Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 mars 2011

Au revoir, Jacques...

Jacques Montagard est mort.

Ce conseiller municipal faisait partie de l'opposition municipale de Sète. Non encarté, il avait été élu sur la liste "Tous pour Sète". Lors des dernières municipales de 2008, nous étions donc sur des listes adverses.


 

 Mais depuis son élection, j'avais eu plusieurs fois l'occasion de discuter avec lui de dossiers divers concernant notre ville de Sète et la gestion municipale. Je n'étais pas toujours d'accord avec les positions que son groupe prenait en conseil, mais j'ai plus que souvent par contre partagé les interrogations que portaient Jacques Montagard. L'homme n'avait pas une attitude d'opposition stérile, obtue ou systématique. Il plaçait ses interrogations dans le véritable sens de défense de l'intérêt général, se posait les questions que tout élu se doit de se poser afin de peser et soupeser tout positionnement avant de se prononcer.

 

En face bien souvent, ses questions étaient balayées d'un revers de main, ou traitées avec mépris. Ce qui l'avait plusieurs fois fait sortir de ses gonds et indigné. Ce qui, dans son état de maladie, était encore plus pitoyable de la part de ses adversaires. Car l'homme était lui respectueux du débat démocratique.

Parfois, ses interrogations étaient écoutées et donnaient lieu à une amorce de débat. Mais trop rarement.



Voici quelques semaines encore, il m'avait convié à évoquer le dossier d'attributions des concessions de plage autour d'un thé chez lui, sur les premières pentes du Mont Saint-Clair. La manière dont avaient été traités les membres de la commission municipale l'indignait. La manière dont le maire avait changé les résultats sans la moindre justification encore plus...Car l'homme estimait profondément la transparence et la réalité des faits. Jusqu'à en faire la base d'une gestion municipale. Et de ses interventions en conseil.

Un élu est parti. Et pas n'importe lequel.

Commentaires

Avec ta tête de croque-mort ; il a du avoir peur ! Peuchère.

Écrit par : les amis de georges | 10 mars 2011

Ce commentaire de Ph; Sans est particulièrement digne de Tartufe !

Indigne de toute valeur morale.

Écrit par : Romain FREGEAL | 10 mars 2011

Romain,
Vous pourriez développer ? J'ai hâte de lire vos arguments...

Écrit par : Bastos | 10 mars 2011

C'est une bien triste nouvelle.
Je ne vois pas où M. Sans est indigne.
Je perçois juste la tristesse et l'émotion de quelqu'un qui avait du respect pour un adversaire politique (au temps des élections), et du respect également après ces joutes inévitables, quand le débat démocratique est heureusement encore possible, dans certains rangs.
Toute ma sympathie à la famille de M. Montagard et, à mon tour, respect pour la mémoire d'un homme digne de ce nom.

Écrit par : Gerome | 10 mars 2011

Moi je vois ce qu'il signifie. Utiliser une circonstance triste comme celle la pour régler vos comptes personnels c'est pitoyable et indigne.

Écrit par : Célia | 12 mars 2011

Bonjour Célia...justement, est-ce que le pitoyable et l'indigne ne sont pas plutôt dans le fait de faire soudain l'éloge "respectueux" d'un mort...alors qu'on ne l'a pas respecté de son vivan? Qui utilise alors la circontance? Je n'ai aucun compte personnel à régler politiquement. Mais il y a une certaine hypocrisie facile parfois. Je trouve qu'il serait normal que les politiques (quels qu'ils soient, car l'attitude n'est pas propre qu'à Sète ni à une couleur politique) soient plus dans le vrai débat, le respect, l'échange et le non-mensonge plutôt que le mépris, le "cause toujours de toutes façons j'ai le pouvoir et je fais ce que je veux, je n'ai aucun compte à rendre", la parole coupée ou supprimée...Et soudain, quand l'adversaire est mort, lui trouver enfin des qualités!? Arrêtons cette hypocrisie. Commençons par respecter les vivants! Et Jacques Montagard posait toujours des questions sensées qui auraient mérité toujours de véritables réponses... Tout en respectant enuite les différences de point de vue.

Écrit par : philippe Sans | 12 mars 2011

Je ne connaissais pas personnellement ce monsieur, mais sa mort m'attriste comme elle doit attrister tous les sétois dignes de ce nom. Le niveau de tristesse dépend du lien que l'on avait avec la personne décédée. Et en ce dimanche 13 mars, permettez-moi de vous glisser dans les neurones la réflexion suivante : "Et si la mort était une récompense ? Ne dit-on pas que ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier ?"

Écrit par : Lasne | 13 mars 2011

Les commentaires sont fermés.