Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 avril 2011

Les petits ruisseaux...

Depuis hier c’est officiel : trois postes d’enseignants seront supprimés à la rentrée scolaire prochaine sur Sète. Sauf retournement de situation eécole,classe,enseignant,sète,gauche,droite,centre,côte d'ivoire,gbagbot nouvelles inscriptions alors…

Le même jour, l’Etat français a annoncé qu’il allait donner (et non prêter avec ou sans intérêt) 400 millions d’euros pour aider en urgence la Côte d’Ivoire dans un premier temps, puis l’aider à se reconstruire à relancer son économie.

Bel acte de solidarité avec un pays malheureusement détruit par une guerre civile interne et par l’inconscience du dictateur Laurent Gbagbo.

 

Mais le principal responsable, un dictateur qui a détourné (avec l’assentiment silencieux de bien des responsables politiques) pendant une décennie de pouvoir l’argent public ivoirien, ainsi que des aides internationales, doit payer, au sens financier du terme aussi. Il doit rendre cet argent entassé dans des paradis fiscaux, des demeures somptueuses en France ou à travers le monde, des comptes en Suisse.  Et le reverser dans les caisses de son pays et rembourser aussi ensuite notre Etat français.

 

Un Etat français qui a bien besoin de 400 millions d’euros : combien de postes d’enseignants peut-on financer avec une telle somme ?  Sachant qu’avec 30.000 € par exemple, on crée…ou on maintient sur un an, charges comprises, un poste d’enseignant. De ces postes d’enseignants que l’on supprime aujourd’hui en France pour raison d’économie budgétaire…Cela fait prés de 13.000 postes sur un an !

 

Il y a de quoi être attentif à bien des utilisations d’argent public, non ? Y compris jusque dans notre propre pays, notre propre région. Tout politique doit des comptes sur toute utilisation suspecte d’argent venant, en tout ou partie, de fonds publics. Qu’il soit de Gauche, de Droite, du Centre.

 

Et même pour quelques dizaines de milliers d'euros, qui peuvent permettre de conserver ici et là un enseignant. Et donc une classe. Et donc, un enseignement et un savoir. Ou autres choses en d'autres domaines. Le plus petit des détournements est un ruisseau dévié du fleuve de l'intérêt général.  

 

 

Commentaires

l y a là un mélange des genres entre la politique internationale de la France et une gestion saine de l'éducation nationale.

Pour l'éducation nationale et notamment la suppression des classes à Sète je vais resservir mes commentaires à ce sujet fait sur Sète tribune : http://setetribune.blogspot.com/2011/04/cest-la-lutte-radicale.html#comments.

Pourquoi comme dans les pays dit anciennement « de l'Est » vouloir toujours plus de fonctionnaires. Il faut savoir adapter les besoins à la demande réelle. Il est naturel que tout parent d'élève désirerait qu'il y ait quinze enseignants tous les jours au chevet de sa petite progéniture afin qu'elle accède aux plus hautes fonctions du privé ou du public peu importe lesquelles s'agissent quelles soient le plus rémunératrices.

Il faut savoir que plus l'état ou les collectivités ont des charges par l'inflation du nombre de leurs fonctionnaires plus le chômage augmente. Ceci peut paraître paradoxal mais l'embauche d'un fonctionnaire employé en surnombre est susceptible de créer plusieurs chômeurs dans le secteur privé qui est le fer de lance d'un pays.

En un mot comme en cent il faut dégraisser le mammouth.

Les moyens informatiques permettent de consacrer moins de temps à des tâches non agréables et répétitives afin d'aller à l'essentiel et pourtant dans les fonctions publiques cela ne permet pas de dégager des emplois devenus inutiles. Le plus bel exemple les fonctionnaires dépendant du secrétariat d'état aux anciens combattants, mathématiquement moins de guerres engendrent moins d'anciens combattants, en y ajoutant les avantages dus à l'informatique et pourtant au résultat on retrouve un nombre de fonctionnaire supérieurs à ceux de la grande époque quand ce secrétariat était alors un ministère.

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 14 avril 2011

La Cote d'Ivoire, est une goutte d'eau dans l' océan, au regard des 700 milliards trouvés pour sauver les banques en 2009.Aujourd'hui les banques,les traders et actionnaires se gavent encore plus qu avant et affichent des résultats hallucinant.Et la pauvreté augmente encore plus vite.

L'enseignement et et la santé sont soumis à une politique de rentabilité,voir de profit pour les cliniques.
L'enseignement et et la santé devraient être gratuit pour tous! beaucoup trop d'entre nous n'ont plus accées aux soins.Des étudiants , des travailleurs précaires, des chomeurs ne se soignent plus faute de moyens.
Pour 3 classes fermées il est a redouter qu'il y aura 12 classes en surnombre! Que va t il en être de la qualité d'enseignement dans une classe de 28 à 32 éléves?

Ce n'est plus une question de gros sous (car au contraire de ce que l'on nous rabat les oreilles, les richesses du pays se multplient par 4 tous les 20ans!!!), c'est un politque agressive qui détricote petit à petit les acquis,les valeurs fondamentales d'une égalité entre chaque citoyen.

On nous dit que pour 72 créations de classes dans l' Hérault il y a 50 suppressions. qu'en pensez vous,parents d'élève?

Écrit par : frank | 14 avril 2011

Sans vouloir rentrer dans de fastidieux débats, il faut savoir que les économies dites des pays de l'est ne comptaient pas de fonctionnaires mais étaient organisées sur un modèle collectiviste qui a malheureusement démontré ses limites.
Sur le deuxième point pour connaître la fonction publique depuis plus de 30 ans en tant que haut fonctionnaire, j'ai cru comme vous que l'informatique réduirait l'emploi public, en fait elle a multiplié les tâches et engendré des dépenses inconnues jusqu'alors.
La Fonction Publique a ses défauts mais aussi ses qualités et souvent on s'aperçoit de sa véritable utilité en période de crise, elle permet de maintenir un équilibre social que de nombreux pays nous envient.
En ce qui concerne les dictateurs de toute nature et particulièrement en Afrique, ils sont soutenus par la France en particulier par la vente d'armes. Le pillage économique des pays
africains voulu par les pays riches est un gage de sous-développement et d'exploitation humaine.
Pour l'éducation de nos enfants, rien ne sera assez cher si au bout nous avons la réussite, l'élévation du savoir et l'apprentissage du respect de l'autre, du moins je reconnais ces vertus dans mon cas personnel à l'école de la République.

Écrit par : max | 14 avril 2011

Max,

Je connais moi aussi l'administration, je suis fonctionnaire d'état depuis 43 ans et j'espère avoir quelques années devant moi pour continuer. Déjà il n'y a besoin d'administration que pour ce qui est régalien, le reste étant des nationalisations pures et simples. Les hauts fonctionnaires parfois énarques sont comme les livres placés en haut des bibliothèques, c'est ceux qui servent le moins.

J'ai toujours penser ne pas travailler énormément pourtant j'ai toujours été celui qui travaillait le plus et avait les meilleurs résultats dans tous les postes et fonctions que j'ai occupés autant à terre qu'à la mer.


En résumé les administrations françaises ont parfois des bons cuisinier sainsi que des oeufs, du sel,du poivre, de l'huile et même de la moutarde , le tout abondamment et le tout de très bonne qualité, mais jamais, au grand jamais elles ne seront faire une mayonnaise.

Quand à l'éducation nationale que vous avez connu avec des classes de 40 à 45 élèves, effectivement elle amenait si ce n'est à la réussite, tout au moins à avoir des connaissances suffisantes pour obtenir un emploi.

Actuellement l'école de la république amène à l'échec et au chômage et continura obstinément dans ce sens. Si le mammouth n'est pas dégraissé c'est l'avenir des jeunes qui est compromis.

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 14 avril 2011

Ce genre de raccourci odieux et intolérable. Les problèmes en France (bien modestes par rapport à la détresse de pays comme la Côte D'Ivoire) ne doivent pas empêcher l'aide et la solidarité internationale. C'est aussi idiot que les réflexions du genre pourquoi construire des musées alors qu'on manque d'infirmière. Et si il s'agit juste de dire que les dictateurs sont méchants c'est bien l'eau tiède que je dénonce chez vous.

Écrit par : Henri | 14 avril 2011

Bonsoir Jean Louis,
j'ai lu et relu ce que vous avez écrit.Et a vrai dire, je ne comprends pas bien votre position. Et vous m'étonnez quand vous faites l' "apologie" des classes de 40à45 élèves. J' ai plusieurs membres de ma famille qui sont enseignants ,ils ne sont pas toujours d'accord entre eux, mais s'il ya un point d'accord,c'est le surnombre d'élèves en classe.Il me semble que sociologiquement les choses ont considérablement changé depuis 40ou 50ans.
l' apprentissage des matières et le nombres de matières ont changés.Les gamins ont changé, leurs parents aussi.Il y a cinquante ans on trouvait un emploi avec le certificat d'étude, aujourd'hui il faut le bac pour être caissière.
Que vous reveniez sur le niveau des connaissances à la sortie du primaire,même du secondaire, là, il y a débat.
Mais quand vous affirmez qu'il faut dégraisser le mamouth, de qui parlez vous? Des profs?
Je vous serai trés reconnaisssant de m' aider à vous comprendre.

Par contre, je rejoins Max."Pour l'éducation de nos enfants, rien ne sera assez cher si au bout nous avons la réussite, l'élévation du savoir et l'apprentissage du respect de l'autre, du moins je reconnais ces vertus dans mon cas personnel à l'école de la République".
N'en est il pas de même pour la santé?

Bonne journée.

Écrit par : Frank | 15 avril 2011

Franck,

Bien sur les enseignants, le système éducatif et l'enseignement lui même qui n'amène pas à la vie active. Vous parlez de diplômes, ils ont la valeur actuellement de médailles en chocolat.

L'enseignement scolaire public coûte 53 milliards d'euros par an pour 10 millions d'élèves et 730 000 enseignants,selon la Cour des Comptes. Soit 1680 euros par seconde...

« Si ce coût exorbitant donne des résultats pourquoi pas, si il amène à devenir un SDF diplômé, à quoi cela sert ? »

Le système éducatif remis en cause

Dans un rapport rendu public en mai 2010, la Cour des Comptes recommandait une refonte générale du système scolaire français.

Cette institution souligne ainsi les lacunes de l'éducation nationale, avec, en première ligne, les inégalités sociales existantes :

A 16 ans, terme de la scolarité obligatoire, un élève sur cinq n'a pas les compétences de base en lecture.

Sur 10 ans de scolarité les enseignants n'apprennent plus à lire et à écrire à un élève ?


Seuls 18% des élèves issus d'un milieu défavorisé obtiennent un baccalauréat général contre 78%
pour ceux des familles favorisées.

en 2007, 18% des jeunes âgés de 20 à 24 ans n’avaient ni baccalauréat, ni brevet d’études professionnelles, ni certificat d’aptitude professionnelle.

« Leur scolarité a servit à quoi ?

Les enseignants seraient-ils devenus des surveillants de garderie ?

Les élèves issus des familles favorisées auraient-ils eu besoins d'autres moyens complémentaires d'enseignement, dont les leçons particulières données parfois au « noir » par certains enseignants du public peu scrupuleux ? »

D'un coût de 2 milliards d'euros par an, les redoublements sont également remis en cause. Selon une enquête de l'OCDE, 38 % des élèves français de 15 ans ont au moins redoublé une fois...

« A quoi servent les redoublements si au final nous avons le même résultat ?

Le laxisme du personnel de L'éducation nationale semble avoir engendré une génération d'analphabète. »

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 15 avril 2011

Jean louis:
Tu ne vois l'école que comme un moyen d'avoir un emploi.
Ce n'est pas uniquement pour former des êtres-robots pour produire des biens matériels ou gérer ces productions, dont je ne nie pas la nécessité pour une grande partie (pas tous cependant)
Mais c'est aussi apprendre aux enfants à réfléchir, analyser, pour pouvoir conserver un esprit critique, apprendre sur eux mêmes par l'étude de tous ceux qui ont réfléchi avant eux sur l'Humain,"connais toi toi-même," pour pouvoir trouver en soi-même les ressources nécessaires pour faire face aux différentes situations qui jalonneront leur vie.
C'est développer le plus possible la "matière grise" et ça c'est une énergie renouvelable et non polluante
C'est aussi apprendre le "vivre ensemble" l'acceptation des différences.

Un des textes qui m'a le plus ému (j'en ai oublié le titre et l'auteur , mais je compte sur un de vous pour me le rappeler) s'appelle : " LA DERNIERE CLASSE"

Écrit par : marion devineau | 15 avril 2011

L'auteur de la dernière classe est Alphonse DAUDET, histoire de la dernière classe d'un instituteur Francais qui sera remplacé par un ensignant Allemand.
Le texte n'est pas trop long mais un peu trop pour le blog, à lire et à méditer.

Écrit par : max | 15 avril 2011

merci max

Écrit par : marion devineau | 15 avril 2011

Marion,

Ce texte émouvant je le connais pas coeur, il est tiré des " contes du lundi" d'Alphonse Daudet comme le dit justement Max.

Il est écrit dans le contexte de la guerre de 1870 et veut mettre eb exergue le nationalisme français.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 15 avril 2011

Fortune qui aurait été amassée (et détournée en grande partie) par l’ex-dictateur tunisien Ben Ali : 10 milliards de dollars.

Coût d’équipement pour que l’ensemble des africains puisse avoir l’électricité d’ici 2030 : 10 milliards de dollars.

(Sources : Journal « le Monde » du samedi 23 avril 2011)

Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Écrit par : Philippe Sans | 24 avril 2011

On leur envoie des convecteurs electriques et des ampoules!!!...j'déconne!!

Écrit par : frank | 24 avril 2011

ou une centrale nucléaire flambant neuf ?
je me suis laissée dire qu'Areva avait du mal à fourguer ses modèles en ce moment.

Écrit par : marion | 25 avril 2011

J' ai 'La Mauvaise Réputation' .Vais- je être accepté dans ce blog ?
Je suis apolitique mais j'aime le bon Sens...
J' admire Pagnol et j' ai 2 ou 3 choses à dire au niveau 'enseignement' .Par contre ,j' aime faire de l' humour qui doivent être pris à plusieurs degrés .
Suis- je fréquentable ? Je m' en remet à vous .

Écrit par : utop | 26 avril 2011

Les commentaires sont fermés.