Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 mars 2009

Je ne me résigne pas !

Vous entendez?
De plus en plus de voix citoyennes s'élèvent pour dire leur ras-le-bol de certaines turpitudes, de certaines dérives politiciennes, de certaines injustices sociales ou même de certains mépris. Comme si le discours politique ne passait plus. Comme si on n'y croyait plus...
C'est plutôt rassurant.
Les voix de la colère ont poussé ainsi ces derniers jours le Gouvernement à décréter en urgence une interdiction des stock-options pour les grands patrons des entreprises subventionnées par l'Etat. Jusqu'en...2010! On donne ainsi des jeux...au peuple pour le calmer quelque temps.
Plutôt rassurant de voir ainsi que la voix citoyenne peut encore se faire entendre.
Car
je ne me résigne pas à croire que toute action politique est inutile.

Je ne me résigne pas à croire que tout combat pour mener une politique d'écoute, d'intérêt général, de probité et d'intégrité est vain.

Je ne me résigne pas à voir du gaspillage d'argent public et de nos impôts.

Je ne me résigne pas à voir dériver les aménagements du territoire vers une perte d'identité et une aseptisation, une uniformisation de ce même territoire.

Je ne me résigne pas...et me réjouis de voir que sur Sète, une "Lettre citoyenne" puisse faire entendre l'espoir et la voix de bon nombre d'entre nous.
Allez la lire sur :
http://www.forcecitoyenne.fr/ftp/Lettre_citoyenne_BAT_RIP.pdf

23:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

25 mars 2009

Mon Petit Nicolas…

Licencier des salariés alors que les sociétés font des bénéfices, qu’elles ont empoché des aides de l’Etat et que leurs dirigeants se versent des stock-options, « ce n’est pas raisonnable ! Ce n'est pas honnête ! » pour reprendre tes propos d’hier soir en meeting. Je suis d’accord avec toi…Pas gentils ces mauvais patrons-ci ! Tu parles bien. Comme un grand.

Mais, mon petit Nicolas, menacer de prendre des sanctions pour la nième fois, promettre une loi pour lutter contre tout cela pour la nième fois…ressemble aux jeux d’un petit écolier dans la cour de l’école : « Moi quand je serai grand…je ferai ça ! »

Grandis, mon petit ! Deviens un véritable professeur des écoles : après avoir prévenu et fait de la pédagogie, sanctionne, tape sur les doigts ! Fais toi respecter. Exige le remboursement des aides de l’Etat, le remboursement des stock-options…et fais passer cette loi que tu promets depuis maintenant deux ans !
N’entends-tu pas la colère qui monte ?

09:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9)

23 mars 2009

JE VOUS EN METS COMBIEN ?

Quand j’étais petit, j’entendais cette phrase chez le boucher. Le bon artisan tranchait alors dans le vif pour sortir la quantité adéquate de viande pour le repas familial. Adéquate pour satisfaire l’appétit de chacun de manière équilibrée et normale.
Aujourd’hui, le redécoupage des circonscriptions électorales me fait penser à un véritable charcutage. Sans aucun rapport avec le noble travail du charcutier qui découpe pour le meilleur de ses clients.
Ainsi donc, sous prétexte de mettre en conformité le nombre d’habitants et le territoire avec la fonctionnalité du député, mais aussi d’asseoir un certain équilibre économico-géographique, notre septième circonscription se retrouve…coupée en deux ! une partie partant vers Agde, l'autre vers Montpellier!
Arrêtons de faire prendre des vessies pour des lanternes aux électeurs que nous sommes !
Il s’agit ni plus ni moins que de tailler une bavette, ou plutôt un territoire sur mesure d’une part pour la réélection du député sortant, l’agathois Gilles D’Ettore (et je ne porte ici aucun jugement sur son action)…tout en créant une autre circonscription sur mesure pour un autre candidat plus « montpelliérain ».
Où est la cohésion territoriale ? La seule existante reste, jusqu’à preuve du contraire, celle socio-économique du Bassin de Thau. Qui implique d’avoir et de garder une septième circonscription « ancrée » autour de celui-ci.
Rappelons que le rôle du député (comme de tout élu) est double :
- siéger (ça commence mal pour certains mauvais élèves adeptes de l’absentéisme !), dans le cas présent à l’Assemblée Nationale, pour y voter les lois et résolutions ;
- porter auprès de ladite assemblée mais aussi du Gouvernement les principaux dossiers du territoire qu’il représente

Jusqu’à présent, Droite (comme Gauche d’ailleurs aussi en d’autres occasions) ont joué du scalpel pour regarder avant toute autre chose leurs propres intérêts : garder coûte que coûte dans leur giron un siège…
Pourtant, ce n’est pas le terrain qui doit se façonner à l’élu, mais l’inverse !

09:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5)