Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 décembre 2014

De mon conseil du 15 décembre 2014 : pas si raisonnable que cela!

Ecole Langevin, Sète, CommeinhesLe gros morceau de ce dernier conseil de l’année 2014 (an I du règne Commeinhes III), c’était le budget primitif pour l’année 2015 à venir. Un budget « raisonnable » comme le titre le journal municipal « Sète.fr ». Il était temps serait-on tenté de dire ! Budget qui cherche à faire des économies…Mais parfois au détriment de nécessité impérieuse : il n’y a qu’à voir l’état de délabrement de bon nombre de bâtiments communaux, à commencer par certaines écoles maternelles et élémentaires à la charge de la Ville ! Or, seuls 260.000 euros de travaux sont prévus en 2015 pour « entretenir » ou rénover l’ensemble. Un « cache-misère ». D’où la juste colère exprimée en début de conseil par des parents d’élèves notamment de l’école Langevin, baladés depuis près de dix ans par le maire actuel sur un grand projet d’ensemble de rénovation…Et qui aujourd’hui, lance que si on est capable de trouver 4,5 millions d’euros pour faire les travaux, pas de problème ! Et bien monsieur le maire, je vais vous démontrer que ces 4,5 millions d’euros vous auriez pu, vous auriez du les trouver !


Loin de moi l’idée de reprocher au maire et à la nouvelle adjointe aux finances fraichement élue de faire des économies sur le budget de la Ville de Sète. Depuis des années, nous avons suffisamment dénoncé par la voix de Christian Lagarde de Force Citoyenne ou de l'ancien conseiller municipal Régis Lombardi l'endettement de la Ville et les trop fortes impositions fiscales pesant sur les sétois.

Emile de Girardin.jpgPar contre, comment ne pas rappeler au maire cette phrase d'un homme politique du 19ème siècle déjà, Emile de Girardin, reprise par la suite par d’autres grands économistes de gauche comme de droite, comme Pierre Mendes France, Raymond Barre ou Jacques Delors dans leurs actions : "Gouverner c'est prévoir. Et ne rien prévoir c'est courir à sa perte." En l'occurrence celle des contribuables et des citoyens.

Alors certes, ce budget primitif 2015 semble resserrer singulièrement la ceinture aux dépenses communales : mutualisation et optimisation de commandes, chasse à certaines dépenses non rationnelles…

Enfin ! Il était temps! Autant de décisions qui auraient du être prévues depuis les premiers jours du premier mandat, voici treize ans déjà, de l’actuel maire!

Tirelire cochon.jpgUn seul exemple sur une longue liste que j’ai énoncé lors de ce conseil : « Faut-il rappeler les quelques 160 emplois municipaux transférés lors d'un transfert de compétence à la communauté d'agglomération lors de votre premier mandat...qui ont été étonnamment remplacés dans la foulée par de nouveaux recrutements à peu prés équivalent en nombre, pesant ainsi depuis sur le budget fonctionnement de la Ville! A 150 personnes réembauchées en surcharge sur prés de 10 ans, et c'est prés de 30 millions d'euros que vous avez dépensé (salaires et charges comprises). Voilà le prix de votre clientélisme! Avec au passage d'ailleurs ici et là des gens de famille d'élus, comme cela a été le cas sur prés d'une dizaine de postes pour votre remplaçante au conseil général. De quoi entretenir l'éclairage public, des écoles ou lancer de la production d'énergie sur les bâtiments publics...

Aujourd'hui, vous semblez d'ailleurs avoir compris en partie la leçon puisque vous mutualisez à tout va certains de vos services en faisant prendre en charge désormais par cette même agglo bon nombre d'employés municipaux.

Comme vous auriez du prévoir monsieur le maire la baisse des dotations de l'Etat entamée et annoncée déjà sous les gouvernements précédents! Ou alors étiez-vous coupé du monde? Ne me dites pas que vous l'aviez prévu et anticipé! Sinon...comment expliquer la forte hausse des investissements réalisée en année préélectorale, en 2013, et début 2014? Comment expliquer qu'au lieu d'entretenir et remettre aux normes de manière régulière annuellement depuis votre première élection voici treize ans...vous préfériez endetter la ville pour un PPP sur l'éclairage public d'urgence?

Comment expliquer encore, si vous étiez prévoyant, toutes ces promesses d'embauches, de titularisations faites lors de la dernière campagne municipale à plusieurs dizaines d'employés municipaux...et même à certains qui n'étaient pas encore en mairie?

Je pourrai aussi dire qu'entamer un Plan d'économie d'énergie....auquel je suis favorable d'ailleurs...mais après seulement treize ans de mandat...ce n'est pas être prévoyant! Quand des dizaines d'autres villes françaises, pas besoin d'aller à l'étranger, ont entamé la chose dés le début des années 2000! Et fait depuis des économies substantielles.

"Gouverner c'est choisir" disait aussi le Duc de Lévis au 18ème siècle. Je sais qu'il est parfois difficile de faire des arbitrages et de contenter tout le monde. Dure est la responsabilité politique, j'en conviens monsieur le maire et madame De Grave, adjointe aux Finances. Mais justement, prévoir permet parfois d'éviter certains choix. Et vous comprendrez que certains choix, je ne les partage pas dans ce budget 2014 : expliquez moi pourquoi sous prétexte d'économie vous ne renouvelez pas certains contrats de personnes qui donnaient entière satisfaction, si l'on en croit certains états services, et même Mr Merz par exemple dans les colonnes du Midi Libre en parlant par exemple de l'ex-directrice du Centre Social Gabino à l'Ile de Thau...pour par contre renouveler le contrat de certaines personnes au fort taux d'absentéisme, aux problèmes récurrents dans leur travail...et même pour certains auteurs de violences ou de menaces?! Sans explication objective qui reste en attente, on pourrait taxer cela là aussi de clientélisme malsain et douteux.

Expliquez pourquoi vous privez certains services de véhicules pour aller travailler dans des quartiers difficiles...pendant que certains employés rentrent chez eux le soir avec des véhicules de service, et non de fonction?

Ecole Langevin, Sète, CommeinhesExpliquez-moi pourquoi vous sacrifiez l'état de nombreuses écoles de Sète...et la rénovation du centre Langevin...au profit d'un festival certes riche en rimes, et qui mérite d'exister, mais dont le budget méritait aussi d'être plus terre à terre que céleste! Là aussi que d'économie auriez vous pu faire sur le mandat précédent! De quoi terminer enfin les travaux de l'école Langevin...plutôt que d'envisager aujourd'hui de vendre une partie d'école à de l'immobilier. C'est cela aussi prévoir et gouverner! Vos choix ont coûté cher aux contribuables sétois et à la collectivité : prés d'une quarantaine de millions d'euros! Sans comptez les intérêts et l'endettement à venir du Partenariat Public Privé sur l'éclairage public.

Vous nous proposiez avec ironie de trouver 4,5 millions d'euros en début de séance pour réaliser les travaux de l'école Langevin puisque nous étions si forts...voilà comment vous auriez pu, vous auriez du les trouver vous qui étiez en gestion de la Ville! Pour Langevin et pour les autres écoles...

Et quand je lis aujourd'hui, alors que vous vouliez à tout prix nous marier à l'agglo de Montpellier, puis à celle d'Agde...arguant que cela allait ramener des dotations supplémentaires, qu'il fallait aller vite...et quand je lis aujourd'hui donc qu'à nouveau vous remettez aux calendes grecques la fusion des deux agglomérations du sud et du nord du Bassin de Thau...je me dis que décidément...vous aurez coûter cher monsieur le maire aux contribuables sétois, mais pour quel retour quand je vois la tristesse et l'état des rues, des bâtiments communaux et des finances de notre chère ville. Chère... tous les sens du terme. Avec un endettement qui était passé sous la barre des 70 millions d’euros…et qui aujourd’hui s’envole à nouveau au-dessus des 74 millions !

Vous comprendrez donc que je vous laisse à votre responsabilité et ne vote pas en faveur de ce budget 2015.

Une conseillère municipale pas à la page !

sète, conseil municipal, philippe sans, françois commeinhes, Roto Garonne, financement campagne municipale 2014Je me suis aussi abstenu sur l’attribution du contrat d’impression du journal municipal « Sète.fr » à la société Roto Garonne, qui avait imprimé les journaux de campagne du maire sortant lors de la campagne de mars 2014. Une entreprise qui n'est pas de la région...

Notons d'abord qu'à ma question "Quelle entreprise avait le marché?" car ce n'était pas stipulé dans la délibération soumise aux élus (!!!!!), la conseillère municipale en charge de la présenter (madame Vié) a été incapable de répondre, disant même qu'il s'agissait simplement de lancer un appel d'offres! A croire qu’elle découvrait la délibération en plein conseil…pour une élue qui touche quelques 800 euros par mois, la chose serait hallucinante non ?!

sète, conseil municipal, philippe sans, françois commeinhes, financement campagne municipale 2014Par ailleurs, à l'heure où notre bassin de Thau compte l'un des plus forts taux de chômage de France, on peut s'interroger sur ce choix. Lointain. Sur ces coïncidences. Alors que par exemple la proximité est un élément possible de choix avec les bilans carbones qui peuvent être un critère. On peut s'interroger aussi sur les différences de prix qui ont pu jouer pour des entreprises d'un même pays, soumis aux mêmes charges...

Pour ma part, il y a beaucoup de questions en suspend...qui m'interpelle. D'où sur cette question une abstention dans le vote.

 

Des réserves…plutôt que des vœux pieux éventuels !

Enfin, alors que le maire diffuse à longueur de conseil que l’opposition ne fait aucune proposition (peut-être un problème d’audition ? A moins que l’acoustique de la salle Brassens ne porte pas comme il le faut…), il a repris et fait retenir sur la délibération 35 (enquête publique projet aménagements nautiques plaisance) ma proposition de changer l' »avis favorable avec vœux »...en « avis favorable sous réserve » pour concilier proposition de la majorité municipale et proposition de l'opposition. Il n’était pas question en effet d’émettre un simple vœu pour un projet d’extension du port de plaisance alors que rien n’était prévu pour l’avitaillement, le recyclage d’huiles usagés, des sanitaires… »Gouverner, c’est prévoir ! », on y revient.

Les commentaires sont fermés.