/israel-boycott-et-activites-illicites.html

Écrit par : Cricri | 19 juillet 2009

Et puis il serait bien de faire effectivement le tri entre les sociétés françaises et les étrangères avant de se défausser ;) sur notre si beau monde qui part en couilles mais que voulez-vous ma bonne Dame, on ne peut rien y faire.

Écrit par : cricri | 19 juillet 2009

Cricri,

Tu as fermé le bar pour les vacances ou c'est définitif ?

Merci pour ton lien qui si je résume nous explique que la liberté du commerce international de l'aubergine vaut largement mieux que la liberté des peuples et surtout que la vie humaine d’enfants innocents.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 19 juillet 2009

le bar finissait par coûter beaucoup trop cher. Le loyer, les consos, toussa, toussa... :))
J'ai donc bougé le bleug sur une plateforme gratuite et je vais bafouiller un peu chez Le Gabian, s'il me laisse écrire un peu :)

Sinon, oui, pour les droits de l'homme.. mais on le savait déjà qu'une fois la mort venue les droits de l'Homme s'effacent devant ceux de l'asticot.

Écrit par : cricri | 19 juillet 2009

le bar finissait par coûter beaucoup trop cher. Le loyer, les consos, toussa, toussa... :))
J'ai donc bougé le bleug sur une plateforme gratuite et je vais bafouiller un peu chez Le Gabian, s'il me laisse écrire un peu :)

Sinon, oui, pour les droits de l'homme.. mais on le savait déjà qu'une fois la mort venue les droits de l'Homme s'effacent devant ceux de l'asticot.

Écrit par : cricri | 19 juillet 2009

Philippe,

Je n'ai jamais dis et je ne le pense pas,qu'il fut normal que ce conflit Israëlo-palestinien ne soit pas réglé depuis longtemps.

Je n'oublie pas les morts Israëliens, et ma culture politique me force à condamner TOUTE violence que se soit.

Arafat,avait du sang sur les mains lui aussi, et a eu le prix nobel de la Paix.

Mais le malheur ,c'est sur la population qu'il s'abat!
La misére c'est toujours pour les mêmes!

C'est pour eux qu'ils faut se battre!!

AGREXCO (et ce n'est pas le seul bien sur)représente le symbole de l'exploitation de populations "en captivité", si je peux m' exprimer ainsi,en tout cas n'ayant plus les moyens de vivre decement.

Faire du profit sur des populations n'ayant plus rien ou si peu ,ça dépasse largement la cupidité! c'est dégueulasse!Inique et cynique.

Remettre tout sur nos politiques (qui pour certains ont des intérêts à defendre là bas), c'est s'exonerer de toutes responsabilités en tant qu'êtres humains.Ne pas condamner c'est (à mes yeux)coupable.

Oui tu as raison, ils ne font pas pire que Total, EDF et consors,mais rien ni personne ne nous empêche (à titre individuel) de boycoter les produits des dites entreprises, même si c'est plus compliqué pour EDF....

Je ne suis pas pro-ETAT Palestinien ou Isralien, mais je ne supporte plus tout ce qui est source de souffrances pour des populations , quelques soient leurs nationnalités.

Il s'agit d'hommes, de femmes, d'enfants, simplement.

Écrit par : Frank | 20 juillet 2009

Frank en a gros sur la patate et tient à le faire savoir :(

Écrit par : cricri | 20 juillet 2009

les avantages et les inconvénients d'un boycott d'Israël. Et le débat après le billet de Naomi Klein avec Robert Pollin.
http://revuedeslivres.net/articles.php?id=319

Écrit par : cricri | 20 juillet 2009

à lire... pour la réflexion et éviter les mots comme "juste rémunération des Palestiniens qui travaillent pour Agrexco" qu'utilisent M'sieur Sans ;))

http://www.lemonde.fr/la-crise-au-proche-orient/article/2009/07/20/l-ete-de-la-desolation-a-gaza_1220738_734511.html#xtor=RSS-3208

Écrit par : cricri | 20 juillet 2009

Un article de Rue 89 qui démontre que :
1) le problème ne peut pas être que politique
2) que la France : "Au sein de l'UE, la France figure parmi les premiers importateurs de produits israéliens. Parmi ceux-ci, nombreux sont les produits qui proviennent en réalité de colonies situées en Cisjordanie."
3) tôt ou tard, des mesures économiques devront être prises contre l'Etat israélien...


http://www.rue89.com/2009/07/24/palestine-les-mots-ne-suffisent-pas-pour-stopper-la-colonisation

Écrit par : cricri | 24 juillet 2009

Cricri, je n'ai pas écrit que les palestiniens travaillant pour Agrexco avaient une juste rémunération. J'ai écrit "espérons", sous-entendu qu'ils ont au moins une juste rémunération pour le travail accompli.
Concernant la lecture des divers liens, mon interprétation reste la même : ce qui ressort, c'est que la solution doit être...politique! Il faut que les politiques prennent de véritables décisions et les appliquent! Jusqu'aux sanctions contre les états, qu'ils soient israéliens, palestiniens, chinois ou autres dans les divers conflits ou non-respects des droits de l'homme, des libertés...Ce sont les politiques qui doivent (et sont élus et payés pour...)établir enfin tout cela. Je rejoins cet article : les mots ne suffisent pas. C'est à l'ONU d'imposer, par exemple, que ce soit une coopérative palestinienne qui exporte les produits des producteurs locaux. Sans parler du préambule : régler enfin ce problème de territoire!

Écrit par : Philippe Sans | 25 juillet 2009

Philippe, tes propos sont bibliques :))

On dirait du Ponce Pilate : "Je m'en lave les mains"..

Alors, pour attaquer sérieusement qu'entends tu en pratique pour la solution "politique" ?

Tu penses sérieusement qu'Israël, de sa propre initiative et de sa propre volonté créera un jour un état Palestinien indépendant économiquement, toussa, toussa ?

Écrit par : cricri | 03 août 2009

Loin de moi l'idée de rester dans l'histoire comme un Ponce Pilate du port de Sète. Ni des grands idéaux pacifiques humains...
Et je ne pense pas qu'Israël créera (ou acceptera) la création d'un Etat palestinien indépendant. Ou en tout cas certains israéliens. Tout comme je ne crois pas que certains palestiniens accepte de cohabiter (géographiquement) avec l'Etat israélien. Les extrémistes sont dans les deux camps. Mais je crois à une véritable force diplomatique et à un vrai règlement si tous les états du monde et les Nations Unies font respecter les décisions pacifiques qui ont été prises jadis. Et, Etats-Unis compris (mais le nouveau président Obama semble un peu plus impliqué...espérons le), agissent pour que la fin de ce conflit voit enfin le jour.
Je refuse de tomber dans certains pièges de l'histoire. Relisez-bien celle de ce morceau de terre et vous verrez que les torts sont partagés! Que les extrémistes sont partout!
Au fait, sur les 3 à 10.000 manifestants tués (chiffre flou de par le manque de transparence) voici quelques jours par les forces de l'ordre chinoise dans une rébellion dans une partie du pays...qui va interdire ou boycotter la vente des tee-shirts, chaussures...made in China! Y compris dans les rues commerçantes ou sur les marchés de Sète! Y aurait-il deux poids deux mesures dans l'action. Je le répète, c'est aux décideurs politiques d'agir. Ils en ont plus les moyens que nous.

Écrit par : Philippe Sans | 03 août 2009

les extrémistes sont effectivement des deux côtés, la seule différence c'est que les moyens employés par les uns pour "réprimer" les extrémistes de l'autre bord sont à mon humble avis un tantinet disproportionné, ce qui avive encore plus les tensions. :)

Ceci dit, on sait bien que la solution "diplomatique" est vouée à l'échec car elle est la seule voie explorée depuis des dizaines d'années pour tenter de résoudre le problème.
L'eau du Jourdain, entre autre problème crucial dans une région très ensoleillée sera peut être réglé un jour par (S')Barack Obama mais ce sera avec des menaces à la clé économiques.
En effet, l'étatzunien est le premier à aider économiquement, militairement.. Israël.
On retombe donc sur des sanctions économiques à prendre contre l'Etat hébreu pour lui faire comprendre certaines choses.

Pour la Chine, il faut aussi rappeler que ce sont les entreprises européennes et donc françaises qui ont "fait" la réussite de ce régime sur le plan économique. Ces choses là sont aussi valables dans le tourisme, pour la tranquillité des affaires on préfèrera toujours une bonne dictature à une démocratie instable.. Dans un monde meilleur, je taxerai bien les profits de ces petits profiteurs, mais bon.. on va encore me taxer de pourfendeur du bon capitalisme, alors je la ferme :)))

Sur ce, je retourne à ma thèse sur les Vins d'Alsace. A bientôt.

Écrit par : cricri | 04 août 2009

Les commentaires sont fermés.