Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 septembre 2009

Garder l'équilibre !

 

La problématique soulevée dans la presse locale par le P.-DG du Groupe Larosa, installé à Sète depuis prés d'un quart de siècle, rejoint celle que l'on doit se poser pour l'avenir de Sète, mais aussi du Bassin (et de l'Agglomération) de Thau : à ce jour, aucune proposition n'a répondu à son besoin de 25.000 m2 pour s'étendre. Et pouvoir ainsi rester sur le secteur avec ses 52 emplois actuels à la clef.


On peut déjà s'étonner que l'ensemble des acteurs écoomiques locaux en charge de cette préoccupation, de la Ville à l'Agglo, ou inversement, (mais aussi CCI et Région) ne soient pas ensemble autour d'une table pour tenter de résoudre le problème.

Par ailleurs, on peut s'étonner que les derniers terrains libres dans le secteur tant sétois (entrée Est de la ville, du côté des friches SNCF proches de l'usine d'incinération et des autres activités classées "Séveso") que dans le fameux triangle entre Sète, Balaruc et Frontignan ne conviennent pas.

A moins que certains ne leur réservent d'autres avenirs...

 

La question est aussi celle de l'orientation que l'on doit donner à l'aménagement d'un secteur : une ville (ou une Agglo) équilibrée, maîtresse de son avenir, doit être une ville (ou une Agglo) misant à la fois sur une population active ou stable financièrement, et pas seulement sur les retombées du tourisme. Mais aussi sur celles de ses forces tant "naturelles" (port, pêche, conchyliculture...), que nouvelles (à savoir des entreprises et autres activités économiques). La conservation d'emplois est vitale pour l'équilibre social.

 

On peut donc s'interroger sur l'orientation que l'on doit donner à l'aménagement du futur quartier Est de Sète, pris entre sites industriels, usine d'incinération, bassin de Cayenne et route de Montpellier. Il ne doit pas être un quartier uniquement livré à l'activité immobilière et résidentielle (d'ailleurs, qui achèterait à côté d'usines "polluantes" ou potentiellement dangereuses?), mais composer aussi avec une large activité économique, tant tertiaire que pourquoi pas industrielle. Il faut vraiment se pencher sur l'équilibre de notre territoire.

08:03 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Déjà,il faudrait déterminer qui est le décideur à Sète. Et sa vision de la ville, sortie des antiennes habituelles sur le nombre d'habitants, la fiscalité.

Ensuite, déterminer le territoire sur lequel porte cette vision : ville, agglo, grande agglo... Que sais-je ?

Une fois ces réponses apportées, on pourra papoter sur le "rôle" d'un Maire.
"Arracheur" de subventions à Bruxelles et ailleurs ? oui, certainement.
"Développeur" du tissu économique de sa ville ? oui, aussi.
Les deux doivent aller de pair.

Bref, pour ma pomme, la problématique de Sète est la gouvernance de la ville.

Écrit par : cricri | 05 septembre 2009

A Sète rien ne pourra se faire tant que les setois ( qui se plaignent à tous les coins de rue mais.....) voteront pour un maire mégalo qui ne cherche qu'à être valorisé auprès des médias. On voit bien ce qui se passe au niveau national ou chaque jour nous subissons des manipulations médiatiques....On veut que sète soit une ville touristique....mais avec quoi ? et avec qui ? des personnes à la retraite ? les jeunes s'en vont ailleurs pour chercher du travail et de la distraction. Je suis triste de voir comment ma ville va être défigurée par ce béton à cause d'irresponsables élus au présent comme passé ! A quoi servent ces lois du littoral ou de la protection ? On construit sans penser au futur, sans penser comment sur séte la circulation va s'effectuer sans penser comment les individus vont travailler.....mais de tout cela les soit disant "tètes pensantes.....et diplômées...." s'en balancent. On devrait les responsablisés pour tous les actes signés jusqu'à la la fin de leur vie. Peut etre réflechiraient ils un peu plus avant de donner des autorisations de construction.

Écrit par : c.c. | 05 septembre 2009

Pas mal le titre pour un centriste.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 05 septembre 2009

Je pense que c'est effectivement un problème majeur pour la ville et aussi pour le Bassin de Thau. Peu d'efforts sont faits pour avoir des emplois nouveaux, mais si, en plus, une entreprise qui tourne bien doit partir ailleurs faute de pouvoir s'aggrandir, c'est inadmissible d'autant plus que des terrains existent ! Nos élus se montrent irresponsables et n'assument pas la mission qui leur incombe. Il serait temps que les sétois le comprennent et osent l'exprimer par leur vote.

Écrit par : Nicole Bandelier | 07 septembre 2009

Et oui. Petit à petit le maire déroule son rouleau compresseur et mène, seul, sa barque urbanistique comme il l’entend.
Où est en effet l’équilibre ? Quand on sait ( ou on ne sait pas car la ZAC créée pour ce quartier n’a toujours pas de dossier de réalisation) que le Plan Local d’Urbanisme permet déjà dans le secteur de l’avenue Maréchal Leclerc 180000m2 de planchers pour de l’immobilier et que de grandes perspectives immobilières sont aussi prévues sur Cayenne, est-il besoin de « geler » encore plus de terrains pour une offre immobilière potentielle complètement déraisonnable.
Les sétois ont non seulement besoin de création d’emplois mais a minima de conserver les emplois présents.
Qu’il faille améliorer l’entrée routière de Sète (route de Montpellier) notamment dans son aspect visuel, c’est indéniable. Mais on peut être exigeants sur les projets même industriels pour que la façade sur voie fasse l’objet d’un traitement architectural et d’accompagbement paysager.
Dans cette affaire, ce qui est choquant c’est le manque de perspective à terme sur le développement de Sète. Après l’épisode d’il y a un an du PADD bâclé sans concertation, d’un SCOT qui peine à sortir, d’un SMVM qui, bien que toujours en vigueur légalement, n’est plus appliqué, d’un POS en révision depuis…..belle lurette, aucune vision d’urbanisme n’existe à Sète à part l’omniprésence de la promotion immobilière.
Ce qui est effectivement navrant c’est que l’industriel ne trouve que des portes fermées. Alors qu’une ville devrait être fière de posséder en son sein une entreprise qui fournit les plus grands chantiers régionaux voire nationaux ! Alors qu’il y a 52 sétois qui travaillent dans cette entreprise ! et que personne ne semble, dans l’état de nos informations, se préoccuper du sort de cette entreprise.
Jacques MONTAGARD

Écrit par : montagard | 08 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.