Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 juin 2008

Du concret...et de la démocratie

Nous y voilà enfin.
Georges Frêche, président de l’Agglomération de Montpellier, a décidé de consulter en vue d’une fusion éventuelle avec les communautés du Bassin de Thau Nord et Sud.
Et de convaincre plutôt que de passer en force. Avec de vrais projets à l’appui.
Comme ce projet d’extension de la ligne 2 du tramway jusqu'à... Poussan et Balaruc, concernant ainsi les deux Communautés de Communes et d'Agglo de Mèze et de Sète. Le long de l'ancienne voie. La voie de la sagesse donc, prônée notamment par notre liste citoyenne « Sète à Vous…Maintenant ! » lors des dernières Municipales, semble l’emporter. Contraint et forcée peut-être, mais saluons le président Frêche pour ce retour aux sources de la démocratie.
Pour continuer dans le concret, il faut maintenant chiffrer précisément ce projet d’extension jusqu’à Balaruc, Poussan…et pourquoi pas demain Mèze. Préciser les impacts éventuels sur le budget d’une grande Agglo Sète-Méze-Montpellier (on parle de 115 millions d’euros HT), sur les impôts des contribuables, sur les avantages environnementaux…Autant d’impacts positifs ou négatifs qui permettront ensuite un vrai choix de société. Auquel d’ailleurs je ne suis pas opposé : le tramway est une solution d’environnement durable qui doit contribuer à minimiser l’utilisation de la voiture polluante (y compris dans son flux).

Par ailleurs, Georges Frêche s’engage sur l’honneur à ne pas passer en communauté urbaine (mais donc en Grande Agglo…en sachant qu’à moins de 500.000 habitants il ne peut de toutes façons passer en C.U., et comme certains refusent !), et à laisser aux communes le soin de conserver l'attribution des permis de construire. Une bonne chose dans le cas d’une fusion. Mais les promesses rendant les enfants heureux…allons au bout du bonheur pour les grands enfants contribuables et citoyens que nous sommes : que cette promesse soit couchée par écrit dans l’acte de naissance, si cela doit être, de naissance d’une Grande Agglo.

10:10 Publié dans Agglo | Lien permanent | Commentaires (6)

02 mai 2008

ça sent le réchauffé!

« La politique n'est pas une affaire de sentiments, c'est un rapport froid. »Georges Frêche, président de Région Languedoc-Roussillon et président de l’Agglomération de Montpellier a raison quand il déclare cela à la presse (Voir Midi Libre du 2 mai). Même si j’estime à titre personnel qu’il faut aussi y mettre du sentiment et de l’humain. Mais je ne doute pas qu’il en mette aussi parfois quand même.
Mais si l’on veut rester dans le « rapport froid », il faut toujours donc prendre des décisions en fonction des éléments tangibles d’un dossier. Comme par exemple sur le projet de fusion cher à Georges Frêche entre son Agglo et celle de Sète-Bassin de Thau.

«« Pourquoi je veux faire cette grande agglo ? Simplement pour continuer à ne pas augmenter les impôts et j'ai besoin d'argent pour développer le port de Sète, réaliser l'assainissement de l'étang de Thau et de l'Or et financer la 3e ligne de tramway à Montpellier. Si j'arrive à dépasser la barre des 500 000 habitants et à passer en communauté urbaine, j'ai 60 % de recettes en plus.» Mais désormais, Georges Frêche veut également rassurer. En cas de réussite du projet, il promet « sur l'honneur, de prendre immédiatement une délibération excluant la compétence du droit du sol. Je ne tiens pas à mettre la main sur le plan local d'urbanisme des communes. Je m'en fous. L'urbanisme, c'est le rôle du maire. » (Extrait de Midi Libre du 2 mai)

Voilà donc, avec cette nouvelle déclaration une certitude : alors que certains pendant la dernière campagne municipale nous assuraient qu’il n’était pas question de Communauté Urbaine mais d’une Super-Agglo…et que le droit du sol ne pouvait être supprimé aux maires, Georges Frêche lui-même confirme ce que nous annoncions : Oui le but visé à terme est une Communauté Urbaine. Oui dans ce cas le droit du sol est perdu pour les maires. Sauf si il y a discussion d’égal à égal et accord écrit avant. Noir sur blanc.
Restons encore dans les rapports froids : ainsi donc la « grande agglo » aurait besoin d’argent pour…le port de Sète ?! Mais ce port n’est-il pas géré par…la Région Languedoc-Roussillon ?! Quel rapport donc entre les rentrées financières de l’Agglo et…les investissements de la Région ?
Il est vraiment nécessaire messieurs les décideurs d’avoir quelques éclaircissements et assurances avant de signer un blanc-seing. Monsieur Frêche, merci donc de présenter un carnet de route de ces investissements de la Grande Agglo...sur notre port.
Je terminerai par les « menaces politiques » exprimées par Georges Frêche sur l’avenir de Pierre Bouldoire, mais aussi les projets sur sa commune frontignanaise susceptibles d’être financés par la Région. Maniant Carotte (élection à la députation et vice-présidence puis présidence du Conseil Général promises à Bouldoire) et bâton.
Ainsi donc Georges Frêche menacerait avec une institution qu’il préside (la Région)…pour faire avancer les projets d’une autre qu’il préside aussi (l’Agglo de Montpellier) ? Et l’intérêt général dans tout ça ? Et le dialogue démocratique ? Et le combat d’idées pour convaincre ?
Il est navrant que certains politiques en viennent à des méthodes qu’ils dénonçaient lorsqu’elles étaient pratiquées par d’autres. Et en oublient les fondements de la démocratie.

19:25 Publié dans Agglo | Lien permanent | Commentaires (30)

22 avril 2008

Ensemble et compétents avant tout

Le nouveau de la Communauté d’Agglomération Sète-Bassin de Thau est donc Pierre Bouldoire, le maire socialiste de Frontignan, récemment élu conseiller général de Frontignan.

Et certains sétois de s’indigner : comment, le maire de Sète ne s’est pas présenté à sa propre succession alors que sa ville est la principale en nombre d’habitants (43.300) au sein de cette structure intercommunale de 92.000 ?!

C’est oublier un peu vite d’abord que le maire UMP de Sète n’était pas en position de l’emporter après la reconfiguration géopolitique de la Communauté d’Agglomération (plutôt centre gauche) d’après municipales. Il ne l’aurait d’ailleurs peut-être pas été plus même en cas de reconduite de certains maires dans leurs villes. N’oublions pas que la majorité des maires et élus d’avant ou d’après ce scrutin municipal (y compris ceux de Droite) était opposée à la fusion avec l’Agglomération de Montpellier, projet porté par François Commeinhes. Il a donc tenté, en coulisse…mais a préféré éviter une défaite annoncée. Préférant dés lors un accord.

Pour ma part, la présidence de Pierre Bouldoire ne me choque pas.

Que diable, sortons des principes stériles qui veulent figer à jamais les rênes du pouvoir à des prédominances territoriales ou démographiques ! Le facteur important n’est-il pas d’abord la compétence ? La vision politique au sens noble du terme, celui de l’intérêt général de la cité, ici élargi à l’agglomération de cités ? J’avais d’ailleurs défendu lors de notre projet de campagne municipale l’éventuel principe d’une présidence tournante de la Communauté d’Agglomération entre au moins les trois principales villes (Sète, Frontignan, Balaruc-les-Bains).

11:45 Publié dans Agglo | Lien permanent | Commentaires (16)