Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 février 2011

Le poulpe et la truite !

Dans un article paru dimanche 13 février dans ses pages sétoises, le quotidien de presse écrite Midi Libre regrette la concurrence culturelle idiote que se livrent Sète et Lodève.

Ou plutôt, devrait-on dire, pour être plus précis, la tête pensante culturelle sétoise (Maïté Vallès-Bled, conservatrice en chef du Musée Paul-Valéry et directrice du festival de poésie des Voix Vives) et son ancienne ville d’attache Lodève.

J’ai déjà personnellement dénoncé cette ridicule concurrence. Il serait temps de la faire cesser et de jouer plutôt la complémentarité.

 

Ridicule en effet de créer un festival de poésie sur Sète aux mêmes dates que celui de Lodève, qui a l’antériorité. Ridicule de faire de la surenchère de prix et que ce néo-festival sétois pique une artiste à un autre festival sétois déjà existant. Ridicule encore, alors que l’exposition Valtat avait commencé à être préparée à Lodève, de vouloir la devancer et d’en faire une autre sur le même artiste à Sète…Car une exposition ne se prépare pas quelques mois auparavant, mais bien un an et demi à deux ans avant, tout le monde le sait dans le milieu culturel…Et Valtat commençait à être préparé avant le départ de Mme Vallès-Bled à Lodève.

 

Alors de grâce Madame, vous avez une compétence reconnue dans votre domaine, votre salaire atteste d’ailleurs de votre grade et de votre niveau. Jouez si l’on peut-dire en bonne intelligence, et non en Attila de la culture. Et j’en appelle à notre maire pour qu’il refuse de faire entrer notre Ville dans cette guerre des boutons ridicule !

 

L’investissement dans la culture doit se faire dans une logique politique intelligente et réfléchie, avec l’objectif  d’attirer tous les âges, toutes les couches sociales…et pas comme une revanche contre une autre ville, ou d’anciens associés.

 

Car à force de vouloir faire avaler n’importe quoi à notre Poulpe, même des truites lodévoises, il va s’en rendre malade…et cracher du noir !

Commentaires

Et pendant ce temps on accorde 1000E à Di martino qui fait de la culture toute l année
Ca fait combien en% par rapport aux 800k des voies vives

Écrit par : julio | 14 février 2011

j'avoue avoir ri : "...Alors de grâce Madame, vous avez une compétence reconnue dans votre domaine.."

Sur un blog local, à l'époque du parachutage, j'avais dit que le motif qui avait poussé MVB à Sète était TOUT sauf culturel. Et j'avais rajouté que ce que le FC Sète n'était pas arrivé "à faire", MVB y arriverait peut être.
Une "politique" culturelle se fait en partenariat avec les collectivités qui possèdent des fonds (des collections). Dans la région, ces collectivités sont nombreuses mais on feint de les ignorer pour pratiquer des "One Shot" qui sont du pur court terme, du 'bling bling' culturel sur l'argent de la collectivité, ce qui est pour le moins très dommageable.
Par contre, quand le tape à l’œil culturel se double, en plus, d'une petite vengeance personnelle, cela devient très problématique, et je pense que la responsabilité des élus qui ont encouragé cette politique devra être recherchée dans le futur, si errements budgétaires graves il y a.
Mais bon, je ne rêve pas trop... :o)

Écrit par : cricrib | 14 février 2011

Je suis d'accord avec toi Cricri, moi ausi j'avais anoncé les mêmes choses.

Il faut dire que c'était facile, il ne faut pas être Nostradamus ou Madame Irma, cela créve les yeux.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 14 février 2011

le maire a hérité d'un sérieux carnet d'adresses, les sétois héritent eux d'un carnet de débits sans fin et surement à spirales...c'est bien sur à vérifier le jour où nous aurons véritablement accès nous contribuables aux informations liées à ce faramineux projet culturel...d'élite dirais-je.
bien à vous.

Écrit par : radaze | 16 février 2011

Souvent vous visez juste mais là j'avoue que je ne vous suis pas car je ne comprends pas l'acharnement que vous mettez contre ce festival et la directrice du musée. Ca sent le réglement de compte personnel car ce n'est pas la première fois que vous la mettez au centre de vos accusations. Personnellement je suis de Sète, je ne vais jamais à Lodève et je suis ravie qu'un festival de poésie se passe dans notre ville avec les plus grands talents de cet art et avec une grande professionnelle à sa tête. Je ne pense pas que ces talents roulent sur l'or et prennent beaucoup d'argent contrairement aux stars qui se produisent souvent y compris à Sète. Qu'avez vous contre le mieux disant culturel. Ne voulez vous que des tournées des Enfoirés ou à l'opposé du théâtre amateur et autres comiques troupiers. Moi je continuerai à me régaler cet été avec la poésie qui envahi la ville et peu importe ce que vous appeler la concurrence (terme emprunté au libéralisme). Vous seriez mieux inspiré de concentrer vos attaques sur les aspects plus réactionnaires de cette ville de droite.

Écrit par : Annette | 19 février 2011

Annette, je ne suis nullement contre un festival de poésie, ni contre ces Voix Vives. Je suis par contre son coût exhorbitant (prés de 700.000 euros) et son positionnement contre celui de Lodève (et non complémentaire). Relisez bien ce que j'ai écrit. Pour moi, le festival aurait dû se faire avec des moyens plus raisonnables et sans vouloir régler des comptes avec Lodève.

Écrit par : philippe Sans | 19 février 2011

Je suis assez d'accord avec Anette sur le fond. Mais pas sur les fonds, où là, je rejoins M. Sans.
Quant au règlement de compte, si cela s'avère vrai (laissons un peu de temps au temps, les cadavres remontent toujours, voir le pont de Sétois - affaire toujours en cours), ce serait tout bonnement pathétique.

Écrit par : Georges | 19 février 2011

Tout comme moi Georges : d'accord sur le fond avec elle, mais pas sur les fonds! Et en parlant de fonds, ceux de nos canaux mériteraient bien d'être assainis. Au propre comme au figuré. D'où la nécessité de tout faire pour éviter d'y coller des cadavres supplémentaires. Car le nettoyage est toujours payé au final par les contribuables. C'est à dire nous...

Écrit par : philippe Sans | 20 février 2011

Philippe, votre parti n'a pas de candidat ni de candidate à l'élection cantonale de Sète finalement?

Écrit par : Luce | 24 février 2011

Bonsoir Luce. Tout d'abord nous ne sommes pas un parti, ce qui nous rattacherait à un parti national. Nous nous définissons comme un mouvement politique local indépendant de tout parti national. Ou autres "lobbies". Mais pour répondre à votre question de manière plus précise, non, nous n'aurons pas de candidat sur cette cantonale. Ce qui ne va pas nous empêcher de nous exprimer prochainement sur le sujet...

Écrit par : philippe Sans | 24 février 2011

Francis Layrolle est mort.
Le poulpe ou le sétois étaient, entre autres, une inspiration, voire une respiration pour lui.
C'était le Dubout de Sète, pas de cimaise ou de musée.
Merci à Monsieur Lasne qui l'avait hébergé dans ses divers journaux (impertinents), à l'époque des années 1990. Et qui venait de le ressusciter en publiant quelques ouvrages avant qu'il ne meure.
Je crois savoir que nous pourrions refermer ces belles pages vers 14h devant le cimetière des pôvres vendredi 25 février 2011.
Février est un mauvais mois pour les artistes "humbles" de cette ville.
Il y a déjà tellement de temps, nous avions perdu Pierre François.

Écrit par : Picasso | 24 février 2011

J'avais eu la chance de travailler avec Pierre Lasne sur le Psiquo au milieu des années 90 et de voir Francis Layrolle apporter régulièrement ses contributions. Il savait croquer les sétois avec humour, comme le fait aujourd'hui Dadou dans Midi Libre.Notamment le quidam lambda...Avec humour et un regard pertinent. Toutes mes condoléances à sa fille et à sa famille...

Écrit par : philippe Sans | 25 février 2011

Pauvre Martin, Pauvre misère...
On peut dire aussi Pauvre Francis, Pauvre misère...
Francis Layrolle était quelqu'un de bien... Dommage qu'il ne fut pas Président de Région, car nul doute qu'il aurait été opéré d'urgence de sa tumeur au rein... Et qu'il serait peut-être encore en vie ! Décidément, il ne faut surtout pas attendre d'avoir 93 ans pour s'indigner. Dans le cas de Francis Layrolle, il est évident qu'il a plus servi de cobaye à internes que d'être humain à sauver. Trop modeste Layrolle. Je suis en colère. Veuillez m'excuser. J'aimais ce type. L'année prochaine ses albums seront au festival de BD d'Angoulême (ils viennent d'être sélectionnés, un peu tard)... Peut-être alors que les "cultureux" sétois commenceront à s'intéresser à cet artiste authentiquement sétois et si fier de l'être...

Écrit par : Lasne | 28 février 2011

Une précision au sujet de ceux que j'appelle "les cultureux"... Tino Di Martino ne fait pas partie de ces gens là... Je le précise car comme il vient d'être élu Monsieur Culture 2010 par les lecteurs de la Lettre de Sète, je ne voudrais pas qu'on pense qu'il fait partie dans mon esprit de ceux que je vise à travers le néologisme de "Cultureux". Tino, son seul défaut c'est d'être Pied-Noir et donc passionné comme le sétois d'origine normande que je suis ! Mais alors qui visais-je avec ce terme de Cultureux sétois ? Vous avez qu'à lire deux de mes livres : Le dictionnaire de mes souvenirs Tome A et Tome B et vous le saurez !

Écrit par : Lasne | 01 mars 2011

Vous dites ne pas avoir accès au chiffre du budget donc pourquoi dire que le festival dépense 700 milles euros vraiment n'importe quoi je pense plutôt que cela et une vengeance personnelle de Mr sans envers cette dame je dirais même un acharnement . Par contre vaudrais mieux vous concentre sur le chiffre des visiteurs dans les lieux culturel depuis l'arrivée de cette Dame cordialement !!!!

Écrit par : Bexto | 16 avril 2012

Les commentaires sont fermés.