Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 décembre 2010

Chaussures de plomb pour le foot sétois

La dernière assemblée générale du FC Sète, le vieux club vert et blanc, vient de révéler que le passif des dernières gestions (Anfosso + Besson) qui ont conduit au trou n'est pas soldé : l’URSSAF réclame 150.000 € au club.

Conséquence : dette à payer sur quatre ans, et autant à déduire des budgets à venir. Une sacré épine dans le pied des courageux bénévoles qui oeuvrent à remonter ce club détruit. Pensée pour eux en ce dimanche pluvieux. Pas facile de jouer avec des chaussures plombés par les autres...

Il serait intéressant de savoir d'ailleurs où en est la liquidation de ce club. De même, si la requête d'être remboursé faite par le  "généreux" donateur Marcel Salerno a été exaucée par la Ville comme cela se murmure...Pour mémoire, il avait fait un chèque de 300.000 € à l'époque pour alléger la dette en espérant reprendre le club sur promesse du maire.

Commentaires

Désolé

elle est brouillon cette info. Elle ne concerne que l'assos FC sète ..... il ne faut pas oublier la SEM car le mélange des genres a bien fonctionné.

Le déficit c'est bien plus que ça.

Écrit par : roumagnole de sete | 20 décembre 2010

Je ne l'oublie pas "roumagnole". Mais la SEM Séte a été engloutie avec les trous abyssaux...L'association paye elle toujours les pots cassés par les deux présidents précédents.

Écrit par : philippe Sans | 20 décembre 2010

Avant d'en arriver là, il vaut mieux mettre un frein au départ. L'intelligence c'est de prévoir et non d'attendre afin d'arriver à un constat d'échec car là il ne reste plus qu'à payer la douloureuse

Je dis ça car Maïté prend la même pente sous couvert de la culture et de festivals plus d'onéreux.

Lodéve a fait l'expérience malheureuse sachons tirer la leçon gratuite de cette affaire. la conclusion est de bouter au plutôt Maïté hors de SSéte avant qu'elle nous ruine, elle aussi.


Chat échaudé craint l'eau froide.

Étonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 20 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.