Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 mars 2010

Et toujours pas de remise en question !

 

Décidémment, les politiques semblent de plus en plus avoir de mal à revenir sur terre.

Hier soir, dés les premiers résultats connus de ce premier tour des élections régionales, qualifiés et non-qualifiés analysaient leurs résultats comme des résultats nets. Pour solde de tout compte.

Oubliant bien vite le seul grand vainqueur de ce scrutin : l'abstention. Comme ces prés de 47% sur la seule ville de Sète!

Dès lors, même la liste arrivant en tête ne représente plus que...15% des électrices et électeurs inscrits! Comment peut-on dés lors se targuer d'avoir l'approbation d'une "large majorité" comme je l'ai entendu dire?

Mais au-delà de ces effets de manches politiciennes, d'élections en élections, la chûte des votants est de plus en plus inquiétante. Mettant même le socle de la démocratie en danger. Des citoyens déçus de la politique. Des politiques de plus en plus éloignés du quotidien du citoyen lambda et de plus calqués sur des indicateurs lobbyistes. Comme ces maires qui ont joué, non pas la neutralité (ce qui est des plus respectables le cas échéant), mais double...voir triple jeu. Et ont contribué à une désaffection des votants de leur camp, à un vote pour un autre ou même à une abstention.

Car ces calculs avec arrière-pensées et opportunisme non assumés contribuent eux aussi à cette désaffection de la liberté d'expression et du choix citoyen. Comme une bombe à retardement où tout le monde aura à y perdre.

13 mars 2010

Choix personnel

 

Certains voulaient savoir sur ce même blog, voici quelques jours, pour qui j’allais appeler à voter pour ce premier tour des élections régionales. Et je répondais qu’avant de décider moi-même ce que j’allais faire, je prenais le temps, en citoyen responsable non militant d’un parti, de regarder de plus prés bilan du sortant et propositions de tous.

 

Il y a d’abord, en dehors de toute considération de couleur politique ou de propos condamnables (et il y en a eu malheureusement !), le bilan de la majorité régionale sortante.

Un bilan plutôt positif en ce qui concerne à mon sens l’investissement dans la rénovation et développement des lycées, mais aussi le soutien au Plan Campus. Deux bases importantes du pilier de toute société que doit être l’enseignement, ici supérieur.

Positif aussi le soutien et le développement de la formation, dans la poursuite directe du premier point.

Positif aussi la reprise du parc de Trains Express Régionaux, même s’il reste beaucoup de travail à faire.

Positif aussi l’investissement pour remettre à flot le port de Sète et ses linéaires vétustes de quais.

 

Mais il y a aussi des points qui prêtent à plus de réserves. Et à améliorations.

Comme la multiplication de Maisons du Languedoc-Roussillon avec une certaine opacité sur le coût de fonctionnement et les retombées. Celle de Shangai semble avoir servi à pénétrer de manière conséquente le marché chinois. Celle de Milan va fermer ses portes après quelques mois à peine d’existence !

Comme une certaine propension à annoncer des retombées d’emplois astronomiques (jusqu'à 30.000 a-ton entendu!) pour le port de Sète sur les dix ans à venir. Ainsi donc il y aurait un multiplicateur de petits pains, un Jésus inconnu, capable de… ?! Il est vrai que les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

Une autre propension à communiquer à tout va. Ou encore quelques chasses aux sorcières politiques, culturelles…Ou encore mélanger présidence de Région et Présidence de (Grande) Agglo pour faire pression…En rappelant que je suis contre ce genre de cumul de mandats. Mais plutôt favorable à un Président de Région indépendant de toute agglomération, qu’elle soit grande ou à échelle plus « humaine ».

 

Du côté des propositions des divers candidats, y compris le président sortant, des idées intéressantes, notamment pour notre territoire du Bassin de Thau :

·    aider à la reconnaissance d’autres produits (comme cela a été fait pour le vin) comme ceux issus de la conchyliculture. Aider à développer des écloseries sur l’Etang de Thau. Mais être un soutien partenaire, et non simplement une signature au bas de chèque. Il ne s'agit pas maintenir nos activités productrices d'emplois dans un assistanat qui tend à se généraliser.

·    Assurer un équilibre entre le développement de la plaisance et le maintien des activités économiques importantes et vitales que sont la conchyliculture, la pêche, le commerce. Et ce en veillant aux règles urbanistiques.

·    Développer le « meroutage » (voilà l'une des compétences importantes de la Région, en liaison avec la politique nationale) et le ferroutage avec la future ligne TGV double pour alléger les transports par camion sur l’A9. Et ce aussi dans le cadre des échanges internes à notre territoire.

·    Développer l’autonomie de production énergétique de la région et notamment des établissements publics (à commencer par les lycées), en profitant de l’éolien et du soleil.

 

En fonction de quoi, non encarté ni militant dans un parti, il ne me revient pas d’appeler à voter pour tel ou tel candidat. Contrairement à certains qui, encartés et militants responsables politiques, sont des plus discrets… A chacun de faire son choix en pleine conscience. Moi j’ai fait le mien. En toute indépendance. Pour que le président de notre Région demain contribue aussi au développement et à la préservation conjugués de notre Bassin de Thau.

 

 

 

 

19 février 2010

Une campagne…embourbée

Et qu’est-ce que j’en pense de cette campagne des élections régionales ?

Nombreux ont été ce qui m’ont apostrophé ces derniers jours au hasard de mes mails ou de mes pérégrinations dans les halles de Sète. Notamment mercredi dernier où les représentants de diverses listes oeuvraient tracts à la main ou mains tendues…

 

Plutôt qu’une campagne, j’ai l’impression d’un immense bourbier. Où l’on patauge depuis le début dans la fange des invectives. Où l’on ne parle pas ou peu du fond. De projets. De bilan. Et quand on le fait, on se balance à la tête des chiffres interprétés. Quand ils ne sont pas faussés purement et simplement.

 

D’un bourbier où le principal sujet est un roi : le président sortant.

Pour ou contre Frêche ? Telle serait donc la seule question en jeu ?

Et à ce jeu là, l’Imperator n’est pas exempt, comme ses adversaires, de tout reproche. Car il sait jouer avec une alternance habile de la provocation, de l’invective…puis de la bonhommie, de la faconde joviale sudiste…pour mieux provoquer le débat. Ou le phagocyter ? Le tronquer ?

Pour ma part, j’estime qu’un politique (qui plus est intelligent comme l’homme l’est sans conteste) ne doit pas jouer ainsi avec certains propos et certaines attaques à la limite du respect. Que ce soit des électeurs traités de « cons» qui l’élisent…ou d’autres traités de « sous-hommes » ou de « pas catholique ».

Il n’est ici nullement question de son bilan politique qui, en lui-même, n’est pas plus mauvais (loin de là) que d’autres. Même s’il peut prêter aussi à débat. Normal.

Et c'est justement cela qui devrait être au centre de cette campagne, pour l'avenir de notre région.

Un débat que ne semble pas goûter l’adjointe sétoise en charge de l’Enseignement. Pour elle, quand on pose des questions en cherchant à comprendre le pourquoi de trois fermetures de classe, on «s’étale». Et ne répond qu’à moitié aux interrogations. Drôle de façon de faire de la politique que tout cela, non ?

Engageons là à plus d’ouverture et de dialogue. Elle en est capable. Comme d’ailleurs celles et ceux qui sont en campagne pour les Régionales.