Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 septembre 2010

Que Sète ne reste pas à quai!

Après avoir pris en charge le port de commerce et de pêche, la Région Languedoc-Roussillon veut aujourd’hui prendre en charge la concession du port de plaisance de Sète. Et ce avant l’échéance normale de fin de concession le 31 décembre 2019.
Il faut être conscient que l’état financier catastrophique et de la CCI de Sète et de la Ville de Sète ne permet plus aujourd’hui d’envisager une quelconque politique ambitieuse de ce port de plaisance. Il est pourtant nécessaire d’en faire enfin un des atouts économiques et touristiques de notre ville et de notre agglomération. Et par-delà même du Languedoc-Roussillon.

Par contre, il semble inconcevable qu’une fois de plus la Ville de Sète, la CCI de Sète et l’Agglomération Sète-Bassin de Thau soient écartées de la gestion tant politique que financière de cette partie du port. Il faut impérativement que ces instances et collectivités soient associées au sein d’un consortium avec la Région, mais aussi le Département. Pour participer à la défense de notre patrimoine économique.

 

Et je suis désagréablement surpris qu'une fois de plus le Maire de Sète ne se positionne pas et ne se batte pas pour cela! Aprés deux tribunaux, une cité judiciaire, une CCI, un port de commerce, un port de pêche...va-t-il aussi laisser s'échapper sans mot dire un port de plaisance? Et à quand l'octroi de permis de construire sur notre propre île singulière?!

Un patrimoine que nous offre de défendre aussi la pétition lancée par  l’ex-maire et conseiller régional Yves Marchand, pour préserver en le classant notre Golfe du Lion. Et que je soutiens dans son intitulé : nous nous devons, au-delà des différences politiques, de préserver notre littoral afin que tout projet, quel qu’il soit, prenne en compte la protection des paysages, des fonds, des ressources naturelles et animales, mais aussi de nos atouts tant touristiques qu’économiques.

 

 

Commentaires

Tout à fait d’accord sur la nécessité absolue que les représentants des Sétois (municipalité et agglo) soient associés à cette prise de décision. C’est vrai que le maire est bien muet pour l’instant sur ce sujet.
Mais le plus important n’est pas de savoir qui sera le « patron » du port de plaisance mais de savoir quel est le projet de développement de cette activité et pour qui il est mis en œuvre.
Fabriquer un n+1 ème parking à bateaux sur le littoral languedocien ne me semble pas un objectif valable.
Penser un programme dans une perspective de projet urbain réfléchi et débattu sur le plan local me paraît la seule approche possible.
Mais nous en sommes loin :
· Il faudrait que la révision du POS (volontairement en panne depuis 8 ans) aboutisse car seul un document de planification permet de concrétiser un projet
· Un port de plaisance mais pour quelle « clientèle » ? La grande plaisance (les yachts) ? La moyenne plaisance ? (pour les nouveaux montpéllierains ?)
· Quel est l’avenir de la petite plaisance (tous ces petits bateaux qui font en grande partie le charme de Sète et de ses canaux) ?
· Le développement de la plaisance pourrait être une bonne chose si on l’accompagnait d’un développement d’une activité d’entreprises de maintenance ou de réparation (motoristes, électriciens, peintres, …). Mais le maire de Sète fait de l’immobilier sur tout terrain disponible et ne prévoit pas le développement de zones d’activités. Où iront ces entreprises ? Sur les communes voisines ?
· Quelle répartition spatiale entre pêche, commerce et plaisance ?
· ……

Autant de questions qu’il faut se poser avant de savoir qui est le mieux capable de les mettre en œuvre. Autant de questions qui concernent en priorité les sétois et donc leur maire. Attendons sa réaction….

Jacques MONTAGARD

Écrit par : Jacques MONTAGARD | 01 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.