Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 novembre 2010

Insidieusement...même ici!

Sept ans !
Sept ans à payer par le silence et une assignation à résidence, lui interdisant de quitter sa maison librement, sa ville et bien évidemment encore plus son pays, le prix d’une libre expression démocratique. La « dissidente » birmane Aung San Suu Kyi, lauréate du Prix Nobel de la Paix, a été « libérée » aujourd’hui de cette assignation. Pour avoir simplement dénoncé en 1988 la dictature de la junte militaire au pouvoir dans son pays depuis un demi-siècle, alors que son propre père, général, avait combattu pour l’indépendance du pays.

Aujourd’hui, tous, élus internationaux et nationaux, mais aussi simples citoyens, nous nous devons de nous réjouir de cette liberté d’expression retrouvée. Notre Gouvernement français le premier met en garde contre "toute entrave à sa liberté de mouvement ou d'expression".

Dans le même temps, en France, des journalistes voient leurs listes détaillées d’appels téléphoniques épluchées ici par un magistrat de son propre chef, là par des services de renseignements d’Etat. La France est d’ailleurs passée du onzième au…quarante-quatrième rang mondial en huit ans en matière de liberté de la presse, selon le classement annuel basé sur des faits concrets par Reporters sans Frontières.

Et encore plus prés de nous, à Sète, deux employés municipaux se voient mettre sous le nez des relevés téléphoniques et reprocher d’avoir appelé votre propre serviteur, considéré comme « opposant politique »…si dangereux que cela pour la démocratie locale ?!
Si nous n’y prenons garde, à tous ces échelons, c’est bien de liberté d’expression et de démocratie dont nous parlons. Et insidieusement, chez nous aussi, elles commencent à être bafouées.